Tag Archives: montagne

Partir seule en Amérique du Sud quand t’es une fille? Facile… ou presque.

17 Oct

Toute seule, en étant une fille qui n’a pas suivi de cours de jujitsu pendant 10 ans et qui a juste une ceinture blanche barre jaune au taekwondo, il est facile de partir en voyage, à condition d’être préparée et de parler aux inconnus. C’est donc avec mon sac à dos rempli de bobettes propres, de Peptobismol et de bas de rechange que je suis partie, le 23 août dernier, au Pérou pour ce qui allait être un voyage d’aventures, rien de moins.

Il n’existe jamais assez d’histoires racontées par les voyageurs qui ont visité un pays X ou Y. Rien de plus motivant que de s’asseoir un café à la main, avant de choisir une destination ou de planifier celle déjà choisie, pour lire les comptes-rendus faits par d’autres wanderlust aguerris.

*Toutes les photos sont les miennes, en passant! 

14600492_1335151653191635_280873267_o

C’est de ce pas que je vais vous conter, à mon tour, le voyage que j’ai décidé de faire en achetant mon billet d’avion deux jours avant mon départ. Le coût de mon voyage fut de 2000$ pour 16 jours. Ce montant inclut mes deux billets d’avions, nourriture, logements et activités.

Avant de partir au Pérou, c’est très important de penser à ça :

  • Tes vaccins contre la fièvre jaune et la malaria si tu prévois visiter l’Amazonie.
  • Une lampe frontale.
  • Des paires de bas de laine. Ça doit sécher vite. Il n’est pas rare que tes pieds se baignent.
  • Un sachet de soupe Lipton au cas où ton corps déciderait de faire faire un u-turn à la nourriture dans ton estomac.
  • Un système de purification d’eau comme de la Pristine (à ne pas confondre avec Cyprine, ça fait drôle au magasin).
  • Un imperméable.
  • Des photocopies de ton passeport et de tes cartes importantes.
  • De l’argent américain.
  • Pour tout le reste, Mastercard ou Visa, oui merci beaucoup.

14550944_1335162119857255_2043265437_o.jpg

23 août: le grand départ

C’est sous deux Attivan pis du Gerry Boulet que je suis partie à bord d’un Boeing de la compagnie AeroMexico. Ne vous inquiétez pas, je n’ai pas eu à sortir mes bras de l’avion pour le stabiliser. Au contraire, j’ai reçu de la nourriture et une (des) boisson(s) alcoolisée(s), dans ma bouche, gratuitement. Il était 8h du matin. J’ai oublié ma peur en même temps que ma première gorgée. Je suis arrivée à Lima, la capitale du Pérou, vers les 23h le soir même. J’ai rencontré deux gringos, masculins, dans la file pour déclarer un abus de bobettes propres. Puisque j’avais vraiment, mais vraiment rien réservé pour ce soir-là, je suis embarquée avec eux, dans un autobus de nuit de la compagnie la plus réputée du Pérou, Cruz Del Sur, pour ma première destination : Huacachina, ou comment avoir du sable à l’intérieur de la rétine pour 20$.

14550954_1335159356524198_418821257_o

14600608_1335145609858906_633011706_o

24-25-26 août: Huacachina et son désert de sable

  • 6 heures d’autobus
  • Une petite ville construite en demie-lune autour d’un étang qui diminue d’année en année. En fait, l’eau qui devient stagnante est directement pompée de la nappe phréatique sous le sable. Question d’en mettre plein la vue aux touristes (jusqu’à épuisement des stocks).
  • Un désert accessible à pied ou en sandboogie amusant.
  • Faire du sandboard (planche à sable) et ramasser l’équivalant d’une pépine de sable dans les souliers. Parfait pour ouvrir une verrerie de retour au Québec.
  • Les meilleurs falafels sont à La Casa de Bambou.
  • Le seul endroit au sud du Pérou où tu n’auras pas besoin de ta petite laine.

14618746_1335152773191523_1355381371_o.jpg

27-28 août : Arequipa et sa Plaza de Armas historique

  • 12 heures d’autobus demi-cama (inclinaison de 160 degrés)
  • Un excellent arrêt pour habituer son corps et son esprit à l’altitude avant de se rendre à Puno, le point le plus élevé du Pérou.
  • Les pizzas maison sont excellentes.
  • Il y a le couvent Santa Catalina, le plus grand monastère encore utilisé du monde. Encore une quarantaine de carmélites y habitent aujourd’hui.
  • Goûtez à l’infusion de feuilles de coca: la boisson augmente le taux d’oxygène dans le sang et permet une adaptation plus facile aux effets de l’altitude.

14618778_1335142616525872_1483580327_o

29-30 août : Puno, le lac Titicaca et les îles flottantes

  • Après avoir passé la première nuit à chercher mon souffle, j’ai pu visiter la ville tissée serrée de Puno.
  • Une patte de poule dans une soupe.
  • Les îles flottantes, faites à partir d’une plante marine, sont très touristiques, mais restent un incontournable. J’ai eu la chance de manger un repas 100% typique sur l’île naturelle de Amantani. J’ai même eu droit à un retour en barque avec les habitants.
  • Beaucoup de chiens errants. Tenez votre cœur serré.
  • Leur fromage, c’est un aliment qui se garde au chaud, frotté au sel, vendu dans la rue, à mi-chemin entre un vieil oka et du féta sec. Un must.

14614345_1335142613192539_451113628_o

31 août et 1er septembre : Cusco et la recherche d’une agence pour faire le Jungle Trail

  • Il y a un McDonald’s, c’est le temps de renflouer les coffres de croquettes.
  • La Plaza de Armas, la place centrale de la ville, est bourrée de bâtiments historiques très baroques, imposants. De toute beauté.
  • Encore, buvez, dégustez des infusions de coca. L’altitude est sournoise mes ami(e)s.
  • Il y a un restaurant, le Green Spot, où sont servis des repas 100% végétariens et extrêmement goûteux. Loin du cochon d’Inde que j’ai eu aucun plaisir à grignoter.
  • Le cochon d’Inde, le repas « typique » du Pérou est un classique pour Instagram mais un désastre pour l’estomac et les papilles. Un savant mélange de poivre et d’un trop-plein de peau.
  • Pour vous amuser, l’auberge de jeunesse Pariwana est un incontournable. Par contre, si tu recherches aussi les bénéfices d’un sommeil réparateur, quitte le projet. Quatre heures de l’après-midi ou 4 heures du matin, même histoire.

14618757_1335142593192541_1343697619_o

2-3-4-5 septembre : L’ascension du Machu Picchu, du rafting, du vélo de montagne, de la zipline et 30 kilomètres de marche

Le plus gros de mon budget est passé dans l’chat d’un tout-inclus de type aventure. Pour environ 240$ canadien : 4 jours, 3 nuits, repas inclus, logée dans des auberges de jeunesse correctes, billet pour le Machu Picchu, 40 kilomètres de descente de vélo de montagne, du rafting, de la zipline et environ une trentaine de kilomètres de marche dont quelques-uns sur la route originale des Incas. Vous ne me le referez pas dire, c’est pas un choix, mais une obligation.

14585827_1335142583192542_1943842729_o

En bref, cette aventure se résume en :

  • Tout ton équipement dans un petit sac à dos.
  • Être créatif avec peu. Un chandail devient un chapeau et une gourde d’eau un récipient à vomi.
  • Avoir l’impression d’être plus en forme que ce que tu t’imaginais.
  • Vivre en commune avec une dizaine d’étrangers et qu’à la fin, tu les considères comme de la famille.
  • Faire une collection de piqûres d’insectes dans le creux de ton genou. Parfait pour vendre sur Kijiji au retour.
  • Boire un shooter d’un alcool louche avec un serpent venimeux à l’intérieur. Aucun risque, son venin avait été retiré à l’aide du lait.
  • Goûter à du chocolat 100%. Rien à voir avec mon péché de Kinder Surprise.
  • Manger du riz blanc, des avocats, du riz blanc, des aubergines, du riz blanc, des pâtes, des crêpes et du riz très blanc et blanc couleur neige sur la palette SICO.
  • Monter une centaine de marches inégales pour aller sur le site du Machu Picchu, sous une pluie torrentielle quand il n’avait pas plu depuis le début du voyage, à 5h du matin, en ayant oublié sa lampe frontale. Du génie. Mon téléphone tousse encore.
  • Un party de ponchos laids rendu en haut. Ressentir une jalousie extrême des personnes aux ponchos laids. Avoir une piscine dans ses souliers. Se rendre compte que le protège sac à dos que tu avais était rendu en boule sous le sac : très utile, aucun vêtement sec. Faudra endurer la grande.
  • Regarder le Machu Picchu et trouver ça beau. Ça en valait bien toute cette sueur. Trouver ça tellement beau qu’en clignant des yeux un verre de contact fugitif a quitté mon iris. Ça n’arrive pas, ces affaires-là, sauf devant une des merveilles du monde. Pas le choix.

14572084_1335142586525875_973463575_o

Je suis retournée à Lima de Cusco en avion question de sauver 23 heures d’autobus pénibles longeant des précipices sans fin et sans espoir. À Lima, j’ai fait un arrêt d’une journée pour acheter tous les cadeaux que mes ami(e)s m’avaient suppliée de ramener, me faire tatouer la divinité des Incas, le Pachamama et donner de l’amour à une abondance de chats errants, au parc Kennedy, dans le district de Miraflores.

14585676_1335142599859207_2028481772_o

Les voyages en solitaire apportent son lot de bons et de mauvais côtés. Parfois, on se sent vide et on s’en veut de pas avoir attendu que sa meilleure amie veuille aller ailleurs que dans un tout-inclus en Jamaïque. D’autres fois, on fait le point avec soi-même, on s’aime davantage, on pousse ses propres limites à en rire et pleurer, on rencontre des gens différents, trop même parfois, mais c’est dans la différence que réside la beauté du partage. Avec un peu d’organisation, de détermination, de débrouillardise et une pincée de courage, tes limites disparaissent. Quelles limites, toi, veux-tu faire disparaître?

Pour voir l’intégrale de mes photos de voyage, sois curieux (se) et rends-toi sur mon instagram!

Vanessa

Publicités

De l’orgueil bien placé

21 Août

Je suis en vacances. Présentement, genre là là! C’est la semaine que j’attendais depuis un bout de temps, pour pouvoir vraiment décrocher. Et je l’ai fait! Des pop-up Facebook ici et là et l’ouverture de 2-3 courriels max, un record. Pour cette semaine-là, avec mon amoureux, on a décidé sur un coup de tête d’aller relever un défi. Pis moi les défis, j’aime beaucoup ça.

3 jours avant le vendredi-YAY-VACANCES, ledit amoureux me propose de partir en roadtrip puis d’aller monter une montagne. Jusque-là, plutôt chouette idée! Puis, il propose le Mont Washington, dans le New Hampshire. Cette toute petite montagne de 1916 mètres. 84 mètres de moins que deux kilomètres. Alors, moi, correct en forme, je dis « bonne idée! ». Et c’est ainsi que nous sommes partis, plus ou moins préparés, pour affronter la bête. Pas besoin de vous dire que mon angoisse montait au fur et à mesure qu’on se rapprochait de la White Moutains National Forest.

J’ai pensé vous parler de mon expérience pour vous inspirer à aller vous aussi relever les défis des montagnes, ça vaut le coup!

D’en bas, ça semblait pas si mal… Crédit : Laurie Couture

CONSEILS PRATIQUES

Ne monte pas une montagne qui le veut. En fait, c’est faux, tout le monde peut le faire. Cependant, quelques petits trucs vous éviteront de faire de ce moment un calvaire.

  • Amener beaucoup d’eau. Sur le chemin, quelques sources d’eau seront disponibles pour faire le plein et croyez-moi, vous le ferez. Vous n’avez peut-être pas l’impression que vous avez soif, mais c’est le cas. S’hydrater évitera de tomber plus tard;
  • De tes pieds, tu prendras soin. Oui, les ampoules sont quasi inévitables. Des paires de bas épais et confortables ainsi qu’une paire de rechange sont nécessaires. Également, j’ai vu quelques personnes monter en espadrilles de sport. Ça fait la job mais ce n’est pas optimal. Les grosses roches sont légion et vos New Balance de course tiendront difficilement votre cheville en place;
  • Ton corps est une machine. Et cette machine, elle a besoin de carburant. Des protéines et du sucre, c’est important pour s’assurer une descente ou la poursuite de la montée adéquates. Cannes de thon, pain, chocolat, fruits, fromage. De la nourriture facile à trainer!
  • La courtoisie c’est important. Plusieurs autres hikers seront sur la montagne et c’est important d’en prendre compte, de les saluer, de dire s’il y a une embûche plus loin, etc. J’ai trouvé la plupart des gens très sympathiques et ça ajoute à l’expérience globale!
  • Les pauses, ce n’est pas juste pour les faibles. C’est vraiment un exploit de monter une montagne sans jamais s’arrêter, parce que c’est déjà un exploit tout court. Ceci dit, prendre le temps de regarder autour de soi, d’admirer la magnifique vue et de respirer un bon coup pour mieux repartir ne va que vous permettre d’aller plus vite et d’en profiter davantage.
Vers la fin de la montée, la vue était imprenable Crédit : Laurie Couture

Vers la fin de la montée, la vue était imprenable
Crédit : Laurie Couture

MON EXPÉRIENCE

Dire que j’ai eu de la difficulté ne serait pas assez fort comme mot. Je pense que j’ai relevé le défi comme une grande grâce à une seule et unique chose : mon orgueil. Ce même orgueil qui me pousse à aller toujours plus loin. Mais le tout ne s’est pas fait sans chialer, oh que non! Nous avons emprunté la Tuckerman Ravine Trail, sur le versant Est de la montagne et j’avais l’impression de gravir un mur, rien de moins. De la base de celui-ci, le sentier n’est pas apparent et nous ne savions vraiment rien de ce qui nous attendait.

Le seul bémol c’est, paradoxalement, le sommet. Le nombre de touristes est impressionnant, pour la plupart montés en train ou en voiture. Ce n’est donc qu’un vaste parking rocailleux avec quelques tables ici et là. Ça n’a vraiment rien d’impressionnant! La vue est magnifique, certes, mais elle l’est tout autant un peu plus bas, les flashs d’appareil-photo en moins.

Ce qu'on est fier de nous! Crédit et main : Julien Gobeil-Proulx

Ce qu’on est fier de nous!
Crédit et main : Julien Gobeil-Proulx

J’ai adoré, malgré tout, cette journée. J’avais un sentiment de fierté indescriptible. La preuve, je suis allée me chercher de nouvelles bottes de randonnée dès le lendemain pour nos prochains week-ends de nouveaux randonneurs montagnards.

QUELQUES IDÉES

Au Québec, plusieurs monts sont disponibles pour un week-end de randonnée, jusqu’à tard cet automne.

  • Les Monts Valins, au Saguenay
  • Le Mont Albert, en Gaspésie
  • Les Hautes Gorges, à la Malbaie
  • Le Mont Wright, à Stoneham
  • Le Parc de la Jacques-Cartier, à Québec
  • Le Massif du Sud, à Saint-Magloire
  • Le Mont Sainte-Anne, à Sainte-Anne-de-Beaupré

J’aimerais beaucoup avoir vos commentaires sur vos différentes randonnées et je vous reviens sous peu avec mes prochaines expériences!

Laurie-Louve

Et la fois où j’ai monté une grosse montagne pendant la nuit

25 Mai

Je ne fais pas trop dans le spirituel en général… je visite bien des temples, des églises, et j’ai lu « Eat Pray Love », mais ça s’arrête à peu près là. Pendant mon séjour au Sri Lanka, j’avais tout de même proposé un petit défi à l’amie qui m’accompagnait : celui de faire la montée du Adam’s Peak.

Pour vous situer, Adam’s Peak est une montagne de plus de 2000 mètres considérée comme un lieu saint par les hindous, les bouddhistes, les musulmans et les catholiques. Pour une fois que tout ce beau monde est d’accord sur quelque chose, je me disais qu’il devait bien y avoir quelque chose de spécial. Là où ça se corse, c’est que c’est aussi un pèlerinage à faire, avec ses quelques milliers de marches. Et moi, j’ai pensé que ce serait une bonne idée de le faire aussi, question de donner un peu de profondeur à notre voyage.

Alors avec mon amie, on se prépare mentalement, on prépare même des petits papiers avec les noms de gens qu’on aime en se disant qu’on se prendra en photo avec lesdits papiers pendant la montée, question de faire un pèlerinage d’amour pour eux, enfin quelque chose du genre.

On commence la montée de nuit, car le but est de voir le lever du soleil. On est pleine de motivation, le ciel est rempli d’étoiles et on se dit qu’on est belles et qu’on est capables. Sauf que 3h de montée, avec des marches pas égales, un sac à dos qui finit par peser et la fatigue accumulée pour des filles pas spécialement sportives, je peux vous dire que c’est long. Je pense que ça m’a paru plus long que l’intégralité du Seigneur des Anneaux en version extended !

Quelque part en chemin, on trouve un spot pour faire une pause devant un bouddha et on se dit que c’est le moment de faire notre trip photo pour les gens qu’on aime. Sauf qu’il y a plein de monde, et quand on s’arrête, en sueur, on se met à avoir froid vu l’altitude, et en plus on se sait pas combien de fichues marches il nous reste à monter ! On se regarde, et d’un accord commun, on se dit « f**k  le spirituel ». On voulait juste arriver.

Je n’y croyais presque plus, mais on a fini par atteindre le sommet. J’aurais pu pleurer. Sauf qu’il restait presque 2h encore avant le lever de soleil et, au sommet, c’est en fait un tout petit plateau avec un temple. C’était déjà bondé avec tous les gens qui étaient montés de jour et s’étaient fait un campement pour être aux premières loges. L’aube arrive, mais on ne voit rien derrière tous ces gens et ces téléphones et appareils photos brandis bien haut vers l’Est.

Tout ça et je n’aurai pas la possibilité de voir le lever de soleil promis ? Pas question ! Je détecte un bout de muret sur le côté, où il n’y a personne. Je grimpe sur le muret à l’aide d’une poubelle, j’aide mon amie à se hisser avec moi sur notre petit bout de mur, et là, c’était le carré VIP : vue parfaite et au-dessus de tout le monde.

Lever du soleil au sommet de Adam's Peak

Lever du soleil au sommet de Adam’s Peak

Bon, pour être honnête, ce n’était même pas le plus beau lever de soleil que j’ai vu dans ma vie. Mais c’était quand même particulier avec tous ces gens et les coups de tambours qui accompagnaient le spectacle. Ce qui m’a coupé le souffle, c’est la vue qui s’offrait à nous ensuite : à 2000 mètres dans le noir, on ne se rend pas compte de ce qu’on a pu monter, et on ne voit rien en dehors du sentier. Après le lever du soleil, on voyait les montages et les lacs en contrebas, et on réalisait vraiment l’ampleur de notre parcours. On aurait dit une peinture, et les photos ne rendent malheureusement pas le dixième de la beauté du décor.

Notre vue du sommet

Notre vue du sommet

Voilà, nous avions accompli notre défi. Mais vous savez ce qui est plus dur que de monter des marches pendant 3h ? Les redescendre ! Car dès la première marche, nos mollets voulaient exploser. Mais il y en avait encore pour 3h…

On était tout en haut!

On était tout en haut!

Avez-vous déjà fait un voyage/activité spirituelle?

Lisa Marie

%d blogueurs aiment cette page :