Tag Archives: Maman

Une professionnelle maman ou profession : maman ?

5 Avr

La fin de vingtaine et le début de la décennie suivante sont une période particulièrement décisive dans la vie. La fin des études, l’envie de voyage, le début d’une carrière ou l’installation lente d’une vie « d’adulte », autant de choix s’offrent pour l’avenir. Dans cette pléthore d’opportunités, une question s’impose parfois d’elle-même: une carrière, une famille, les deux?

Avoir un enfant, c’est parfois planifié… ou pas… ou presque. On peut prévoir le projet, mais rarement le délai. Quant à la carrière, le chemin vers l’accomplissement est parsemé d’imprévus et d’opportunités. Quand nos jeans se sont usés pendant de longues années sur les bancs d’école et que, ô grand bonheur, les portes d’une carrière prometteuse s’ouvrent, la motivation professionnelle est à son paroxysme. On s’investit souvent sans compter, pour prouver aux autres et pour se prouver notre valeur. Ces paradoxalement dans ce même laps de temps que la petite graine d’idée familiale commence à germer lentement. Chaque année compte pour une femme… il paraît qu’il y a une date de péremption sur la capacité d’enfantement! Et elles passent vite ces années!

Rapidement, on arrive à la croisée des chemins, ma carrière ou une famille? C’est possible de faire les deux?

Bébé #1 s’est installé doucement au printemps. L’annonce de sa venue était un grand bonheur, mais comme toute première grossesse, un petit bagage d’inquiétudes et d’incertitudes s’installait aussi. Je suis passionnée par mon travail et j’ai la chance d’occuper un poste me permettant d’être constamment en développement de projet. L’arrivée d’un petit être signifiait de mettre sur pause ma carrière dans laquelle je m’investis avec ardeur, et de peut-être, laisser passer des opportunités pendant mon absence. Mon cœur me disait pourtant que l’humain en construction dans mon bedon était la véritable priorité, et que rien d’autre n’aurait d’importance tant que lui, son papa et moi étions ensemble et en santé.

Crédit : SimplyCasual

Ce questionnement est celui de nombreuses femmes à cette étape de vie, si l’on en croit un sondage d’une valeur scientifique inexistante réalisé sur les réseaux sociaux, par ma petite soeur, interpelée elle aussi par cette question. Le potentiel papa, malgré tout l’avancement dans le dossier des congés parentaux, ressent probablement moins cette pression. L’impact sur la carrière est souvent moindre, l’absence au travail étant plus courte ou davantage planifiée. C’est une décision importante que celle de fonder une famille, et le désir de s’y engager est fort, mais je constate qu’il semble complexe de s’investir à 100% dans deux projets aussi opposés.

Deux années ont passé depuis l’annonce de l’arrivée de fiston. Je suis de retour au travail, aussi passionnée qu’avant ce congé d’un an dont j’ai profité pleinement. J’ai toujours la chance d’occuper un poste qui me convient et qui me permet de m’accomplir. Un malaise revient toutefois quand, des collègues ou des patrons me pose la question: «Tu en veux un autre? Quand?». Bien que mes relations de travail soient très bonnes, je ne laisse comme réponse qu’une affirmative vague et incertaine. Je me questionne toujours sur l’intention d’une telle question, sur les opportunités que je pourrais manquer, sur ce qui pourrait ne pas revenir…

Le soir, quand je rentre à la maison, je retrouve un petit rouquin plein de vie qui me rappelle qu’être une maman, c’est le meilleur rôle. Mes doutes quant à mes choix s’évanouissent, pourtant mon malaise demeure. Il est impossible de choisir, ma réalisation professionnelle fait partie de moi, et ce « moi » a besoin d’être complet pour être une bonne maman. Donc, la carrière ou la famille? Je dis les deux, et c’est là que le défi commence!

Ah, culpabilité et remise en question quand vous nous tenez…

Mariève

Café La Mosaïque : ensemble dans le nouveau

15 Déc

Nous vous présentons aujourd’hui notre nouvelle collaboratrice, Mariève Couture! Nouvellement maman, elle s’exprimera sur sa vie de jeune femme active avec un enfant, réalité qui colle de plus en plus à nos Rockalouves! 

Un an. Trois cent soixante-cinq jours, c’est rapidement passé. La dernière année, je l’ai passée à prendre soin d’un petit être ô combien attachant et dont l’évolution au cours de ces 365 jours est totalement étonnante!

 

Je ne suis ni la première ni la dernière à mettre sur pause plusieurs aspects de ma vie « d’avant » au profit d’une nouvelle petite famille. Ce chamboulement nommé bébé apporte un tout nouveau rythme de vie et la découverte de plusieurs ressources et activités pour cette parenthèse de vie professionnelle!

Crédit photo : Mariève Couture

Crédit photo : Mariève Couture

Mon mini n’était qu’un minuscule être humain la première fois que j’ai mis les pieds aux mardis maman du café La Mosaïque situé dans le Vieux-Lévis. Toute nouvelle dans mes fonctions, j’avais néanmoins un grand besoin de socialiser, de mettre le nez dehors du petit cocon maison/poupon. J’ai découvert en ce lieu empreint de partage un petit moment dans la semaine pour discuter, être conseillé et surtout, partager.

 

Crédit : Page Facebook Café la Mosaïque

Crédit : Page Facebook Café la Mosaïque

Le café La Mosaïque, c’est tout simplement un café de quartier, qui respire les valeurs de communauté, d’entraide, de partage. C’est aussi un endroit qui promeut les artistes locaux, les produits bios, le commerce équitable et les valeurs environnementales. C’est une entreprise d’économie sociale qui s’investit de tellement de façons dans la communauté lévisienne, une petite perle dans la collectivité!

J’ai trouvé à cet endroit, un petit groupe de mamans, qui, tout comme moi, apprivoisait tranquillement leurs nouveaux rôles. Rapidement, à travers plusieurs activités proposées par d’autres mamans ou par un des nombreux organismes affiliés au café, ce petit groupe est devenu un incontournable dans ma vie. Le mini grandit, et moi aussi. Au-delà des jasettes bébés et du café, ce genre d’endroit trop rare permet de prendre conscience qu’il est toujours possible d’en faire plus pour les autres, et que l’esprit de communauté est encore présent lorsqu’on le veut bien.

La beauté de La Mosaïque, c’est que, maman ou pas, vous y trouverez une place. Le restaure-café (pour réparer au lieu de jeter!), les spectacles, les expositions, les ateliers caféine pour l’âme, les massages au suivant…Une pincée de bonheur et de partage dans un océan d’entraide et de communauté! Mon mini-humain et moi devrons bientôt reprendre une routine de travail et de garderie, notre moment Mosaïque de la semaine me manquera. Heureusement, le café y sera toujours aussi bon la fin de semaine, et il sera toujours possible de laisser un café en attente, juste pour le plaisir de donner au suivant!

Mariève

Article commun mai – Ode à nos mamans

2 Mai

On accueille toujours le mois de mai avec un peu FULL d’excitation. Mai, c’est le retour du beau temps, du soleil et de la verdure. C’est aussi un mois avec un événement bien spécial: celui de la fête des Mères, le 8. Parce qu’elles sont fabuleuses, inspirantes et ont souvent fait passer nos besoins bien avant les leurs, on a décidé de vous parler de nos mamans dans cet article commun, et de leur rendre hommage.

💐

 

Crédit photo: Pinterest

Crédit photo: Pinterest

Véronique: Dans ma famille, les vacances ont toujours été synonyme de roadtrip. Je nous vois encore, assises dans la voiture pendant des heures, à chanter à tue-tête les grands classiques de Robert Charlebois et des Rolling Stones. Aujourd’hui, après avoir organisé moi-même ce genre de voyage, je réalise tout le travail que ça peut représenter, surtout pour une maman monoparentale. Merci ma belle mamounie, d’avoir été aussi généreuse avec Cassandre et moi. Vivement notre prochain roadtrip. Je t’aime.

Lisa Marie: Quand j’étais en secondaire 1, ma mère m’a proposée de l’accompagner à Cuba pour une semaine dans un tout-inclus. Non seulement je ratais de l’école, mais je prenais l’avion pour la première fois, et c’était la destination la plus exotique que je découvrais du haut de mes 12 ans. On a tellement eu de plaisir ensemble qu’on a renouvelé l’expérience quelques fois: à Cuba encore quelques fois, à Disney World, en Turquie… J’ai donc la chance d’avoir une mère qui est aussi une super partenaire de voyage, et j’attends le prochain avec impatience!

Crédit photo Pinterest

Crédit photo Pinterest

Camille: Ma mère est pigiste. Elle travaille sur un horaire contraire à celui de tout le monde (soir et fin de semaine). On ne la voyait que pour souper la semaine et le dimanche après-midi qu’elle a toujours réservé à sa famille. J’ai donc souvent l’impression d’avoir rencontré ma mère quand je suis entrée au Cégep. Avant, elle était une figure maternelle et depuis, elle est devenue une personne. Nous avons toujours eu une belle relation, mais maintenant je peux dire que je suis proche de ma mère, que je la connais et que je l’aime comme elle est. Plein d’amour pour toi mamanouska 🙂

Laurie : Tellement de beaux souvenirs avec mes petits parents. J’avais une maman qui travaillait fort et qui jumelait du mieux possible sa vie familiale et sa vie professionnelle. J’ai suivi des cours de violon pendant 12 ans et chaque fois, elle venait me reconduire, m’attendait patiemment (y’avait pas de iPad à l’époque) puis écoutait mes fausses notes. J’avais un examen annuel, pour voir si mes cours avançaient (tsé!) et tout de suite après, on allait sur la rue Maguire, notre préféré, pour magasiner dans une petite boutique de bijoux qui s’y trouvait. C’était ma récompense pour les efforts et je me rappelle de chacun de ces moments. Beaucoup d’amour à ma maman qui, mon dieu, règle toujours mes problèmes, à tous âges.

Anne-Sophie: Je pourrais compter mes souvenirs d’enfance sur les doigts d’une seule main. Pourtant, une chose qui me frappe, c’est la présence de ma mère. Une présence si familière, si discrète que je l’oublie presque, un peu comme on oublie la radio lorsqu’elle joue trop longtemps tout en appréciant la musique. Ma mère, ce n’est pas un souvenir précis. C’est un sentiment de sécurité, une voix rassurante au milieu de mes cauchemars, une présence infaillible tous les jours, tous les soirs, toutes les nuits. Merci, maman, parce qu’encore aujourd’hui, tu es là pour moi. Toujours. Et j’espère que tu sais que moi aussi, je suis là pour toi. Toujours.

Michèle: À chacune de ses visites chez moi, ma maman débarque avec une glacière pleine de bonnes choses réconfortantes ou de nouvelles plantes parce que les miennes finissent toujours par mourir 😉 C’est ma mère: généreuse, dévouée, aux petits soins. Toujours là pour me soutenir, m’écouter sans jugement, et ce malgré les années qui passent. Elle agit ainsi avec ses trois enfants, ce que je trouve absolument admirable. J’ai toujours un sourire aux lèvres quand je reçois un message Facebook de sa part qui débute par “Coucou mimi” ou “Bonjour ma belle”. Je t’aime xxx

Crédit photo Pinterest

Crédit photo Pinterest

 

Sarah : Ma mère est toujours là pour moi. Elle voit tout et ressent tout ce que je peux vivre en dedans. Il serait faux de dire qu’on s’entend toujours bien, mais l’important est qu’on s’aime tellement et on se le dit souvent. Enfant, c’était la même chose, toujours à l’écoute et trop généreuse. Ensemble, on partage notre amour pour le magasinage et c’est l’un des souvenirs mère/fille qui nous rassemble. Mom, je sais que tu vas lire ce texte sans que je t’en parle, car tu es aussi curieuse et mémère que moi. J’ai du Lessard dans le corps tsé! xx

Andrée-Anne: J’ai eu 10 opérations dans ma vie. 10 fois, on m’a endormit pour me jouer dans le corps afin que celui-ci aille un p’tit peu mieux. Les 10 fois, ma mère me tenait la main jusqu’à la salle d’opération et elle était la première personne que je voyais à mon réveil. Ma mère est probablement la femme la plus forte que je connaisse. Jamais elle ne m’a montré qu’elle avait peur. Jamais elle ne m’a laissé tomber. Je ne le comprenais pas à l’époque, mais aujourd’hui, je réalise les sacrifices qu’elle a fait pour m’aider à devenir la femme que je suis. Pour cet amour inconditionnel et cette grande force qu’elle m’a transmise, je lui serai redevable éternellement. Je t’aime mamacita!

Une petite larme de versée? Voilà ce qui arrive en moment de surdose d’amour! 😉 Pour la fête des Mères, et toutes les autres journées, on vous en souhaite une brouette d’amour, chères mamans adorées!

xxxx

Les louves

%d blogueurs aiment cette page :