Tag Archives: Molière

Petit lexique pour maîtriser l’art de l’Avare

25 Avr

Il y a ceux qui feraient tout par amour. Ceux pour qui l’amour rend aveugle. Et il y a celui pour qui l’argent rend aveugle. Dans L’Avare de Molière présenté au Théâtre La Bordée jusqu’au 6 mai prochain, Harpagon interprété brillamment par Jacques Leblanc est tout simplement rebutant.

Le pingre déshériterait sans regret ses propres enfants pour amener avec lui son butin dans sa tombe. Parlons-en de ces enfants! Tous deux amoureux, ambitieux et un brin malicieux. Elise n’a d’yeux que pour Valère, l’intendant d’Harpagon. Déterminée à vivre son amour au grand jour, mais prise dans cette époque où la permission du paternel est essentielle et où la dote a la cote, elle patiente languissante que son Valère convainque son père. Mademoiselle Picknell toute en pastel est de toute beauté et dégage une effervescence qui émane dans toute la salle. Cléante quant à lui fastueux amoureux de la belle Mariane danse entre l’extravagance et la résistance pour faire chanter son père dont il est tout le contraire, charismatique et sybarite :

« Je voudrais bien savoir, sans parler du reste, à quoi servent tous ces rubans dont vous voilà lardé depuis les pieds jusqu’à la tête (…) »

L'Avare_3.jpg

Crédit: Nicola-Frank Vachon

 

Celle qui nous enjôle, nous ensorcelle c’est sans aucun doute la plantureuse Fronsine. Voluptueuse entremetteuse, elle allume les coeurs de ceux qui sont sur son chemin et titille les corps les plus éteints. La grande Frédérique Bradet, je l’admets, nous en met plein la vue à chaque présence sur scène. Convaincante, surprenante, provocante, on ne peut qu’avoir hâte à sa prochaine apparition.

Bien que la prose puisse parfois nous rendre les choses plus compliquées qu’elles ne le sont en réalité, nous étourdir, nous perdre, la mise en scène de Bertrand Alain permet de démystifier la plume de Molière, la rendre efficace, nous amener droit au but. Les mots virevoltent si naturellement qu’on en oublie les rimes et les tirades pour laisser place à un théâtre presque contemporain. L’amalgame de musique, de chorégraphie et de costume font de ce folklore classique français un récit intemporel. L’action prend place dans la cour intérieure défraîchie de la demeure d’Harpagon. Lieu de confidence aux mille secrets où les quiproquos s’enchaînent, la cour est à l’image de son propriétaire, déchue et austère. Mais l’on vient lui redonner sa couleur et sa fraîcheur en se servant de ses niveaux comme d’un podium où les personnages défilent sur une musique électro-pop avec quelques mouvements savamment chorégraphiés. Et hop! on se retrouve dans une parade de notre siècle passé à surconsommer.

L'Avare_4

Crédit: Nicola-Frank Vachon

Merci à La Bordée de mettre de l’avant le talent indéniable de la relève théâtrale à Québec, je pense entre autres à Paul Fruteau De Laclos qui interprète Valère. C’est d’ailleurs un des objectifs principaux du nouveau directeur artistique, Michel Nadeau. Pour la 41e saison du théâtre, il tient aussi à encourager davantage la création, se donne un devoir de médiation culturelle et souhaite exploiter encore plus le répertoire contemporain québécois. La saison 2017-2018 du Théâtre La Bordée est empreinte d’humanité et de bienveillance et célèbre l’humain dans ses parts d’ombre et de lumière. Pour connaître la programmation complète : http://bordee.qc.ca

Courez voir L’Avare, car il ne reste qu’une semaine et les billets s’envolent. Je vous promets un moment de pur plaisir! Pour vous procurer des billets, c’est ici! 

Bienveillance_avec titre

Crédit: Théâtre La Bordée

Pingre: D’une avarice sordide et mesquine.

Languissante: Qui est dans un état d’affaiblissement physique, qui dépérit.

Fastueux: Qui témoigne d’un grand luxe, somptueux.

Sybarite: Qui recherche les plaisirs raffinés d’une existence passée dans le luxe.

Plantureuse: Qui est bien en chair, qui a des formes pleines, rebondies.

Voluptueuse: Qui a un penchant marqué pour les plaisirs érotiques.

Quiproquos: Méprise par laquelle une personne, une chose est prise pour une autre.

Austère: Qui est dépourvu de tout ornement, de tout agrément ; sévère.

Source : http://www.larousse.fr/dictionnaires/francais

 

Bon théâtre !

Laura

Mais que diable allait-il faire dans cette galère !

5 Fév

La Bordée est un théâtre que j’affectionne beaucoup à Québec. Il faut comprendre qu’aussi, dans la Capitale-Nationale, il y a 4 théâtres majeurs : Le Trident, La Bordée, Le Périscope et Premier Acte.

 

Chacun a leur particularité, leur style et le théâtre qui y est joué a souvent une certaine ligne artistique directrice. Dans l’ordre, du plus classique au plus expérimental. J’ai vu les meilleures pièces de ma jeune vie dans chacun d’entre eux, mais La Bordée a une place de choix dans mon cœur d’ex-étudiante en littérature et arts, c’est là que j’y ai vu ma première œuvre.

La semaine dernière, donc, j’étais à La Bordée pour assister à l’œuvre de Molière, Les Fourberies de Scapin. Le texte lui, date de 1671, mais comme les mots ne meurent jamais, la mise en scène drôle et éclatée de Jacques Leblanc elle est contemporaine avec juste ce qu’il faut de traditions. On revit ce classique comme si on ne l’avait jamais lu, jamais entendu et jamais vu.

Crédit photo : La Presse

Crédit photo : La Presse

Un résumé assez simple de l’histoire serait un groupe de jeunes gens appellent aux ruses de Scapin pour se sortir de situations parentales délicates et pouvoir ainsi vivre leur amour en toute liberté. Douce vengeance et stratagèmes ingénieux sont au rendez-vous pour nous offrir un spectacle haut en couleur et en éclats de rire ! Le jeu des comédiens, notamment Christian Michaud, dans le rôle de Scapin, mais aussi Octave (Pierre-Olivier Grondin) et Géronte (le grand Jack Robitaille et sa galère) est incroyablement comique et se rapproche réellement de la commedia dell’arte. De beaux moments où j’ai craint que mon rire ne déconcentre les comédiens… 😉

Mention très très importante et spéciale aux costumes et à la scénographie totalement efficace. Des costumes colorés, taillés dans le même tissu tout en étant complètement différents et représentatifs de chacun des personnages ajoutent la touche extra à l’ensemble de la pièce. Le travail d’Ariane Sauvé et de Sébastien Dionne, respectivement aux décors et aux costumes donnent tout le souffle de renouveau à ce classique du théâtre français.

Crédit photo : Radio-Canada

Crédit photo : Radio-Canada

Vous avez jusqu’à la St-Valentin pour aller voir cette pièce qui, pour une fois, nous sort des réflexions et nous fait simplement passer un excellent moment en bonne compagnie.

Bon théâtre !

Laurie-louve

Lumière(s) sur la Bordée

2 Avr

Jacques Leblanc © Nicola-Frank Vachon

Jacques Leblanc, directeur artistique de la Bordée, signe pour une dixième année consécutive la programmation du théâtre. Une saison 2014-2015 intitulée Lumière(s) «pour tout ce que ça évoque de clair-obscur, de fulgurance, de scintillement, de feu, d’étincelles, d’énergie, d’éclat!» illustre avec énergie M. Leblanc.

Les louves ont eu la chance d’assister à la soirée de lancement et d’avoir un aperçu des pièces qui y seront présentées.

Voici ce qui vous attend, dès septembre sur la rue St-Joseph, chers amateurs de théâtre :

Les fées ont soif


16 septembre au 11 octobre

©  Nicola-Frank Vachon

© Nicola-Frank Vachon

 

Écrite en 1978 par Denise Boucher, cette pièce a suscité une grande polémique à l’époque pour ses propos très audacieux sur la place réservée aux femmes dans la société.  En 2014, il n’y a pas de doute que les propos seront encore d’actualité!

En quelques mots : «Trois femmes archétypes se retrouvent sur scène. La Statue, Marie et Madeleine. Trois femmes qui se sentent prisonnières des rôles auxquels on les a confinées au fil des siècles. […] Trois femmes qui crient leur frustration, leur rancoeur, leur aliénation. Trois femmes qui, brisant leurs chaînes, unissant leurs voix, vont clamer leur individualité, leur identité, leur liberté.»

Mise en scène : Alexandre Fecteau | Comédiennes : Lise Castonguay, Lorraine Côté et Marie-Ginette Guay

Guerre et paix


28 octobre au 22 novembre

© Nicola-Frank Vachon

© Nicola-Frank Vachon

Amateurs du Théâtre du Sous-marin jaune et de son directeur artistique, Loup bleu, cette pièce est pour vous! Si vous avez vu dans le passé Kanata, Une histoire renversée, cette coproduction vous lance dans un univers semblable où les marionnettes vous feront vivre l’histoire. Ici, un défi de taille : on «plonge» au cœur de l’œuvre littéraire Guerre et Paix de Léon Tolstoï.

En quelques mots (si c’est vraiment possible) : «C’est une lecture des événements entourant les guerres napoléoniennes en Russie au début du XIXe siècle, mais une lecture du point de vue des Russes. C’est une saga qui relate les passions, les tourments et les questionnements existentiels de tout un peuple.»

Mise en scène : Antoine Laprise | Comédiens : Antoine Laprise, Jacques Laroche, Julie Renault et Guy Daniel Tremblay.

Les fourberies de Scapin


20 janvier au 14 février 2015

© Nicola-Frank Vachon

© Nicola-Frank Vachon

Du Molière! Une comédie incontournable.

En quelques mots : «Des jeunes gens ont recours aux ruses de Scapin pour dénouet leurs impasses amoureuses. Par des stratagèmes ingénieux, le fourbe Scapin réussira à berner les pères et à leur soutirer l’argent nécessaires aux jeunes. Et il en profitera également pour assouvir quelques petites vengeances.»

Mise en scène : Jacques Leblanc | Assistant mise en scène : Jocelyn Paré | Comédiens : Chantal Dupuis, Philippe Durocher, Hugues Frenette, Jonathan Gagnon, Pierre-Olivier Grondin, Marianne Marceau, Christian Michaud, Jack Robitaille, Ghislaine Vincent

W;T    


(Mon coup de ❤ )

3 au 28 mars 2015

© Nicola-Frank Vachon

© Nicola-Frank Vachon

Je ne sais pas si c’est l’extrait que nous a offert Lorraine Côté, mais les mots de Margaret Edson (auteure de la pièce) m’ont intriguée. L’ironie est venue me chercher. C’est LA pièce que je n’aimerais pas manquer!

En quelques mots : «Vivian Bearing est professeure de littérature émérite. À l’âge de 50 ans elle apprend qu’elle est atteinte d’un cancer des ovaires à un stade avancé. Sachant ses chances de guérison presque nulles, elle accepte de se soumettre à un traitement expérimental agressif. Pendant sa lente agonie, avec lucidité et ironie, apprivoisant sa mort imminente, elle nous livre le bilan de sa vie.»

Traduction : Maryse Warda | Mise en scène : Michel Nadeau | Assistan mise en scène : Véronika Makdissi-Warren | Comédiens : Marie-Josée Bastien, Maxime Beauregard-Martin, Lorraine Côté, Jacques Leblanc, Simon Lepage, Danielle Le Saux-Farmer, Laurence Moisan-Bédard, Paule Savard.

La chatte sur un toit brûlant


14 avril au 9 mai 2015

© Nicola-Frank Vachon

© Nicola-Frank Vachon

Une pièce sexy, c’est le moins que je puisse vous dire! Le metteur en scène, Maxime Robin, nous le promet : «Je veux que les gens aient chaud!» a-t-il lancé à la foule d’un air rieur. Une adaptation de l’œuvre de Tennessee Williams, une première à la Bordée!

En quelques mots : «Dans une riche villa du Mississippi, une famille célèbre l’anniversaire du père propriétaire d’une vaste plantation de coton. Le plus jeune des fils a sombré dans l’alcool après le suicide de son meilleur. Mais sa femme Maggie, la chatte, veut le reconquérir…»

Adaptation : René Dionne | Mise en scène : Maxime Robin | Assistant mise en scène : Charlotte Legault | Comédiens : Vincent Champoux, Marie-Ginette Guay, Valérie Laroche, Jean-Nicolas Marquis, Jean-René Moisan, Michel Nadeau, Patric Saucier, Sophie Thibault, Cynthia Trudel



D’un autre côté, la Bordée offre 2 pièces en accueil :

Midsummer de David Greig (25 septembre au 6 décembre) avec Isabelle Blais et Pierre-Luc Brillant. Une pièce «où se côtoient théâtre et musique folk.»

Oh les beaux jours de Samuel Beckett (16 au 18 février 2015) avec Catherine Frot et Jean-Claude Durand. Une production de la Compagnie des Petites Heures (FRANCE).

ENFIN!

Un EXTRA, le  Beu-bye 2014, une revue socio-théâtrale déjantée mise en scène par Lucien Ratio. Il s’agit d’une première et c’est certainement à ne pas manquer en décembre, car ça promet beaucoup! Rires garanties!

Bon théâtre et bonnes découvertes!

Karyan

P.S : Les extraits entre guillemets sont tirés des documents du Théâtre de la Bordée.

%d blogueurs aiment cette page :