Tag Archives: santé

Troquer le jardin pour le panier bio

16 Juin

L’an dernier je m’étais lancée dans la culture de mes propres légumes dans le jardin communautaire près de chez moi. Bien que mes récoltes n’aient pas été mauvaises, je ne considère pas que c’était un succès, autant gastronomique que financier.

C’est donc pour ces raisons que cette année j’ai décidé «d’investir» mes sous dans un panier bio et d’encourager l’économie du Québec. En plus, je m’assure d’avoir de beaux légumes frais et bios sans trop d’efforts et de façon constante. C’est une belle manière de découvrir de nouveaux légumes et de laisser aller notre créativité. Ça permet aussi de se rappeler que les fruits et les légumes ne poussent pas dans les étalages d’épicerie et que les récoltes évoluent au fil des saisons.

Mon choix s’est arrêté sur le panier des Fermes Lufa. Étant résidente de la Vieille Capitale, j’étais un peu réticente à choisir ce panier étant donné que les légumes venaient de la région de Montréal. Je trouvais que c’était un peu niaiseux de faire venir mes légumes de Montréal quand il y a de supers producteurs pas loin de chez moi.  Mais le fait de pouvoir faire mon panier sur mesure, d’avoir accès à plein d’autres produits et aussi le fait que Lufa fait beaucoup d’efforts pour diminuer son empreinte écologique m’ont convaincue.  Chaque semaine, les Fermes Lufa me proposent un panier que je peux adapter selon mes envies. J’adore que plusieurs de leurs légumes sont cultivés en milieu urbain et qu’ils offrent la possibilité d’acheter des légumes moches (pas si moches que ça en plus) pour pas cher. Grâce à leurs nombreux partenaires, il est possible de profiter du panier durant toute l’année.

Pour l’instant, j’apprécie l’expérience, mais je dois dire que j’ai un peu de difficulté à gérer mon inventaire de verdure, mais je devrais m’ajuster.

Crédit : Giphy // Gizmodo

J’ai fait quelques recherches pour trouver d’autres paniers bios que je partage avec vous ici. Pour résumer le tout, j’ai fait un joli tableau qui vous aidera peut-être  dans le choix du vôtre.

Panier Bio

Point de distributions Période de distribution Autres

Ferme Lufa

  • Québec
  • Montréal
  • Trois-Rivières
  • Sherbrooke

Annuelle

Paiement automatique chaque semaine
Ferme Campanipol
  • Région de la Mauricie
  • Québec
20 à 22 semaines
  • Paiement global
  • 2 types de paniers
  • Possibilité de commander des produits qui sont en surplus.
Équiterre / Mon fermier de famille

Dans la majorité de la province

  • Associé à un fermier près de chez vous
  • Soutien Équiterre
Coopérative Mauve Québec et Rive-sud de Québec (plusieurs points de chute)

Annuelle

  • Possibilité d’avoir de la viande
  • Plusieurs types de paniers
  • Plusieurs termes de paiements

Pour ceux pour qui adhérer à un panier chaque semaine est trop un gros engagement, il y a toujours les marchés locaux qui offrent une super belle gamme de fruits et de légumes frais. Et n’hésitez pas à en essayer des nouveaux et à poser des questions aux gens qui sont sur place.

Marie-Andrée 

 

Billet commun: Nos rituels santé/bien-être

1 Mai

Prendre soin de soi, c’est pas toujours facile: avec les exigences du travail, de l’école, des relations personnelles, de la famille, on se sent souvent tiraillées, et avoir du temps pour soi peut sembler un luxe rare. En fait, c’est surtout une habitude à prendre! Pour vous aider, nos louves vous présentent leurs rituels santé/bien-être favoris.

 

Laurie ❤

 

Moi, Laurie, 27 ans, je l’avoue : je suis difficile à suivre. Entre les rendez-vous, les amis, les sorties, l’amoureux, le travail normal, le travail bénévole, le travail autonome (oui…), y’a des fois les nerfs qui pètent un câble. Ma soeur Marieve m’a déjà dit quelque chose que je n’oublierai jamais : « Ça doit te prendre beaucoup d’énergie par en-dedans pour que tu aies l’air pas stressée en-dehors ». J’ai appris par la suite le concept d’anxiété et reconnu certains signes de celle-ci chez moi. En réfléchissant à ce qui m’aidait à me calmer, j’ai trouvé ma recette toute simple. Je dors 8-9 hres, je me réveille tôt, en prenant bien le temps de m’ouvrir les yeux et je pars vers 6 h faire du sport. Faire le point. Vider toute cette tête bien pleine et ce corps qui ne peut en prendre plus. Je reviens à la maison et j’accompagne le tout d’une longue douche chaude. Tout va tellement mieux ensuite, quand je déjeune avec mon chéri!

 

Marianne ❤

 

La routine et moi ça fait deux! Pourtant, j’ai essayé! Mais c’est comme si c’était elle qui ne voulait pas de moi. En plus, je suis vraiment le genre de fille qui se «prend en main» le lundi matin et laisse tout tomber le mardi soir! Je connais tous les trucs de santé/bien-être, mais je ne les applique jamais assez longtemps pour qu’ils puissent se mériter le titre de «rituel». J’ai quand même deux incontournables qui sont non-négociables. JAMAIS, au grand jamais je n’accepterais de vivre dans une maison sans bain! Prendre un bain est pour moi LE moment le plus relaxant de ma journée, j’oublie tout, je relaxe, personne ne vient de déranger. Mon autre rituel, c’est mes deux semaines de vacances l’été avec mon conjoint, notre tente et nos sleeping bags. Pendant ces deux semaines, je fais des trucs hyper quétaines, comme toucher un arbre, sourire en regardant dans les airs, déblatérer pendant 15 minutes sur l’effet du vent dans mes cheveux, fixer le feu le soir comme hypnotisée, parler aux papillons. J’ai besoin de ça pour être heureuse, un bain, des arbres pis des papillons!

 

Jenny ❤

 

Mon rituel bien-être se résume en deux mots : spa ionique. Une fois par mois, je vais me faire mariner les pieds dans un bassin d’eau salée à l’intérieur duquel on plonge une électrode qui envoie des ions dans chaque partie de mon corps. Une petite demi-heure de ce traitement, et je me sens comme neuve. Normal; toutes les toxines accumulées dans mon corps sont ainsi éliminées, et ce, sans effets secondaires. Je vous le dis, c’est magique! Ce traitement est encore méconnu, mais quelques spas spécialisés le proposent déjà à leurs clients. Ça vaut la peine de se renseigner!

Crédit : luizstocklerstudio

 

Marie-Andrée ❤ 

 

Je n’ai pas de rituel bien-être quotidien, mais j’essaie de respecter quelques principes qui m’aident à garder le cap. Tout d’abord, je me fais un devoir d’éviter les nuits trop courtes. Pour moi le sommeil est primordial et une fois endormie, s’il vous plaît ne me réveillez pas. Ensuite, j’essaie d’avoir une alimentation saine et variée, car c’est le carburant que je donne à mon corps et qui me permet de bien fonctionner. Le troisième et non le moindre, fermer la switch “travail” le soir et la fin de semaine. Tout simplement pour décrocher, faire le plein d’énergie et pouvoir me consacrer pleinement au travail les jours de semaine. Mais mon principe de bien-être le plus important est l’équilibre et le lâcher-prise. S’accorder des petits plaisirs et accepter qu’on ne puisse pas tout contrôler. Ce n’est pas toujours facile, mais ô combien bénéfique!

 

Anne-Sophie ❤

 

Les routines, les rituels et autres patentes du même style, c’est vraiment pas mon genre. Mais s’il y a une chose à laquelle je fais attention dans la vie, c’est mon sommeil. Je me suis donc créé un petit rituel, pour conditionner mon cerveau à se mettre au ralenti avant d’aller au lit. D’abord, je n’utilise jamais mon ordinateur durant la soirée. Ensuite, au moins une heure avant de dormir, j’éteins mon cellulaire. Après, j’écoute la télé ou je lis, deux activités qui me permettent de relaxer mes neurones surchauffés. Je vous le dis, il me faut beaucoup moins de temps pour m’endormir depuis que j’ai mis sur pied cette routine ultra-simple!

 

Laura ❤ 

 

Je dois avouer que j’ai bien ri quand j’ai pris connaissance des textes des autres louves… car pour moi aussi le sommeil est primordial, mais voilà que depuis 6 mois, il en mange un coup mon sommeil, avec bébé. Pour y remédier, j’ai appris les bienfaits des « power naps ». À chaque fois que je vais coucher bébé pour une sieste, je prends un 10-15 minutes pour la bercer et du même coup fermer l’oeil. Un petit roupillon qui nous permet en plus d’être en communion! Je crois que la clé pour être en santé, c’est d’être équilibré. Une amie m’a déjà dit: « En congé de maternité, tu n’as même pas le temps de bien manger! » Et bien pour moi, c’est une nécessité! Je PRENDS le temps de manger trois bons repas par jour. Et le rituel dont je ne pourrais plus me passer? La douche avec mon amoureux. Tous les soirs, on s’enferme dans la salle de bain, on se met à jour, à nu. On se raconte, on discute, on se retrouve.

 

Pascale ❤

 

À défaut de faire preuve d’originalité, le sommeil est mon meilleur ami ! Ce n’est même pas un caprice, c’est seulement une nécessité pour arriver à fonctionner. Un minimum de 7 heures par nuit, non négociable. Je préfère de loin me coucher tôt et me lever également tôt. En semaine, mon réveil sonne à 5h15 pile-poil. J’aime prendre mon temps et débuter ma journée calmement. Le yoga et la méditation ont également une grande place dans ma vie. J’essaie d’en faire tous les jours, même si ce n’est que pour quelques minutes. Ça remet les pensées en place et m’apporte une grande sérénité. (L’application mobile CALM est tout simplement merveilleuse pour méditer!) À mon avis, prendre du temps quotidiennement pour me recentrer, c’est définitivement une source de bonheur.

Créit : Giphy | Anchor Point

 

Mariève ❤ 

 

Routine, routine, la mienne ne rime pas nécessairement avec santé et beauté au quotidien! Le sujet du billet commun m’a par contre permis une petite réflexion et je tenterai de remettre en place certaines habitudes un peu abandonnées au cours de l’hiver! Premièrement, le plein-air. J’ai besoin de l’air frais, d’être dehors et ce, un peu à chaque jour. Le travail ne me le permettant pas, je dois m’imposer ces précieuses minutes à l’extérieur. Deuxièmement, respirer. Souvent, quand le rythme d’une journée est affolant, prendre une seule minute pour respirer, c’est magique! L’oxygène, c’est essentiel! Deux choses que je vais tenter de combiner à nouveau à mon sport quotidien, pour être bien dans mon corps et dans ma tête!

 

Et vous, quels sont vos rituels santé/bien-être préférés?

La meute

L’étudiante automate

9 Fév

On a beaucoup parlé de santé mentale dans les dernières semaines. De la difficulté (et plus encore, de la nécessité) d’en parler. À mon tour, maintenant. Je parle.

 

Je parle, parce que la santé mentale, ce n’est pas seulement les dépressions, les burn-out et tout le reste: c’est aussi une question d’équilibre, de contrôle de sa vie.

Dans le milieu académique où j’étudie, où je travaille, l’équilibre et le contrôle n’existent pas. On travaille, sans arrêt; on laisse les échéanciers contrôler sa vie; et on semble s’accommoder de cette situation insupportable.

 

Crédit : Buzzfeed

Crédit : Buzzfeed

Dans ce milieu, il est valorisé de travailler 80 heures par semaine. Régulièrement, j’entends des professeurs se vanter qu’ils sont épuisés et dorment dans leur bureau l’après-midi. Qu’ils ont sauté le dîner pour ne pas « perdre le fil » de ce qu’ils faisaient.

Comment diable le fait de sauter un repas ou de dormir en plein milieu de journée peut-il être un objet de fierté? Une raison pour se vanter?

Le milieu universitaire ne pardonne pas. Ne donne aucune chance.

Il faut performer. Tout le temps. À tout prix.

Malgré tous les efforts, toutes les nuits blanches, toutes les fins de semaine sacrifiées et les sorties entre amis manquées, ce n’est jamais suffisant. Jamais assez.

Pour être la parfaite étudiante au doctorat, je devrais être misérable, avoir le teint verdâtre et aucune vie sociale, performer au maximum, produire des articles scientifiques, participer à des colloques qui demandent des heures de préparation, et ce ne serait pas encore suffisant: il faut en plus travailler, idéalement hors de l’université, parce que les emplois académiques sont rares.

Personne ne peut réussir à faire tout ça sans perdre des plumes.

Je n’a pas réussi non plus.

La session dernière, j’ai craqué.

Je pleurais tous les jours. Souvent, plusieurs fois par jour. J’ouvrais mon ordinateur, et parfois, j’avais des nausées si fortes que je devais m’y reprendre à deux fois pour commencer à travailler.

J’étais malheureuse.

Et quand j’en parle avec mes amies au doctorat, ça semble normal d’être malheureuses, d’être misérables parce qu’on travaille trop fort.

Dans nos universités, il est normal de mettre sa santé mentale en péril simplement pour obtenir un diplôme.

Dans la vraie vie, ce n’est pas normal.

Je vais le répéter: ce n’est pas normal.

Ce n’est pas normal qu’on se brûle le corps, qu’on se brise l’esprit à faire un doctorat ou une maîtrise.

Ce n’est pas normal qu’un étudiant-chercheur sur cinq présente des symptômes dépressifs. On nous dit que les ressources existent, et oui, elles sont là: les services de psychologie sont fournis et accessibles.

Mais comment savoir qu’il faut aller voir un psychologue si on pense que c’est normal? Si on pense que tout le monde travaille plus que soi, et qu’on devrait se ressaisir pour travailler autant que les autres?

Tout ça à cause du foutu modèle de l’étudiant parfait, que j’appelle l’étudiant automate, qui travaille sept jours sur sept, beaucoup trop d’heures par jour, sans se fatiguer.

Ça n’existe pas. C’est impossible.

Ce n’est qu’un modèle. Nocif et destructeur, qu’il faut démanteler.

Lentement, c’est ce que j’essaie de faire.

À moi toute seule, je ne ferai peut-être pas une grande différence, mais j’essaie tout de même d’aider mes amies à ne pas tomber dans les mêmes pièges que moi -j’ai fait un peu de la route avant elles, je connais le chemin.

Ne plus voir la lumière au bout du tunnel, c’est une chose. Savoir qu’on n’est pas tout seul dans le tunnel, c’en est une autre.

Ça peut tout changer.

Anne-Sophie

3 trucs qui m’ont aidé à me débarrasser de mon acné.

8 Juil

Salut la compagnie! C’est avec beaucoup de plaisir que j’ai réalisé cette semaine que, depuis deux mois, je n’ai presque plus d’acné au visage, YAY! Pour le commun des mortels, ça peut sembler anodin, mais pour n’importe quelle personne ayant connu ce genre de problème, c’est une GRANDE VICTOIRE! Parce que j’aime partager et que je souhaite sincèrement pouvoir aider d’autres personnes qui ont à dealer avec le problème, voici quelques les quelques trucs qui ont fait LA différence pour ma peau.

Mais avant, voici un vidéo très puissant qui témoigne très bien de comment on peut se sentir quand on est aux prises avec l’acné d’adulte.

 

EXIT LE STRESS / ÉCOUTER SON COEUR:

La première leçon que j’ai retenue de ma crise d’acné de l’hiver dernier, c’est qu’il ne faut pas sous-estimer l’impact du stress sur notre peau. À l’époque, je lançais mon entreprise et j’apprenais à connaître mes limites, au niveau professionnel. Ce que j’ai envie de vous dire réellement, c’est que quand une situation devient stressante au point de faire des boutons, il ne faut pas hésiter et faire des changements. C’est ce que j’ai fait, en mettant certaines situations au clair ou en mettant un terme à certains contrats.

 

UNE RIGUEUR DIGNE D’UN ENTRAÎNEMENT MILITAIRE:
Ça peut sembler évident, mais comme on n’est que des humains, je le répète: respecter une routine de façon stricte fait TOUTE la différence dans la guerre contre l’acné. La routine qui m’a aidé à prendre le dessus est la suivante:

➔ Matin:
– Nettoyage et hydratation avec la gamme CALM de Arbonne
– Crème antibiotique topique (prescrite par mon le dermatologue adoré)

➔ Soir:
– Nettoyage avec ma divine Clarisonic (qui a vraiment changé ma vie), même savon que le matin
– Crème au Peroxyde de Benzoyle (toujours sous prescription)

➔ Une fois par semaine:
– Exfoliation au café (café moulu + huile d’olive)
– Le Thérapeutic Sulfur Mask par Tomas Roth (s’il y a UN SEUL masque qu’il faut vous procurer, c’est bien cette petite merveille!)

La clé, c’est d’être rigoureuse et de respecter sa routine! Promis, vos efforts porteront fruit!
FAIRE APPEL À UN EXPERT (et sa chimie):
Faire appel à un dermatologue a été un élément décisif dans mon processus de «guérison». Comme la situation pressait (les cicatrices commençaient à être vilaines), j’ai décidé de faire affaire avec une clinique privée. Je n’ai jamais regretté mon choix: des suivis constants et adéquats et un service  attentionné (genre pas l’impression de déranger parce que tsé, c’est yink des boutons).

En ce qui concerne les produits utilisés, je dois avouer que j’ai tendance à préférer tout ce qui est simple et naturel. Mais j’ai pour mon dire que quand on a besoin d’aide, il faut se laisser aider. Avec l’impact que ça avait sur ma vie personnelle et professionnelle, bouder les antibiotiques aurait été pour ma part vraiment stupide. À vous de voir et de faire le rapport risques- bénéfices. 😉

ENFIN:

Ma petite face de fille qui sort de la douche et qui aime les fleurs, 4 mois après avoir terminé les antibiotiques, et après 7 mois d'application d'une routine stricte.

Ma petite face de fille qui sort de la douche et qui aime les fleurs, 4 mois après avoir terminé les antibiotiques, et après 7 mois d’application d’une routine stricte.

Quand on parle d’acné, il n’y a pas de solution miracle. On a tous des corps, des personnalités et des contextes différents. Néanmoins, une bonne consultation avec un spécialiste pourrait vous éclairer et vous aider à prendre les bonnes décisions. Je le recommande vivement, moi, ça m’a permis de ne plus craindre le regard des autres et de vivre chaque seconde le coeur léger.

En espérant en avoir encouragé quelques uns/unes!
De tout mon coeur de louve, COURAGE!
xxxxx

Véro

Granola maison | Amandes, pacanes, graines de tournesol et de chia

14 Juin

Que ce soit dans mon yogourt accompagné de fruits frais ou simplement avec du lait, je raffole du granola! Je ne sais pas pourquoi j’ai mis autant de temps à m’en cuisiner à la maison, mais chose certaine, plus question d’aller en acheter en magasin! La préparation de cette recette est extrêmement simple et l’odeur répandue dans la maison suite à la cuisson du granola en vaut sincèrement la peine.

Crédit : Chloé Brossard | @rocketroucket

Crédit : Chloé Brossard | @rocketroucket

Je vous partage une recette de granola extrêmement simple aujourd’hui, uniquement parce que ce sont les ingrédients que j’avais à la portée de la main. Sachez toutefois que l’on peut facilement modifier la recette, soit en modifiant la sélection des noix ou en y ajoutant des fruits séchés.

Temps de préparation : 5 minutes
Temps de cuisson : 20 minutes

INGRÉDIENTS

4 tasses de flocons d’avoine à cuisson rapide
1 1/2 c. à soupe de cassonade
1/2 tasse d’amandes, grossièrement hachées
1/3 tasse de pacanes, grossièrement hachées
1/4 tasse de graines de tournesol, crues
1/2 c. à thé de cannelle moulue
1 1/2 c. à soupe de graines de chia
Une pincée de sel
1/3 tasse de sirop d’érable
3 c. à soupe de miel

Crédit : Chloé Brossard | @rocketroucket

Crédit : Chloé Brossard | @rocketroucket

 

PRÉPARATION

  1. Préchauffer le four à 300°F.
  2. Dans un grand bol, bien mélanger les ingrédients secs (avoine, cassonade, amandes, pacanes, graines de tournesol, cannelle, chia et sel).
  3. Ajouter le sirop, le miel et bien mélanger.
  4. Répartir le tout sur une grande plaque de cuisson et cuire au four de 15 à 20 minutes, jusqu’à ce que le granola devienne d’un brun doré, en remuant à mi-cuisson.
  5. Retirer la plaque du four et laisser refroidir. Transvider dans des contenants hermétiques.
Crédit : Chloé Brossard | @rocketroucket

Crédit : Chloé Brossard | @rocketroucket

 

Recette – Assiette de yogourt grec, fruits frais et granola :

Comme vous pouvez le voir sur la photo, j’ai simplement étendu du yogourt grec nature en y ajoutant une (1) cuillère à thé de sirop d’érable, le mélange de granola maison ainsi que des fruits et du basilic frais. Cette assiette est autant parfaite pour un déjeuner, qu’un dessert. Le meilleur des deux mondes, quoi!

Bon matin!

–  Chloé

Toast à l’avocat, version améliorée | Kale, feta et basilic

18 Mai

Ce n’est plus un secret pour personne, la toast à l’avocat, en plus d’être trendy sur Instagram (le mot-clic #avocadotoast a été utilisé 123 250 fois, quand même!), peut facilement faire la job pour un bon petit déj’ vite fait, bien fait. 

Par contre, je vais vous avouer être un peu tanné de toujours voir cette fameuse toast bien plate avec juste un avocat pilé dessus. Come on guys, donnez-y un peu d’amour à cette toast, elle mérite mieux que ça (et vous aussi d’ailleurs)! Je vais donc faire ça très simple aujourd’hui et vous présenter la toast à l’avocat, version améliorée.

 

Crédit photo : Chloé Brossard

Temps de préparation : 10 minutes
Temps de cuisson : 15-20 minutes
Pour 2 portions

INGRÉDIENTS

2 toasts
1 avocat
2 tasses de feuilles de chou kale, grossièrement hachées
2 gousses d’ail, hachées
100 g de feta, coupé en dés (je prend habituellement du feta bulgare puisqu’il est plus crémeux)
2 œufs
1 c. à soupe de vinaigre de vin blanc
4-5 feuilles de basilic frais, ciselées
2 c. à soupe de luzerne fraîche
2 oignons verts, haché
Paprika
Huile d’olive
Sel et poivre


PRÉPARATION

  1. Chauffer un peu d’huile d’olive dans une poêle, ajouter le kale et mélanger pour qu’il soit imbibé de façon équivalente d’huile. Laisser cuire de 5 à 6 minutes en remuant régulièrement. Ajouter les gousses d’ail ainsi qu’une pincée de sel et de poivre. Laisser cuire 1 minute additionnelle.
  2. Retirer la poêle du rond, ajouter le feta et couvrir.
  3. Casser les deux œufs (un à la fois) dans deux ramequins (ou petits bols, soucoupes, etc.).
  4. Dans une petite casserole, ajouter 2 tasses d’eau, porter à ébullition et ajouter le vinaigre de vin blanc. Réduire la température pour que l’eau produise dorénavant un très petit frémissement. Créer un tourbillon à l’aide d’une cuillère ou d’une spatule et faire délicatement glisser les œufs du ramequin dans l’eau. Cuire 4 minutes, retirer les œufs et les laisser égoutter sur du papier absorbant.
  5. Faire griller les toasts et mettre de côté.
  6. Couper l’avocat en fines tranches et les diviser sur les deux toasts.
  7. Ajouter le mélange kale/feta, la luzerne, les œufs pochés, le basilic et les oignons verts. Saupoudrer de paprika et émietter un peu de feta frais sur le tout.

Voici donc ma toast à l’avocat, version améliorée! Un petit déjeuner qui peut autant faire le boulôt lors d’une matinée bien relaxe et qui fera certainement saliver vos convives lors d’un brunch à la maison.

Bon appétit!

Chloé

Voyager… dans le confort de sa cuisine!

5 Avr

Dans mon tout premier billet pour les Rockalouves, je vous avouais avoir eu de la difficulté à revenir de mon dernier voyage en packsac. J’aurais donné cher pour ne pas être au Québec. Ou pour garder la belle vibe de mon aventure au Bélize. Mais bon, la vie reprend son cours et je ne suis pas fille à pleurer longtemps sur son passé!  Alors, hop! On regarde en avant et on prépare le prochain voyage!

Sauf que, l’argent ne pousse pas dans les arbres. C’est ma mère qui m’a appris ça. Et pour voyager, ça prend un minimum de sous. Alors en attendant d’avoir renfloué mes coffres, j’ai trouvé une façon de voyager… dans le confort de ma cuisine!

 

IMG_8660

Du lait d’amande fait maison!

 

Mesdames et messieurs, j’ai le plaisir de vous présenter… Food trip to…!

Food trip to… est une entreprise montréalaise qui crée des boîtes qui font voyager. Livrée directement chez vous, chaque boîte contient ce qu’il faut pour que vous concoctiez un repas venu d’ailleurs: entrée, plat principal, dessert, boisson. On vous fournit des ingrédients spéciaux, plus difficiles à trouver en épicerie et vous vous chargez d’acheter quelques ingrédients frais.

boite

L’intérieur d’une boîte livrée par Food Trip to…

Le mois passé, le Maroc était à l’honneur et c’est le pays que j’ai dégusté. Tajine bien épicée, lait d’amande fait maison, cornes de gazelle pour dessert. Je m’en lèche encore les babines… Pour m’assurer que l’expérience était bien représentative de ce qui se consomme au Maroc, j’ai demandé à ma petite sœur, qui y a séjourné l’été passé, de venir souper avec moi. Elle a reconnu tout de suite les odeurs et les saveurs de ce pays du nord de l’Afrique. L’expérience était donc authentique!

Si ça peut vous rassurer : je suis la pire cuisinière. Et j’ai réussi à suivre les instructions comme il faut et à faire un repas digne des rois. Si je peux cuisiner de la bouffe marocaine, vous le pouvez aussi! 😉

tajine

Ma tajine et ça embaume la cuisine!

Mais attention! La découverte ne s’arrête pas à l’aspect culinaire du pays. Chaque boîte renferme des fiches culturelles sur le pays avec de l’information pertinente et intéressante ainsi qu’une playlist musicale pour que vous vous sentiez ailleurs pendant que vous coupez les légumes et faites chauffer l‘huile. Food trip to… vous permet de vivre une aventure qui stimulera tous vos sens… pour environ 40$!

Pour le moment, vous pouvez commander la boîte marocaine et celle indonésienne sur le web  : foodtripto.com Vous pouvez aussi vous abonner à l’année. Chaque pays est disponible en quantité limitée alors il ne faut pas hésiter longtemps avant de commander!

food-trip-to

En attendant de renflouer mon compte voyage, je peux me permettre de faire voyager mes sens grâce à ce concept gourmand développé ici, au Québec. Le seul mauvais côté à ce projet : il me donne encore plus envie d’aller voir ailleurs si je n’y suis pas!

Andrée-Anne Brunet

Article commun : 3, 2, 1… SANTÉ!

1 Avr

Le 7 avril prochain est une date très spéciale: celle de la Journée mondiale de la santé! Pour souligner l’événement, on a envie de partager avec vous nos petits trucs, au quotidien, pour s’assurer de demeurer en bonne forme. Parce que tsé, le juicing, c’est ben cool… mais ça a ses limites! 😉

Bonne lecture!

❤ Véronique : J’aime le sport. En fait, je dirais même que j’adore le sport. Par contre, malgré toute ma bonne volonté, je n’arrive pas toujours à glisser mes séances de dégourdissage de pattes dans mon horaire chargé : toutes les excuses sont bonnes pour remettre un entraînement, right? Mon truc, pour contrer ce petit problème, c’est de planifier mes séances à l’avance et d’y inviter une copine. Simple, mais drôlement efficace: la procrastination est beaucoup moins tentante quand on sait que notre amie nous attend pour une petite course. En plus, ça rend mes entrainements tellement plus agréables! J’vous l’dis! L’essayer, c’est l’adopter!

 

giphy (11)

 

❤ Camille : Dans la vie, je suis zéro matinale. Donc, avec le temps, je me suis concocté une routine du matin qui me met dans un bon état d’esprit pour entamer le reste de la journée… du bon pied! Tout d’abord, j’ai téléchargé une application de cycle de sommeil qui me réveille au meilleur moment possible (le but ici est de réduire l’impression qu’on m’a arrachée de mon précieux dodo). Ensuite, je déjeune copieusement et je me prépare pour ma séance quotidienne de yoga!!! 30 minutes d’étirements et d’enchaînements de positions de yoga pour réveiller mon corps et réduire mon stress. Après, je fais quelques minutes de « méditation », où je fais juste fermer les yeux assise en indien sur mon matelas, installé en plein milieu de mon salon, et je me concentre sur ma respiration. Je vous le jure, depuis que je fais ça, j’ai non seulement plus d’énergie, mais je suis plus efficace et concentrée!

 

❤ Lisa Marie : J’ai un poids assez variable, et un goût pour le sucre permanent. J’avais pris du poids l’an dernier, trop d’excès de bouffe et pas assez de sport… En plus de me retrouver à l’étroit dans mes vêtements, je ne me sentais pas bien dans cet enrobage! En janvier, j’ai fait une diète protéinée (merci au gym de ma maman!) que j’ai suivie scrupuleusement sur une période de 40 jours. J’ai repris la course le midi au travail, un petit 5 km 2-3 fois par semaine, selon l’envie et la météo. Après 17 livres en moins et mon poids stabilisé, j’ai recommencé les écarts et les restos, mais je continue à faire relativement attention à la maison en mangeant plus de légumes, tout en coupant le gras et le sucre!

 

❤ Gabrielle : Je fais TOUJOURS mon lunch la veille pour être certaine d’avoir un bon dîner soutenant pour rester concentrée pendant la journée et éviter les grosses faims qui me pousseraient à trop manger en revenant à la maison. À force de le faire, c’est devenu une véritable partie de ma routine… et mes lunches font des jaloux au bureau!

giphy (10)

❤ Michèle : Mon mardi soir est consacré au gym. En y allant toujours le même soir, je m’assure d’avoir un souper rapide de prêt et de ne pas être disponible pour d’autres sorties. Avec le temps, je me suis rendu compte que ça me stressait d’y aller plus d’une fois par semaine; je me sentais mal quand je n’arrivais pas à y aller plus d’une fois et je me sentais mal quand je refusais certaines activités pour l’entraînement. Aussi, j’ai une petite routine d’exercices pour les abdos et les fesses avant le dodo, que j’arrive (presque) à faire tous les soirs. 😉

 

❤ Andrée-Anne : Eau, source de vie! On répète souvent qu’il faut boire huit verres d’eau par jour. Mais huit verres d’eau, ça ne veut rien dire pour moi. Je suis visuelle, je dois voir les huit verres d’eau devant moi pour comprendre tout le liquide que je dois ingurgiter. Et comme je me balade rarement (jamais!) avec huit verres d’eau pleins avec moi, j’ai calculé le nombre de verres d’eau qui entrent dans ma gourde dont je ne me sépare jamais. Je sais donc que chaque fois que je vide ma gourde, ce sont trois verres d’eau bus! Je m’arrange pour l’avoir toujours à portée de main, devant l’ordinateur comme durant les meetings. Rien ne peut donc m’empêcher de m’hydrater convenablement. 🙂

 

❤ Laurie : Depuis deux ans, j’ai fait de ma santé l’élément le plus important de ma vie, même si mes amis et ma famille diront que je suis toujours malade. Alors oui, c’est vrai, j’ai un poids qui varie, un rhume aux trois semaines et une maladie XYZ qui se pointe aux quelques mois. Pourtant, je m’entraîne, je mange sainement. Quel est le problème? La réponse : LE DODO. Je me suis rendu compte que j’avais besoin de plus de sommeil et d’un réveil en douceur et en bonne humeur. Dormir de 21h30 à 6h, pour aller m’entraîner de 6h30 à 7h30 trois fois par semaine, c’est ce que j’essaie de maintenir pour être au top de ma santé. 🙂

giphy (9)

 

❤ Karyan :J’ai lu une nouvelle tout dernièrement qui m’a marquée sur La Presse. En bref, monter des marches réduirait le vieillissement du cerveau. Donc, tous les jours pour me rendre au bureau, je boude l’ascenseur. Tel que dit dans l’article, gravir 15-20 marches seulement au quotidien aurait un impact. C’est un mini truc, mais dur de l’oublier! 🙂 Pour être en santé, il faut modifier ces petites habitudes banales une à la fois, car trop de changements en même temps, c’est décourageant!

Et voilà! On espère de tout coeur vous avoir inspiré-e-s à prendre soin de vous et de votre petite santé!

Sinon, avez-vous aussi des trucs ou de petites astuces pour demeurer au sommet de votre forme?

Bon printemps!
xxx

La meute

Rencontrez l’entrepreneur derrière Pépin, cette gamme de produits de beauté responsables mais pas plates!

16 Mar

Des produits qu’on aime utiliser parce qu’ils sont beaux, qu’ils sont efficaces ET qu’ils sont bons pour l’environnement, ça existe? Maintenant oui. Et on peut remercier Annie-Claude Pépin pour cela (en plus, elle vous gâte avec un super code promo à découvrir à la fin)!

Le sérum tonique de Pépin, composé de différentes huiles sèches, peut aussi servir d'huile à barbe!

Le sérum tonique de Pépin, composé de différentes huiles sèches, peut aussi servir d’huile à barbe!

L’artiste dans la fin vingtaine a entrepris tout un périple : elle a lancé sa propre gamme de soins pour le corps, Pépin, dans le but de sensibiliser les gens à propos des nombreux produits toxiques que contiennent plusieurs cosmétiques, savons et crèmes populaires. Parmi ses produits faits à la main, on retrouve un beurre corporel, un baume à lèvres, un shampooing sec et un sérum tonique. Un beau défi pour celle qui n’avait jamais travaillé dans le milieu!

C’est en faisant du bénévolat pour l’organisme Action cancer du sein du Québec qu’elle a réellement compris à quel point il pouvait être difficile de rejoindre les gens sur ce sujet peu glamour. « Lancer mes propres produits était une façon de sensibiliser sans juger; les gens ont le choix d’acheter ou non », explique Annie-Claude.

Tout un pari dans un marché ultra compétitif, où la surconsommation est omniprésente. «On dirait que des fois les gens veulent acheter des produits qui vendent du rêve… mais je ne suis pas d’accord avec ça», explique la très pragmatique Annie-Claude.

Sa philosophie : acheter moins, mais mieux. Elle demeure toutefois très réaliste face aux habitudes de consommation des gens : « C’est sûr qu’on ne va pas jeter tous nos produits pour recommencer. Moi aussi j’utilise encore des cosmétiques qui contiennent des substances toxiques. Tu dois y aller graduellement ».

Le shampoing sec de Pépin est entièrement fait d'ingrédients végétaux et est exempt de fragrances synthétiques!

Le shampoing sec de Pépin est entièrement fait d’ingrédients végétaux et est exempt de fragrances synthétiques!

Et c’est cet aspect qui m’a charmée à propos de la créatrice de Pépin : son approche très rationnelle et aucunement empreinte de jugement. Elle n’a pas la prétention que ses produits vont transformer notre peau ni changer le monde. Ils sont simplement responsables, agréables à utiliser et faits avec les meilleurs ingrédients possibles. Des produits intelligents et pas plates; on dit oui!

Un grand travail de réflexion a été fait concernant les ingrédients qui se retrouveraient dans sa gamme, mais aussi autour des contenants qui seraient utilisés. Par exemple, elle ne vend plus de baumes à lèvres en tubes, parce qu’ils ne sont pas réutilisables.

« Je fais ça de la maison pour le moment, en composant des petits lots à chaque mois.  Comme les produits sont sans agent de conservation, je les garde frais en les faisant au fur et à mesure », précise-t-elle.

Son truc pour se tourner vers des alternatives plus naturelles, sans devoir jeter l’ensemble des produits qui traînent dans notre salle de bain? Annie-Claude ne jure que par le site web Skin Deep, qui fournit une liste assez complète des ingrédients toxiques que l’on retrouve dans les produits pour le corps.

Lancer sa propre entreprise, comment ça marche?

« J’ai fait un bac en art visuel, mais ça mijotait dans ma tête. J’ai décidé de faire un cours en entreprenariat, où on construisait un plan d’affaire, etc. Ça m’a donné le temps de nourrir mon idée et ça m’a donné la confiance qu’il me fallait», raconte la jeune entrepreneur. Elle suit également des cours de façon régulière pour apprendre à créer ses produits pour le corps. Elle confirme toutefois qu’il y a eu beaucoup d’essai-erreur au début.

Annie-Claude avoue candidement qu’il y a encore plusieurs questions concernant son entreprises auxquelles elle n’a pas encore trouvé réponse. «Je suis consciente que certaines choses vont encore évoluer, je sais que je suis en encore au début. Mais j’étais rendue là. Certaines étapes arrivent plus vite que je pensais, comme les boutiques. Vendre en ligne, c’est difficile pour des produits pour le corps, parce que les gens ne peuvent pas les essayer», explique-t-elle.

Ses produits sont actuellement disponibles sur Etsy et à la boutique Général 54 sur St-Laurent et au marché La Pantry.

 

Au banc d’essai : le beurre corporel Pépin

12842368_10153477272625060_1379781588_o

Ingrédients : beurre de karité bio et équitable, huile d’amande douce, glycérine végétale, gel d’aloe vera et huiles essentielles bio.

J’ai eu la chance de tester un des produits de la gamme d’Annie-Claude. Voici mes commentaires ainsi que ceux d’Anne et de David (les produits sont tous unisexes, yeah!).

Anne : Le beurre est assez riche et reste un bon moment sur la peau avant d’être absorbé. Ça serait idéal avant d’aller au lit. Ça sent beaucoup le karité.

David : J’aime l’odeur et le fait que ça soit naturel.

Moi : J’applique le beurre corporel avant d’aller au lit, comme c’est assez dense. J’adore la douceur qu’il apporte à ma peau. Je m’en sers également pour mes cuticules; ça fait briller mes ongles! De plus, ça a réparé mes pieds abîmés (ok j’avoue avoir négligé mes pédicures cet hiver…).

Prix : 22$ pour 100 ml

12498480_10153477272605060_1902142175_n

Le kit Pépin comprend un baume à lèvres, un beurre corporel et un shampoing sec, au coût de 44$.

Découvrez-les avec le code promo exclusif  LOUVESPÉPIN, qui vous donne un 15% de rabais sur vos achats de 20$ et plus!

Vous pouvez rencontrer la créatrice de Pépin les 19 et 20 mars au Salon du disque et des arts underground.

Bye!

Gabrielle – La minute maquillage

P’tit déj de courge musquée, saucisses d’agneau et oeuf poché

10 Mar

Je crois sincèrement avoir un problème avec les déjeuners. Matin, midi, soir, c’est tout ce que j’ai le goût de manger ou de cuisiner! Mais bon, qui peut vraiment me plaindre? Des œufs pochés, c’est bon dans n’importe quel repas!

 

 

Je vous propose donc aujourd’hui une recette « déjeuner », mais qui pourrait facilement être préparée en soirée, le lendemain d’une grosse virée ou un dimanche après-midi lors d’un marathon de Suits (le mix des deux dernières options est définitivement le meilleur et c’est bien dans cette situation que j’ai décidé de me concocter ce super repas). Bref, en espérant vous plaire avec ma petite recette de courge musquée, saucisses d’agneau et œuf poché!

Temps de préparation : 30 minutes
Temps de cuisson : 30 minutes
Pour 2 à 4 portions

 

INGRÉDIENTS

1 courge musquée (butternut), pelée, épépinée et coupée en cubes
2 saucisses d’agneau, précuites (1. Personnellement, nous avons choisi les saucisses à l’érable & canneberges et c’était complètement FOU! 2. Vous pouvez utiliser n’importe quelle sorte de saucisses, vous êtes le chef après tout!)
1 échalote, finement tranchée
1 c. à thé d’origan séché
2 gousses d’ail, émincées
2 œufs
1 c. à soupe de vinaigre de vin blanc
3 c. à soupe de moutarde Dijon
1 c. à soupe de mayonnaise
Huile d’olive

 

PRÉPARATION

  1. Préchauffer le four à 400°F. Tapisser une plaque de cuisson de papier parchemin.
  2. Dans un grand bol, mélanger la courge, l’ail, l’origan et 1 c. à soupe d’huile d’olive.
  3. Étendre sur la plaque de cuisson les cubes de courge et laisser cuire de 25 à 30 minutes en les retournant à mi-cuisson (faites attention pour ne pas laisser la courge cuire trop longtemps, on ne veut pas qu’elle devienne trop molle).
  4. À mi-cuisson de la courge, faire dorer les saucisses dans une poêle et garder l’excédent de gras dans la poêle. Lorsque les saucisses seront prêtes, couper celles-ci en longueur. Réserver au chaud.
  5. Ajouter l’échalote au gras de saucisse et laisser dorer à feu moyen de 3 à 4 minutes. Réserver.
  6. Casser les deux œufs (un à la fois) dans deux ramequins (ou petits bols, soucoupes, etc.).
  7. Dans une petite casserole, ajouter 2 tasses d’eau, porter à ébullition et ajouter le vinaigre de vin blanc. Réduire la température pour que l’eau produise dorénavant un très petit frémissement et faire délicatement glisser les œufs du ramequin dans l’eau. Laisser cuire 4 minutes, retirer les œufs et les laisser égoutter sur du papier absorbant.
  8. Pour la sauce, mélanger la moutarde Dijon et la mayonnaise.
  9. Dans deux assiettes (ou bols), ajouter la courge musquée, l’échalote, les saucisses tranchées, la moutarde Dijon, les œufs pochés et saupoudrer le tout avec une pincée d’origan. Servir.

Bon appétit!

Chloé

Un mois sans viande #MarsVégé

4 Mar

28 février 2016, 23 h 52

Moi : Bébé, est-ce qu’on fait un mois végé ?
Lui : Hein ? Hu-hum.
Moi : Genre, le mois de mars ? Après demain là ?
Lui : [Bruit sourd / grognement.]

… que j’ai pris pour une approbation.

giphy.gif

Ça fait un moment déjà qu’on reportait parlait de le faire. Un mois, à cuisiner autre chose que de la viande. Que ce soit pour votre santé, pour les animaux, pour votre portefeuille ou pour l’écologie, les bonnes raisons pour se tourner vers le végétarisme pleuvent. En plus, notre petit défi culinaire nous oblige à réfléchir à chaque fois qu’on se met quelque chose dans la bouche. Ce qui n’est vraiment pas une mauvaise chose à 17 jours du printemps 😉

Voici donc quelques recettes essayées (et appréciées) que j’ai faites cette semaine et qui risquent de vous inspirer! Vous pouvez aussi vous mettre l’eau à la bouche avec les idées de recettes véganes ou les bols à cuisiner de Chloé!

#OnDéjeune

12472807_1708166046063214_2112105923107313373_n

Crédit photo : Oatbox

Je n’ai pas encore exploré pluuusieurs déjeuners. Mes matins sont toujours un peu improvisées et… dernière minute 😉 J’opte souvent pour un yogourt avec des céréales Oatbox, agrémenté de quelques petits fruits. C’est rapide, simple et tellement bon!

 

Lunchs et soupers

Salade-de-coco M

Crédit photo : troisfoisparjour.com

J’ai essayé cette recette de salade de millet, noix de coco, mini bok-choy &vinaigrette aux-framboises de l’incontournable Trois fois par jour. Avec ou sans noix de coco, la recette est délicieuse! Aussi, le millet est une céréale sans gluten.

 

Salade-cremeuse-de-quinoa-et-de-kale-rape-vinaigette-au-tahini

Crédit photo : fraichementpresse.com

Une recette à base du fameux chou kale, ce superaliment dont on ne cesse de vanter les bienfaits! Je raffole carrément de cette salade crémeuse de quinoa et de kale, vinaigrette au tahini du site Fraîchement Pressé!

 

Capture

Crédit photo : instagram.com/treeselovehappiness

Hier soir, j’avais envie de tofu. J’ai essayé cette recette de tofu mariné cuit au four. J’ai troqué le brocoli pour des fèves vertes. Constat : aussi bon le soir même que le lendemain comme lunch!

 

imageresizer

Crédit photo : recettes.zeste.tv

Le secret de cette salade de couscous israelien et dedamames à la coriandre est dans le jus de lime. C’est juste… tellement frais!  En plus, cette recette se prépare vraiment rapidement! (Temps de préparation : 15 minutes + temps de cuisson : 7 minutes.)

 

Le week-end

Capture d’écran 2016-03-03 à 23.17.22

Crédit photo : instagram.com/followyourheart

Qui a dit qu’être végé était plate? Certainement pas avec la succulente recette de tacos végétariens de Ricardo. Attention, vous aurez des envies de fiesta mexicaine!

 

Chili-au-tempeh

Crédit photo : Marie-Ève Laforte

Vous connaissez le tempeh? Originaire de l’Indonésie, le tempeh est à la fois croquant, dense et tendre. Comme le tofu, il remplace la viande dans un plat. Essayez-le dans cette recette de chili végétarien!

 

Autres inspirations

Capture

Crédit photo : instagram/mkclassroom

J’ai récemment découvert les vidéos d’inspirations de recettes 100 % végé (à la Tasty) de La cuisine de Jean-Philippe! À visionner 🙂

Il m’arrive aussi souvent de m’inspirer d’Instagrammeurs qui nous donnent faim 24 \7!
Sur ce, bon mois de la nutrition!
Suzie xox

P.S. : Je me prépare mentalement à résister au bacon dans mon brunch ce week-end… À suivre!

Inspiration lunch | 12 bols à cuisiner

3 Fév

L’inspiration peut souvent nous manquer lorsque vient le temps de se faire des lunchs pour le travail. Pour ma part, je suis régulièrement tentée d’aller me chercher un petit repas au resto d’à côté pour le dîner, mais j’ai appris que cuisiner une soirée pour préparer mes repas de la semaine pouvait certainement me permettre d’économiser et surtout de manger des trucs meilleurs que ce que j’aurais acheté à priori.

 

Je fais donc régulièrement des bols maison et je suis si gentille que je suis prête à partager mes recettes coup de cœur avec vous! Ce qui est bien avantageux avec celles-ci, c’est qu’elles serviront parfois 3 à 4 assiettes et pourront vous offrir des repas pour une grande partie de la semaine. Alléluia!

 

1. Bol de salade marocaine aux légumes et pois chiches croustillants


2. Bol de quinoa aux légumes grillés


3. Bol de betteraves, choux de Bruxelles et patates douces


4. Bol de patates douces épicées et riz vert


5. Bol de couscous et courge butternut


6. Bol style  »Banh mi' »


7. Le bol « Hippie »


8. Bol de riz, légumes et tempeh fumé


9. Bol de falafels, chou-fleur, carottes et pistaches


10. Bol crémeux aux lentilles et épinards


11. Bol de quinoa, betteraves, carottes et épinards


12. Bol de quinoa au citron et poulet balsamique

En espérant vous avoir donné envie de cuisiner et d’économiser un 10$ sur votre prochain dîner!

Sur ce, aux fourneaux!

Bon dîner,

Chloé

Tu n’es pas ton voisin

8 Jan

Aujourd’hui, c’est la fête. C’est MA fête. Je suis encore comme une enfant, excitée à l’arrivée de mon anniversaire, déconcentrée toute la journée, j’ai un festival de partys et de festivités et j’aime ça comme ça. S’il y a des ballons, c’est encore mieux. Mais aujourd’hui, j’ai 26 ans. Je change de bord de vingtaine et j’avoue avoir eu un peu peur. Peur parce que je ne suis pas le plan. THE plan.

Crédit : Band and strike

J’avais une idée bien précise, étant ado, de l’adulte que j’allais devenir. Je serai une businesswoman, avec une famille, une maison, un chien (pourquoi pas quelques poules!), un mari et le tout, à 22-23 ans GROS MAX (rassurez-moi, suis-je la seule?). Évidemment, rien ne tout cela n’est encore arrivé, et je ne prévois pas le faire dans un ordre précis ou même savoir ce que l’avenir me réserve. J’ai des plans, des projets, de gros rêves. Je n’apprends rien à personne en disant que se comparer, ça fait pas mal plus de tort que de bien et que non, l’herbe n’est pas plus verte chez le voisin. Mais j’ai appris quelque chose de fondamental en vieillissant.

Prends bien soin de toi parce que personne d’autre ne le fera.

On a des amis, de la famille, un-e copain-copine, des collègues. Tout ce beau monde s’occupe de vous et se soucie de vous, c’est certain. Mais tous les objectifs qu’on peut avoir ne se réaliseront que si nous-mêmes prenons soin de les accomplir. Big news, han?

Et je m’offre le luxe aujourd’hui de vous donner des pistes de motivation qui m’aident, même si je ne réinvente pas la roue, parce que c’est ma fête pis que je feele très sagesse/vieillesse (joke pas joke).

Fais des listes

J’ai décidé, à 18 ans, que j’accomplirais un de mes rêves par année au minimum, dans n’importe quel ordre, de n’importe quelle taille. J’ai donc appris à surfer, j’ai sauté en parachute, j’ai vu U2 en show, j’ai habité à Paris et je me suis pensé-bonne, je suis tombée en amour, j’ai loué mon premier appart à moi toute seule dans le Vieux-Québec, je me suis acheté un chiot. Je n’ai pourtant toujours pas fait le tour du monde en voilier, appris le nom de tous les pays du monde, réussi à faire une grande roue, eu de jumeaux identiques… ETC.

L’objectif est de se lever, le 1er janvier, et de dire ‘’bon, quessé que je pourrais bien réaliser comme rêve cette année?’’ et de tout faire pour le réaliser. Apprendre la plongée? Facile. Parler Italien ? Go.

Prends conscience de la couleur de ton gazon

Tu penses que tu n’accomplis jamais rien de bien grand ? Ne regarde pas ton voisin qui monte le Kilimandjaro aller-retour-à-reculons-sans-être-essoufflé. Regarde plutôt les 10 lbs que tu as perdu, qui t’apportent déjà un gros changement dans ta vie. Le 5 km que tu ne pensais jamais être capable de faire. Le gâteau Reine Élisabeth que tu as cuisiné, qui semblait vraiment compliqué mais qui te fait sentir comme King Ricardo au final. Ton gazon est vert man, et être reconnaissant de ton propre effort, c’est un pas dans le bonheur.

Crédit : Love this pic

Ceci n’est pas un sprint

On fixe des buts, des rêves, des projets. Des deadlines, des ultimatums, des dates limites. La vie est inattendue. C’est un marathon, avec un chemin pas défini d’avance. C’est comme la fable de La Fontaine du lièvre et la tortue. Rien ne sert de courir, il faut partir à point. Chaque chose en son temps. [Énumérez ici toutes sortes de citations qui veulent plus ou moins dire la même chose.] Si je voulais que vous reteniez une chose de ce texte, ce serait que non, il n’y a rien que vous devez absolument faire avant d’avoir 25 ans, ou 30 ans, ou 40 ans. Vous n’êtes ni moins cool, ni plus lent, ni plus lâche. Chacun sa vitesse de croisière.

Qui suis-je, du haut de mes 26 ans, pour vous dire comment gérer votre vie ? Juste une louve, qui apprend, qui s’ouvre, qui s’enfarge et qui vieillit.

Je me souhaite d’avoir plus de gratitude pour ma vie, pour ce qu’elle m’offre, pour ce que j’en ai fait jusqu’à maintenant. De n’avoir aucun regret mais des petites choses à améliorer, jusqu’à mes 80 ans (parce qu’après ça, pour vrai, ça me tentera sûrement pu). D’aimer sincèrement, tous les jours. De prendre soin de moi, de ma santé surtout, car il n’y a rien de plus précieux.

Et je vous souhaite la même chose ❤

 

Laurie xxx

 

 

 

Mon défi végane de 21 jours | Idées recettes

20 Oct

Alors voilà, je me suis lancée dans une aventure bien particulière cette semaine et ce, pour 21 jours consécutifs. Il y a quelques années déjà que j’entends parler du Défi végane proposé par le Festival végane de Montréal et j’ai décidé d’y adhérer pour l’automne 2015.

Le mode de vie végétalien consiste à exclure tout produit d’origine animale ou impliquant leur exploitation dans son régime alimentaire. On y exclu donc, par exemple, toute viande, poisson, produits laitiers, œufs, en plus de renoncer aux produits issus des animaux, de leur exploitation ou testés sur ceux-ci. Le défi dure donc 21 jours, soit le nombre de jours pour créer ou changer une habitude, du 17 octobre au 6 novembre et termine juste à temps pour le Festival végane de Montréal qui aura lieu le 7 novembre au Marché Bonsecours à Montréal.

Bon, ceux qui me connaissent bien savent que je me lance dans un défi qui risque d’être particulièrement difficile intéressant pour moi puisque j’aime la bouffe et que même si j’ai beau faire des recettes du style « pizzas à la croûte de chou fleur » et tout le tralala santé, j’adore la viande et les produits dérivés d’animaux (genre les œufs, allô, je vais faire quoi sans mes œufs pour le p’tit déj moi? Ou le fromage, LE FROMAGE, GANG!)

Bref, j’aime manger de TOUT, donc me restreindre pour 21 jours sera certainement mon plus grand défi de l’année, mais je considère cette expérience comme étant enrichissante et instructive en ce qui a trait à mes habitudes alimentaires puisqu’il y a toujours place à amélioration. Le but du défi que je me suis donné (et imposé à mon copain, qui semble avoir plus de facilité que moi jusqu’à présent) consiste principalement à nous faire découvrir les bienfaits de l’alimentation végétalienne et mieux comprendre les impacts de notre consommation alimentaire.

Je vous suggère donc aujourd’hui quelques idées de repas végétaliens qui prouvent que manger végane, c’est pas plate pentoute! Les assiettes proposées nous font d’ailleurs remarquer qu’on peut reproduire bien des choses sans nécessairement avoir besoin de produits animaliers pour cuisiner, il faut simplement s’ajuster et s’habituer avec quelques éléments substituts.

Le p’tit déj’

Tofu brouillé, tomates séchées et basilic

Toasts aux avocats

Crêpes aux bananes et bleuets 

Smoothie chaï à la citrouille

L’heure du lunch

Bol de salade style Banh mi

Mac and Cheese au chou fleur

Ramen au miso et shiitaké

Nouilles tahini aux carottes rôties et pois chiches

On mange quoi pour souper?

Tacos de champignons portobellos

Burger aux lentilles BBQ, salade de choux mangue & carotte

Rouleaux de printemps au tofu croustillant

Soupe végé aux arachides

La dent sucrée

Barres de crumble aux framboises

Biscuits style gâteau aux carottes, glaçage crémeux aux citrons

Smoothie de chia au chocolat et pistaches

Bouchées de gâteau au fromage véganes

 

D’ici-là, souhaitez-moi bonne chance et pour tous ceux qui seraient tentés de faire le défi, je vous encourage fortement à l’essayer même si les premiers jours sont déjà passés! Une saine alimentation, ça ne peut pas faire de tort à personne!

– Chloé

Histoires vécues : quand tu tombes amoureuse de ton gym.

23 Sep

Quand mon gym a dévoilé l’horaire d’automne, il y a quelques semaines,  mes yeux brillaient. Je planifiais déjà mes lundis, mardis, mercredis en fonction des cours offerts. Je pense que j’ai regardé le tableau au moins 20 minutes pour tout analyser. Je capotais. Pis là, je me suis rendu compte que s’il y avait une histoire d’amour qui me fait toujours du bien c’était celle avec mon gym. Et je ne pensais jamais dire ça. Parce qu’avant, mes soirées était programmées selon les émissions à la TV.

Crédits: thesummitpersonaltraining

Et j’ai réalisé que depuis bientôt cinq ans, cet endroit là me rendait si heureuse. Assurément, ce lieu de ressourcement m’a vu dans tous mes états. Des peines d’amour, des déceptions, des moments de folies, de la fébrilité, du gros bonheur, de la tristesse, mais toujours de la fierté. Je me suis rarement empêchée d’aller bouger parce que je me sentais un peu croche.  Je savais que rendu là-bas j’allais pouvoir chanter, relaxer, lever des poids, courir pis me dire que tout ira mieux demain. Pis c’est vrai, parce qu’une fois dans la place, je me sens toujours bien.

Ce qui est encore plus beau dans cette histoire, c’est que je pense que je ne suis pas la seule à croire que ce gym-là change un peu nos vies. Je fais rarement ça, mais j’ai demandé à des amies de me dire pourquoi ce lieu était aussi sacré pour elles.

J’ai adoré Annick dès notre première discussion. Une Beauceronne comme moi. Elle a suivi son premier cours de spinning il y a 5 ans. Elle avait un peu choisi le gym pour les horaires, mais sans attentes. « Dans ma tête, j`allais au gym pour moi et non pas pour me faire des amies. J`avais dans l`idée que ça serait comme dans tous les autres gyms. Je me suis fait prendre au jeu. Peu à peu, j`ai commencé à discuter avec telle et telle autre fille.»  Elle y allait presque tous les jours « Non pas par obligation, mais parce que j`aimais ça à la folie! C`était rendu ma routine, mon monde, ma petite gang. Mon corps et surtout ma tête me remerciaient. »

Même enceinte, elle a continué son entraînement assidûment  «J`ai fait du spinning jusqu`à 40 semaines et 1 jour! ».  Je dois dire que ça me fascine.

J’ai également appris à connaître la merveilleuse Marie-France lors d’un week-end hivernal au chalet.  Au gym, elle se sent comme à la maison «J’y vais au moins trois fois par semaine. Quand j’arrive, les personnes à l’accueil me saluent par mon nom, en cherchant mon regard, en me souriant. Je me sens comme si je rentrais à la maison. Pour quelqu’un qui vit seule, qui n’a pas de chum, ni d’enfant, c’est rassurant. » Son dada, c’est le spinning. « C’est ma drogue. Que tout aille bien ou que tout aille mal dans ma vie, il y a le spinning. Sur mon vélo, j’ai l’impression d’être forte, d’être solide et que tout est possible. Oui tout est possible et c’est pourquoi la vie est belle! »

IMG_0145

Crédits: bef0e_iphone_gym-workout-bike-exercise

Cette phrase, la propriétaire Nancy nous le répète si souvent. « Et vient un moment où ça nous rentre dans la tête, ça s’incruste!!! Je ne sais plus combien de liste de rêves/buts/objectifs j’ai pu élaborer dans ma tête pour les 5-10 prochaines années pendant que je spinnais. » Marie-France s’entraîne au Profil depuis plus de 10 ans. Elle a  perdu 30 lbs (environ 3 lbs par année) mais elle a surtout gagné  de la masse musculaire, de la confiance en elle, de l’estime et des amies.

Enfin,  Véronique, cette femme qui a toute mon admiration. Voici son histoire.

« J’aime Le Profil parce que ce n’est pas qu’un gym. À l’instant où l’on passe la porte, on sent qu’ici, c’est différent. Comme une sensation d’arriver chez-soi. Je me suis toujours sentie accueillie, respectée, aimée. Oui oui, aimée. Parce qu’au Profil, tu es saluée par ton prénom avec un grand sourire à l’arrivée et au départ. Parce que ce gym, c’est un endroit qui m’a en quelque sorte sauvé la vie. Mon refuge lorsque tout autour de moi, rien n’allait plus. Combien de fois j’ai pleuré dans les bras de Nancy. Toujours elle est là à écouter, aimer, sans juger. Avec moi, mais aussi avec des dizaines d’autres. Parce que Nancy, elle veut que tu te sentes bien dans ton corps, dans ta tête et dans ton coeur. La passion et l’authenticité de sa personnalité rayonne partout. Ce gym est précieux pour moi parce que j’y ai rencontré des femmes extraordinaires qui sont devenues de précieuses amies dans la vie. Sans elles, ma vie n’aurait pas le même sens. Parce que mon gym m’a permis de me dépasser physiquement mais aussi de cultiver mes passions et de cliente, je suis devenue prof de spinning et de yoga. Ça me permet de faire ce qui me rend heureuse, ma mission de vie: partager mes passions, redonner aux femmes le goût de bouger, qu’elles méritent de prendre soin d’elles, de se sentir belles, accomplies, uniques. J’ai besoin de ce gym et des trésors de personnes qui en font partie. Parce qu’au delà de la mise en forme, je fais le plein d’énergie et de bonheur à chaque fois que j’y suis. »

IMG_0144

Crédits: dynamic-gym-thyez.fr

On dirait que je n’ai rien à ajouter. Il est 19 h, je pars à pied à mon cours d’Hatha yoga. Comme chaque mardi, pis j’ai hâte. Si un jour je déménage, je sais que j’aurai un deuil à faire avec Le Profil.

Sarah xx

Idée brunch | La chakchouka

22 Sep

À la grande demande de plusieurs, je vous présente aujourd’hui ma recette de chakchouka maison (shakshuka/ shakshouka en anglais). La chakchouka est un plat d’origine tunisienne, mais qui est d’ailleurs retrouvé dans la cuisine marocaine, algérienne et israélienne. Ce repas est grandement connu pour ses saveurs prononcées et je vous présente aujourd’hui la chakchouka un peu réinventée à la Chloé, qui n’est donc pas épicée (ben oui, je suis une chochotte quand le goût piquant est trop relevé). 

AVERTISSEMENT : La recette qui suivra n’est donc pas forte pour les papilles gustatives sensibles, mais si vous recherchez un goût plus rehaussé, vous pouvez assaisonner le mélange de cumin, de paprika et de flocons de piments rouges.

Temps de préparation : 10 minutes
Temps de cuisson : 35 minutes
Pour 2 à 4 portions

INGRÉDIENTS

Huile d’olive
Moitié d’un piment rouge, coupé en fines lanières
Un oignon jaune moyen, coupé en fines lanières
1 oignon vert, haché
2 gousses d’ail, hachées
1 canne de tomates en dés (j’utilise normalement les Aylmer Accents puisque les tomates sont finement coupées, mais les gros dés peuvent aussi bien faire l’affaire)
1/2 canne de pâte de tomates
1/2 c. à thé de basilic séché
1/2 c. à thé de thym séché
1/2 c. à thé d’origan séché
60 g de fromage feta
1 c. à thé d’olives noires
1 poignée de coriandre, grossièrement hachée
4 oeufs
Sel et poivre, au goût
Pour une version plus épicée, ajouter 1 c. à thé de cumin, 1 c. à thé de paprika et 1/2 c. à thé de flocons de piments rouges.

PRÉPARATION

  1. Réchauffer un peu d’huile d’olive dans une grande poêle à feu moyen-vif, ajouter l’oignon jaune et le piment et cuire jusqu’à ce qu’ils soient tendres, environ 12 minutes.
  2. Ajouter l’ail haché et laisser cuire 1 minute. Ajouter les tomates en dés, la moitié d’une canne de pâte aux tomates et les épices, bien mélanger et laisser cuire environ 5 à 7 minutes ou jusqu’à ce que le 3/4 du liquide s’évapore. Créer un espace pour faire des « trous » dans la poêle et craquer les œufs dans ceux-ci sans les casser. Ajouter le feta et les olives, recouvrir et laisser cuire environ 8 minutes ou jusqu’à ce que les œufs se recouvre d’une mince couche blanche (vérifier si la couche blanche est trop molle, si c’est le cas, laisser cuire encore 1 à 2 minutes). Retirer du feu.
    N.B Les œufs continuent de cuire dans le mélange même si la poêle n’est pas sur le feu, donc attention de ne pas les laisser trop longtemps, on veut garder le jaune liquide!
  3. Ajouter les oignons verts, la coriandre, du sel et du poivre au goût. Servir.

On peut servir la chakchouka telle quelle puisqu’elle est plutôt consistante ou avec une baguette de pain!


Cette recette est conçue pour 2 à 4 personnes, mais la chakchouka est un plat qui est aussi idéal à servir en groupe. Doublez ou triplez les ingrédients et servez un plat bien différent pour bruncher avec vos amis. D’ailleurs, puisqu’on y inclut des œufs, nous sommes portés à dire que la chakchouka se cuisine pour déjeuner, mais la recette peut également être servie en soirée, tel qu’en Israël!

Bon appétit!
– Chloé

%d blogueurs aiment cette page :