Tag Archives: porto

Spaghettini au bleu et à la gelée de raisins

11 Mai

Le plat de spaghettini que je vous propose aujourd’hui comporte du fromage bleu, mais son goût y est plutôt subtil et je crois que même les personnes ayant une certaine résistance au bleu se trouveront comblé par cette proposition grâce au goût sucré de la gelée qui vient estomper la puissance du fromage. Donc n’ayez pas peur et osez!

Cette recette et l’amour que j’ai pour le fromage me furent transmis par la plus belle femme de ce monde, ma mère, à qui j’aimerais d’ailleurs faire une petite mention spéciale puisque l’intérêt que j’ai pour la gastronomie aujourd’hui provient de cette merveilleuse personne qui m’a poussé, dès mon jeune âge, à goûter à toutes les saveurs possibles afin de bien élargir mon horizon culinaire. Je te suis infiniment reconnaissante pour tous les petits trucs et conseils que tu m’as donnés au fil des ans et qui font définitivement la différence aujourd’hui. Je t’aime maman et merci d’être aussi bonne!

Temps de préparation : 20  minutes
Pour 2 portions

INGRÉDIENTS

2 portions de pâtes style spaghettini
125 g fromage bleu extra crémeux (j’ai utilisé le Castello pour cette recette)
2 c. à thé de crème à cuisson
1/3 oignon rouge coupé en lanières
1 ½ c. à thé de sirop d’érable
1 c. à thé de cassonade
3 c. à soupe de gelée de raisins
3 c. à soupe de porto (on peut le substituer par du vin rouge)
Huile d’olive

PRÉPARATION

  1. Réchauffer dans une petite casserole le fromage bleu et la crème à cuisson à feu doux en remuant régulièrement. Faire cuire l’équivalent de 2 portions de spaghettini au même moment selon les instructions.
  2. Dans une petite poêle, faire chauffer l’huile d’olive et y déposer les oignons rouges coupés en lanières, faire cuire à puissance moyenne 2 minutes de chaque côté et y ajouter 1 ½ c. à thé de sirop d’érable et 1 c. à thé de cassonade. Remuer régulièrement et laisser cuire jusqu’à ce que les oignons soient dorés. Disposer.
  3. Dans une autre petite poêle, ajouter la gelée de raisins et le porto et faire réchauffer à feu doux durant 2 minutes en remuant régulièrement.
  4. Égoutter les pâtes et les rincer à l’eau tiède si elles sont trop chaudes pour ensuite les transférer dans la casserole de fromage bleu. Bien mélanger les pâtes avec le fromage afin que toute la saveur s’imprègne sur les spaghettinis.
  5. Transférer les spaghettinis dans deux assiettes en dégageant un trou du centre, couler la gelée de raisins et porto et ajouter les oignons caramélisés. Laisser la gelée de raisins au centre est plutôt pratique puisque son goût sucré ne vole pas la vedette au fromage bleu. On peut alors tremper nos spaghettinis selon notre préférence dans celle-ci.

 

Alors, voilà! Un plat extrêmement savoureux qui se prépare en 15 à 20 minutes seulement! Si vous aimez moins le fromage bleu, je vous lance tout de même le défi de cuisiner cette recette afin de pousser vos limites culinaires un peu plus loin. Qui sait, ce plat pourrait vous faire tomber amoureux des fromages plus fort!

Bon appétit et n’hésitez pas à m’écrire vos commentaires!

Chloé

 

Publicités

Et la fois où j’ai mangé comme une cochonne à Porto

8 Mai

Je sais, si on pense à la ville de Porto, on s’imagine plutôt en train de boire que de manger. Mais moi, je n’ai jamais vraiment compris l’intérêt de boire du vin accompagné de chocolat.

Et pendant mon week-end à Porto, mon coup de cœur n’a pas été la dégustation de porto aux Caves Kopke (même si c’était très sympathique), mais plutôt la découverte de la Taberna Santo Antonio !

Crédit Photo: Lisa Marie Grenier

Dégustation de Porto

En effet, je suis arrivée à Porto en fin de soirée avec mon amie, et il pleuvait tellement que nous avions juste envie de trouver notre hôtel, aller manger, et rentrer. Sur les bons conseils du réceptionniste, on se dirige vers ce restaurant (qui n’en avait pas vraiment l’air vu de l’extérieur) et on y entre sans trop de conviction. Et c’est là que la magie a commencé ! On se rend compte que l’endroit est géré par une famille (qui parle français en plus !). Le garçon au service et la mère en cuisine. On est accueillies comme si on était de vieux amis, gentiment mais sans chichis, et on nous fait goûter le vinho verde tout en nous expliquant le menu. En effet, pas de menu traduit en anglais pour les touristes. Ici, le menu écrit en portugais change tous les jours en fonction des envies de la mamã. On commence donc avec nos entrées, et notre quart de vin chacune (pas de vinho verde pour moi, ce sera du rouge !). On passe ensuite au plat principal… My God, c’est immense !

J’avais opté pour la francesinha, question de commencer par un plat typique. On pourrait comparer ça un à genre de croque-monsieur (pain, jambon, fromage), servi avec un œuf sur le dessus et plein de sauce. Servi avec des frittes, au cas où ça ne suffirait pas… Mon amie avait quant à elle opté pour un autre classique, le bacalhau (morue) accompagné de arroz de feijão (riz aux haricots). Je ne pourrais pas dire pour le poisson, mais le riz était tellement bon que j’en ai mangé malgré ma propre assiette d’ogresse ! Je pense qu’à ce moment-là, on avait déjà dû déboutonner nos pantalons… Mais quand on nous a offert le dessert, on ne pouvait juste pas refuser.  Cet endroit était reconnu pour sa mousse au chocolat, il y avait même un article de journal sur celle-ci accroché au mur, alors il fallait bien tester !

Crédit Photo: Lisa Marie Grenier

Notre repas « léger »

La soirée avançait, et à force de discuter avec le serveur et la mère qui venait s’assurer qu’on se régalait, et de prendre des photos avec eux, on se sentait vraiment comme à la maison. On prend donc le digestif, une eau de vie qui nous a bien arrachés la gueule (même pour des alcoolo comme nous !). Mais il fallait bien quitter à un moment ou à un autre (pour mieux revenir !), alors on finit par demander l’addition : un gros total de 23 euros. On regarde et regarde encore, on se dit qu’ils ont dû oublier quelque chose ! Mais non. Entrée, plat, dessert, quart de vin et digestifs en quantité et qualité ; le tout dans une ambiance des plus chaleureuses pour un gros 11.50 euros par personne. Porto, je t’ai aimé dès le premier soir !

Crédit Photo: Lisa Marie Grenier

Crédit Photo: Lisa Marie Grenier

Lisa Marie xx

%d blogueurs aiment cette page :