Tag Archives: Jack Nicholson

Oscars 2014 : Aucune surprise, quelques moments touchants… et beaucoup de tweets!

3 Mar

selfie3f-1-web

«And the oscar goes to…»

Cinq petits mots qui précèdent si bien nos noms, lorsque nous sommes plus jeunes et rêveurs. Je le sais, j’ai pratiqué souvent. J’ai même une fausse statuette dorée pour le prouver. On parle quand même ici d’un des événements les plus prestigieux d’Hollywood : un tapis rouge, des bijoux précieux, des légendes du cinéma, des kodaks par milliers…n’oublie pas ton petit soulier!

Les films sont universels. Ils sont rassembleurs. Ils sont porteurs de messages. Ils sont à l’image de notre génération. Et clairement, la tendance de notre génération est au réel. Quand la réalité dépasse la fiction, littéralement. La majorité des films en lice sont inspirés de faits vécus, 12 Years a Slave, Dallas Buyers Club, Philomena, NebraskaNous sommes dans l’ère du réel. Nous voulons de l’authenticité. De la «vraie vie». (Cela veut aussi dire parfois, à l’ère des remakes, à l’ère où il est inutile de pousser l’imaginaire encore plus loin, encore plus haut…)

Émotions

Normal alors, que les moments les plus touchants et forts d’une telle soirée soient les speechs des vainqueurs.  Ces segments sont les plus spontanés et expressifs de la soirée, à l’image contraire des visages plastico-platrés des vedettes souhaitant à tout prix défier les effets du temps. Jared Leto, Lupita Nyong’o, Matthew McConaughey ont bien retenu notre attention après avoir monté sur les marches pour recueillir leur trophée.  Car mis à part ces moments touchants, les selfies des vedettes, la prestation contagieuse de Pharrell ou la commande de pizza d’Ellen DeGeneres, l’animatrice de la soirée, il n’y a eu aucune surprise quant au contenu des enveloppes.

Les artisans de Gravity retournent à la maison avec la majorité des statuettes techniques, ainsi que celle du meilleur réalisateur, décernée à Alfonso Cuaron. Dallas Buyers Club s’est illustré avec ses costumes et ses maquillages, ainsi qu’avec ses performances d’acteurs. Il devait y avoir un méchant bon réalisateur à la barre de ce film pour les diriger, n’est-ce pas ? 12 Years a Slave n’a rien à envier à personne, puisque le film repart avec le grand titre convoité du meilleur film de l’année et ajoute son nom parmi Gladiator, American Beauty, Schindler’s List, Braveheart, Forrest Gump, The Departed…

 

La soirée dorée en rafale :

  • L’humour de malaise d’Ellen DeGeneres. «It’s going to be an exciting night. Anything can happen, so many different possibilities. Possibility No. 1: 12 Years a Slave wins best picture. Possibility No. 2: You’re all racists. And now please welcome our first white presenter…»
  • Nous avons eu droit à un monologue d’Ellen, mais où était le numéro d’ouverture? Si j’étais vous, membres de l’Académie, je lâcherais un petit coup de fil au duo des Satiriques
  • Une performance juste et touchante de Somewhere Over The Rainbow par la talentueuse et athlétique Pink.
  • Le segment «In memoriam» où malheureusement, années après années, on reconnaît de plus en plus de visages…
  • Le conte de fée de Barkhad Abdi, en nomination pour le meilleur acteur de soutien, pour son rôle dans Captain Phillips
  • Oscar a encore échappé aux mains de Leonardo Dicaprio ! Soyons sans crainte, son tour viendra…
  • Où était Jack Nicholson avec ses lunettes fumées ?

Soyez pour ou soyez contre, mais je vous en prie, regardez les films avant de les juger.

Et mettez-vous au défi de consommer pleins de genres et de styles différents pour vous bâtir une solide opinion.

It’s a wrap.

JP

Publicités

Des mèches blondes et une séparation dans le milieu

15 Avr
En vedette dans The Place Beyond the Pines

En vedette dans The Place Beyond the Pines

Ryan Gosling & Bradley Cooper

Des mèches blondes et une séparation dans le milieu

 

Avec leurs jolis minois et la sortie du film The Place Beyond the Pines, Ryan Gosling & Bradley Cooper inspirent les indexs à se laisser aller sur les claviers d’ordinateur.

C’est toujours fascinant de retracer les premiers pas des grandes pointures du cinéma.

En 2013, ils sont au sommet, mais leurs premières interprétations ont également faites sensation. Les deux acteurs ont déjà été autre chose que des incarnations de convoitise et de masculinité…

RYAN

  • Série Breaker High, 1997, YTV (tsé l’équivalent de Canal famille, mais en anglais?)Capture d’écran 2013-04-15 à 19.56.47

Muni d’une coupe de cheveux à la Nick Carter, Ryan Gosling interprète ses premiers tourments amoureux dans le rôle d’un jeune prépubère qui étudie dans une école secondaire située…sur un bateau.

  • Série Hercule contre Arès, 1998, Canal Famille (tsé l’équivalent de YTV, mais en français?)

Capture d’écran 2013-04-15 à 19.56.57

Avant de lever Rachel McAdams a bout de bras dans The Notebook, Ryan a fait lever cette série portant sur les aventures d’Hercule, lorsqu’il était un jeune prépubère (encore).

Mention spéciale à la danse particulière de Ryan dans l’excellent film Remember the Titans

BRADLEY

  • Série Alias, 2001

Capture d’écran 2013-04-15 à 19.57.07

Aux cotés de la solide Jennifer Garner, Bradley fait ses débuts dans la série d’espionnage Alias. Armé de ses mèches blondes, Cooper y campe un journaliste. Jokes on his hair aside, les premières saisons de cette série valent définitivement la peine d’être regardées.

  • Anything is possible !

Capture d’écran 2013-04-15 à 19.57.14

Dans cet extrait, on peut voir Bradley, encore étudiant au Actor Studio Drama School, poser une question à l’acteur Sean Penn : L’intervieweur est devenu l’interviewé !

Il était difficile d’imaginer l’ampleur que leurs carrières prendraient, mais on pouvait déjà s’enticher d’eux. Comme dirait M. Cabrel, « Quand j’aime une fois, j’aime pour toujours » !

Vous pouvez savourer ces deux beaux loups aux cotés de la suave et talentueuse Eva Mendes dans le film The Place Beyond the Pines, à l’affiche présentement. 

***

 

Mon top 3 de previews hybrides

J’adore les previews de films.

J’adore le montage saccadé et la musique choisie dans les previews.

Je suis fasciné par l’émotion que suscite un preview.

Je suis fébrile juste à penser à la narration d’un preview.

Dans un cinéma près de chez vous, merci beaucoup.

En guise d’hymne à cet amour et afin de vous démontrer comment on peut jouer avec une bande-annonce (fallait le dire en français au moins une fois), voici mon top 3 de previews hybrides :

#3 : The Happy Shining

Jack Nicholson comique à son meilleur !

#2 : Scary Poppins

Aucune chance que Mary garde mes enfants.

#1 The Walking Toys

Woody ?

Bon cinéma!

JANISSS

 Source photos: Google.
Lolilol

%d blogueurs aiment cette page :