Tag Archives: groupes

Découvrir de nouveaux artistes: mes secrets dévoilés !

16 Déc

J’ai un besoin vital de dénicher de nouveaux talents et je suis plus qu’heureuse lorsque des artistes comme Lana Del Ray ou X Ambassadors parviennent à se frayer un chemin dans l’industrie quelques années après que j’aie apprécié pour la première fois leur musique. Parfois on me demande comment je fais pour découvrir des artistes musicaux bien avant qu’ils gagnent en popularité et qu’ils deviennent l’intérêt du grand public.

Non, je n’ai pas une connexion neurologique avec tous les grands manitous de l’industrie de la musique (bien que j’aimerais!). Voici donc quelques-unes de mes façons pour découvrir de nouveaux talents avant qu’ils ne jouent en boucle dans tous les diffuseurs.

 

  1. Espionnez les réseaux sociaux de vos artistes favoris

Vos idoles ont eux-aussi des idoles et des artistes favoris. L’industrie de la musique est un petit monde qui rassemble les plus grands noms et les artistes émergents. Espionnez les comptes sur les réseaux sociaux de vos artistes favoris ou lisez les entrevues qu’ils accordent où souvent leurs inspirations ou leurs coups de cœur du moment leur sont demandés. Parmi leur playlist vous pourrez faire de belles découvertes musicales! C’est d’ailleurs une mention sur le compte Twitter de Taylor Swift qui m’a permis de connaître James Bay.

  1. Consulter les sites web de maisons de disques

Il est plutôt rare d’avoir le réflexe de naviguer sur les sites web de maisons de disques québécoises ou internationales, mais ça vaut le coup! Ils ont tous une section qui liste les artistes qu’elles produisent, diffusent ou représentent dans laquelle on peut piger de belles trouvailles musicales! C’est ainsi que j’ai découvert Rita Ora qui fut signée par Roc Nation, une maison de production fondée par Jay-Z. Commencez par les maisons de disques associées à vos artistes favoris et ensuite osez découvrir une maison de disques inconnue et les talents qu’elle représente.

  1. Être attentif aux bandes sonores de films, de séries télé ou même de publicités

Rares sont ceux qui demeurent attentifs lors du générique d’un film. Eh bien, moi j’attends impatiemment le moment où les chansons utilisées lors de la projection sont décrites! Particulièrement dans les émissions ou les films moins commerciaux, la musique qui habille les scènes est souvent jouée par des artistes relativement peu connus. De cette façon, il y a quelques années, j’ai découvert l’auteur-compositrice-interprète Gemma Hayes choisie pour la chanson d’ouverture du film (un peu quétaine!) Flicka.

  1. Faire le plein d’artistes lors de galas musicaux

Moment phare où plusieurs grands noms sont réunis, accompagnés des artisans de l’industrie de la musique et… d’artistes émergents! Surprenez-vous à écouter un gala qui porte sur un style musical qui vous est moins familier. Par exemple, vous connaissez peu le country? Les CMA Awards initiés par la Country Music Association vous mettront à jour sur l’industrie de la musique country et les favoris de l’année. Je vous invite à consulter mon article  » La saison des galas musicaux s’annonce » qui vous liste les galas les plus populaires à noter à vos agendas.

  1. Arriver en avance à votre prochain spectacle

Nous vivons dans un monde de dernière minute, courant toujours pour arriver à notre prochain rendez-vous. Lorsque vient le temps d’assister à un spectacle souvent les spectateurs arrivent à la dernière minute pour la prestation de l’artiste principal. Ils sont peu intéressés par la ou les premières parties, car ils n’ont que des yeux pour leur artiste favori. Pourtant il m’est arrivé d’apprécier davantage une première partie que le spectacle principal! Par exemple, si vous êtes de ceux qui ont récemment acheté leur billet pour assister au spectacle de Maroon 5 à Montréal en septembre prochain, je vous invite découvrir (si ce n’est pas déjà fait) la pétillante Tove Lo qui sera leur première partie.

  1. Connaître par cœur la programmation des festivals

Les festivals d’ici ou d’ailleurs sont une occasion en or de faire des découvertes musicales, en plus d’apprécier les prestations d’artistes que vous chérissez déjà. J’ai un amour particulier pour les festivals Osheaga et Coachella. La saison des festivals est terminée? Consultez les sites web pour relever des trouvailles musicales au sein des éditions passées. N’oubliez pas certains concours musicaux qui prennent la forme de festival. Je pense notamment au festival de la Chanson de Granby qui a révélé plus d’un talent de la francophonie!

  1. Se perdre dans YouTube et ses recommandations

Lorsque vous consulter un vidéoclip, YouTube vous suggère dans la colonne de droite des recommandations d’autres vidéos associés au contenu que vous visionnez, je vous invite à cliquer sur les vidéoclips OFFICIELS d’artistes qui vous sont complètement inconnus. Ainsi, de vidéoclip en vidéoclip, d’artiste en artiste, vous tomberez assurément sur une découverte. Comme ce fut le cas en 2005 où j’ai découvert une certaine Katy Perry avec un style nettement plus rock qu’aujourd’hui ou en 2011 où j’ai découvert une certaine Iggy Azalia qui avait encore peine à se faire connaître. Attention toutefois de consulter seulement le matériel officiel afin de ne pas vous perdre dans tous les autres contenus douteux sur YouTube. Bref, flânez intelligemment!

  1. Se laisser bercer par une application qui vous propose des playlists

Mon coup de cœur actuel est l’application Songza qui vous permet d’écouter la musique de divers styles gratuitement selon votre attitude ou votre activité du moment. Mais il y a aussi, Soundcloub, Spotify, Deezer, Rdio, Live365, pour ne nommer que ceux-là. Laissez-vous bercer par la playlist de ces applications ou l’accès à des chaines radios jusqu’ici inconnues qu’elles permettent. Et lorsqu’une chanson vous plait particulièrement, notez de quel artiste il s’agit pour ensuite faire une petite recherche sur ce dernier.

  1. Avoir l’air un peu fou en pointant son cellulaire un peu partout

Shazam est une application gratuite qui vous renseigne sur la musique autour de vous en mentionnant l’artiste et le titre à l’origine de la chanson. Bien que cet outil ait ses failles, il est surprenamment efficace. Soyez celle ou celui qui pointe constamment son cellulaire dans les airs pour connaitre qui est la source de la musique ambiante que ce soit dans un restaurant, une boutique branchée ou une salle d’attente. C’est ainsi que j’ai entendu pour la première fois les Hay Babies. Vous aurez peut-être l’air étrange, mais vous ferez des trouvailles musicales qui impressionneront vos amis à coup sûr!

Vous détenez désormais mes trucs (jusqu’ici conservés bien secrets!) pour découvrir la prochaine vedette musicale et devenir un fin connaisseur qui vous mènera peut-être à alimenter un blogue sur la musique vous aussi! 😉

Cath xxx

Publicités

Tête à tête avec Philippe Roy sur l’Ambassade Culturelle

27 Mai

facebook_1432736340847Avec le lancement de leur nouvelle programmation dimanche dernier au bar Le Petit Chicago dans la région de l’Outaouais, l’Ambassade Culturelle, l’initiative de trois entrepreneurs gatinois, nous en a mit plein la vue avec la présence du groupe montréalais Secret Sun. Déterminé à faire refléter la région de par la mise en place de spectacles à prix modiques, Philippe Roy, Steven Boivin et Philippe Gaudreault se sont unis avec l’intention de rendre l’Outaouais un portail musical pour les artistes d’ici et d’ailleurs.

Steven Boivin et Philippe Roy, faisant partie pour la deuxième année consécutive de la cohorte du Festival de l’Outaouais Émergent (FOÉ) (Half Moon Run, Milk and Bone, Kandle, Ill Scarlett, Alaclair Ensemble, Philippe B et +) ont, depuis la dernière année, pris l’habitude de nous faire groover grâce à leurs nombreux spectacles musicaux offerts pour tous les types de mélomanes. (On vous en parlait d’ailleurs ici et ici!)

Les Grosses Soirées présentées majoritairement les samedis soir au bar Le Petit Chicago et dans quelques bars de la région auront comme invités des groupes établis nationalement qui donneront certainement un vent de renouveau sur la région. Notamment avec Pif Paf Hangover, Alaclair Ensemble, Pandaléon, Les Anticipateurs et bien plus.

Affiche : Guillaume Perreault | guillaumeperreault.com

Également organisé par l’Ambassade, les soirées découvertes Trash ta vie aux deux dimanches permettent aux groupes locaux d’accompagner des artistes de la province pour des prix modiques (5$/ la soirée). Nous avons récemment pu découvrir Kroy (2e projet de Camille Poliquin de Milk & Bone), Eldorado (groupe local et gagnants de l’Omnium du rock), Harfang et une panoplie d’artistes.

Affiche : Guillaume Perreault | guillaumeperreault.com

J’ai eu la chance de m’entretenir avec Philippe Roy concernant l’Ambassade afin d’y poser quelques questions:

Bonjour Philippe tu vas bien?

Salut Chloé, il fait chaud, c’est l’été. Oui ça va bien!

Alors, comment l’idée de l’Ambassade vous est-elle venue et qu’est-ce qui vous a poussé à concrétiser ce projet dans la région?

Steven Boivin et moi avons fait le Festival de l’Outaouais Émergent (FOÉ) ensemble l’an dernier et on a pris sur nos épaules ce que peu d’entrepreneurs avaient fait jusqu’à présent dans la région de l’Outaouais : une entreprise de gestion d’événements musicaux à récurrence hebdomadaire. En gros, ça veut juste dire qu’on en fait tout le temps [rires]… Phil Gaudreault s’est joint à nous et on s’est lancé dans notre passion.

En trois mots, comment décrieriez-vous l’Ambassade?

BONNE MUSIQUE, BONNE BIÈRE, BONNE COMPAGNIE.

Où voyez-vous votre entreprise dans 5 ans?

Disons qu’on décolle présentement avec une formule assez intense avec près de 50 shows dans la première année, avec des gros noms (Anti Flag, Odd Future, Loud Lary Ajust, Dance Laury Dance, Pépé et Sa Guitare, Ill Scarlett). On fait embarquer tout le monde dans le projet et ensuite on veut leur rendre la pareille avec des plus gros shows dans le centre-ville. On regarde pour ouvrir une salle où il sera possible de faire entrer de 600 à 800 personnes, salles qui se font très rares [ou qui coûtent très cher] dans la région. On a deux grands centres culturels autour de nous avec Montréal et Ottawa… On va s’inspirer et mettre notre touche pour créer des projets funky et intéressants pour le artsy people de la région. On met en place des événements auxquels on aurait le goût d’aller. Dans cinq ans, certains projets seront de plus grande envergure, on aura fait des partenariats et les autres villes seront envieuses de la vie culturelle à Gatineau.

Quels groupes aimeriez-vous booker si vous aviez un budget des plus extravagant?

Steven voudrait [je réponds pour lui sans son consentement] fort probablement voir Incubus, mais très certainement qu’on s’entendrait pour que Radiohead remplisse le Parc La Baie ou une future giga salle en Outaouais. Si on pouvait mettre Radiohead, Brand New, Incubus, Oasis, Bon Iver, Beyoncé, CCR, Slayer et Justin Timberlake ensemble le temps d’un weekend, on pourrait tous et toutes mourir en paix. Je n’aurais pas le choix d’inviter Kenny Rogers pour faire plaisir à mes parents, je leur dois bien ça.

Quels spectacles vous ont le plus marqué lors de vos soirées et pourquoi?

J’ai l’impression que les groupes et spectateurs comprennent que nos événements c’est la place pour se vider la tête et faire le party. Le set de Solids (groupe de Montréal) est l’un des meilleurs shows que j’ai vu. Des gens qui sautent partout, bière à la main, qui se pendent au chandelier en chantant de leur best par-dessus la loudness du spectacle. Sinon, le show sold-out d’Anti Flag au Bistro, ce n’est pas à négliger! Tout le monde avait l’air tellement heureux d’être là!

Alexandre Voyer | iamnophotographer.com

Et dans le summum de la relaxation lors de nos soirées découvertes, que dire de Chupacabras, deux gars de la région, qui ont apporté leur sofa et leur fondue au bœuf pendant leur performance, fondue dans laquelle les spectateurs pouvaient se gâter et se faire leur propre collation.

Alexandre Voyer | iamnophotographer.com

Alexandre Voyer | iamnophotographer.com

Vous avez une excellente brochette d’artistes à nous faire découvrir lors des prochains mois, quels sont vos coups de cœur à ne pas manquer?

Merci! Vraiment, on book ce que l’on aime, donc c’est difficile de répondre, mais j’avoue que les albums de Chérie, Jesse Mac Cormack, Alaclair Ensemble et Fire/Works jouent à répétition dans ma voiture par les temps qui courent. Un petit clin d’œil à The Pinsents, qui n’ont pas d’enregistrement encore, mais qui feront fureur, j’en ai un bon pressentiment [rires].

J’ai entendu des rumeurs comme quoi vous faisiez quelque chose de particulier pour accueillir les artistes lors de vos soirées, serait-ce possible d’élaborer à ce sujet?

On s’est assagi un peu dernièrement, parce que ça s’en venait dangereux [rires] mais on offrait toujours une noix de coco aux artistes, sans outils pour l’ouvrir… et on regardait ce qu’il se passait. Est-ce qu’on va la ramener cet été? Peut-être…

Qu’est-ce qui vous différencie des projets musicaux offerts par la Ville de Gatineau?

Notre projet vise les 16-35 ans, pas mal comme la Scène1425, projet de musique émergente guidé par la Ville de Gatineau. Nos événements se distinguent particulièrement par l’ambiance, au sens où ce n’est pas pareil dans un bar (offert par l’Ambassade) que dans une salle de spectacles (offert par la Ville de Gatineau). Nos prix sont généralement plus modiques et on fait en moyenne cinq spectacles pour les 16-35 ans par mois, dans tous les styles musicaux. On aime bien les projets de la ville, ce serait cool de s’associer dans un avenir rapproché. On offre nos services aux entreprises ou organismes qui désireraient avoir des artistes de renoms lors de leur(s) événement(s).

Quelles demandes d’artistes vous a le plus étonné jusqu’à présent et pourquoi?

Les artistes québécois ne sont pas trop compliqués en général. Parfois, je dois courir 4-5 places pour trouver la bonne marque d’eau de noix de coco, mais bon… ça c’est juste moi qui suis dévoué à la tâche de faire plaisir à nos artistes. Certains demandent des sous-vêtements… j’ai toujours le goût d’en acheter des vraiment laids, mais non, des Calvin Klein noir, tu ne te trompes pas. J’ai vu des demandes du style : Un sofa en forme de cœur avec un spa et trois roulottes, mais on n’est pas rendu là…encore!

Finalement, je n’ai pas le choix de faire un lien à la gastronomie puisque habituellement, c’est mon sujet d’article alors si l’Ambassade était un plat culinaire, que serait sa recette?

Une pizza 8-fromages [mozzarella, roquefort, brie, emmental, cheddar, suisse, chèvre et feta] parce que du fromage c’est tout le temps bon et tu n’es jamais déçu, peu importe la variété du cheeeeese. Tu manges la pizza, t’es heureux, tu sors de l’un de nos shows, t’es heureux. Calcul fort simple [rires].

Photo : Melik Benkritly | melikbenkritly.com

Pour plus d’information, visiter la page Facebook ou le site Internet de L’Ambassade Culturelle.

Chloé

%d blogueurs aiment cette page :