Tag Archives: film

Moana: Princesse des mers

12 Déc

J’ai dit « princesse »? J’aurais aussi pu dire « future cheffe de son clan. » Ou « navigatrice hors pair et rebelle dans l’âme. » Car Moana n’a rien à voir avec les fragiles princesses qu’a créées Disney au fil du temps: elle s’inscrit définitivement dans la lignée des Merida, Elsa et compagnie -pour notre plus grand bonheur.

Moana, c’est l’histoire d’une jeune fille, héritière de son clan, qui sent l’appel de l’océan depuis son plus jeune âge. Toutefois, sur l’île paradisiaque où elle habite, l’océan est vu comme un danger: au-delà du récif, il n’y a rien d’autre qu’une mort certaine. Après la mort de sa grand-mère, qui lui a confié le coeur de la déesse Te-Fiti, responsable de l’équilibre du monde, Moana quitte son île pour rejoindre le demi-dieu Maui (à prononcer Ma-o-wi) et le forcer à rendre son coeur à la déesse. Si elle échoue, le monde sera bientôt englouti par les ténèbres et son peuple mourra.

Le scénario semble assez classique: le héros part dans une quête initiatique, contre l’avis de ses parents et de sa communauté, pour une grande mission dont dépend l’équilibre du monde. Oui, on a déjà vu ça quelque part: mais de cette manière-là, non.

D’abord, Moana compte sur l’encadrement de ses deux parents -fait ô combien rare dans les films de princesse. Elle a été élevée dans le respect de la terre et de son peuple, pour répondre aux besoins de chacun sans fatiguer les ressources. Ensuite, elle est courageuse, un peu têtue, parfois totalement maladroite: on s’y reconnaît facilement. Enfin, Moana n’a pas peur non plus de montrer ses émotions: elle trouve l’équilibre entre sa force de future cheffe de clan et sa fragilité tout à fait humaine.

Ce qui fait aussi le caractère unique de Moana, c’est l’environnement dans lequel elle évolue: alors qu’on a souvent vu les princesses confinées à leur château, elle est libre, suivant les vagues là où elles l’emmènent, se guidant à l’aide des étoiles. C’est ce qui m’a le plus touchée dans ce film: la liberté absolue qu’incarne Moana, et son rapport avec l’océan, qui l’a choisie pour ramener le coeur de Te-Fiti et la protège tout au long du film.

moana-gif

Une minuscule Moana salue l’océan. Quoi de plus mignon ? Image : images.m-magazine.com

Ah! J’allais oublier : un film de Disney n’en serait pas un sans une bonne trame sonore, n’est-ce pas? Les chansons sont magnifiques, inspirées de la tradition polynésienne. La chanson de Moana, How Far I’ll Go, est franchement prometteuse, et sa version française (celle que j’ai vue au cinéma) m’est longtemps restée en tête. Un nouveau Let It Go/Libérée, Délivrée, peut-être? Je ne crois pas, mais un ver d’oreille à coup sûr.

Alors, si vous cherchez un bon film familial à voir ces jours-ci, pour vous faire oublier l’hiver qui nous enveloppe tranquillement, allez donc voir Moana: le soleil et l’océan vous feront oublier le froid.

Bon cinéma! 😉

Anne-Sophie

La Fille du train : À glacer le sang

14 Nov

La Fille du train/The Girl on the Train n’est pas un film d’horreur. Et pourtant, je suis sortie du cinéma les nerfs à vif, à regarder derrière moi sur le stationnement et à verrouiller les portes de ma voiture avant de démarrer. Le film met en place une ambiance oppressante, où on ne sait plus démêler le vrai du faux, et Emily Blunt, dans le rôle principal, livre une performance qui donne froid dans le dos.

Emily Blunt donne froid dans le dos, parce que son personnage de Rachel démontre des tendances asociales, voire psychotiques. Elle est alcoolique -tellement qu’elle traîne une gourde remplie d’alcool à longueur de journée. Elle est obsédée par son ex-mari -tellement qu’elle porte toujours son alliance et l’appelle plusieurs fois par jour, en plus d’être déjà entrée chez lui sans y être invitée et d’être partie avec sa fille (sans l’emmener bien loin, précisons-le: elle l’a déposée sur la pelouse devant la maison avant de s’enfuir). À chaque scène, Blunt montre une émotion brute, souvent exacerbée par les effets de l’alcool, et c’est terriblement efficace.

Tous les jours, Rachel monte dans le train pour New York, y passe la journée et rentre.  Tous les jours, elle passe devant la maison de son ex-mari et sa nouvelle épouse, où elle habitait auparavant. Tous les jours, elle les espionne de son wagon -toujours le même.

Jusqu’au jour où, sans raison valable, elle descend du train à son ancienne station et croise une jeune femme blonde sur une route déserte -jeune femme qu’elle croit être Anna, la femme de son ex.

Le lendemain, on annonce la disparition d’une jeune femme blonde -Meghan, la gardienne de la fille de Tom, mariée à un homme violent.

Rachel ne se souvient de rien: la soirée est un trou noir total dans sa mémoire affectée par l’alcool. À partir de là, on assiste à la quête désespérée de Rachel pour retrouver ses souvenirs et aider le mari de Meghan. Une quête qui révélera beaucoup plus que la simple identité d’un meurtrier, mais pourrait bien secouer les fondations même de son existence.

Si la trame narrative est bien menée, avec des rebondissements multiples auxquels on ne s’attend pas, les personnages manquent légèrement de profondeur. On ouvre plusieurs pistes, mais on ne les explore pas à fond, sans doute par manque de temps -j’ose espérer que, dans le roman, les trois femmes ont été construites minutieusement.

Si vous cherchez un bon thriller qui vous donnera froid dans le dos, allez-y pour La Fille du train. Ce film m’a donné l’impression d’avoir brouillé la réalité, comme si je ne savais plus à quoi m’attendre de personne -la faute aux souvenirs flous de Rachel, qui se révèlent être exactement l’inverse de ce qu’elle croyait.

Et si vous aimez le film, n’oubliez pas: il y a aussi un livre, écrit par Paula Hawkins -que je vais certainement lire très bientôt. 😉

Anne-Sophie

Intimidation 2.0

17 Oct

Fini le temps où tu pouvais avoir un peu de répit une fois rendu à la maison, les mots qui blessent te suivent à toute heure du jour ou de la nuit, au son des notifications de ton téléphone, bien au-delà des murs de l’école.

Multipliés par les Facebook, Instagram et Snapchat de ce monde, ça en devient complètement obsédant. Laissant une trace sur le Web en plus de celles qui écorchent l’âme.

Je suis sortie assez troublée de la projection du film 1:54 de Yan England la semaine dernière. Ouf, me suis-je dit, quel soulagement de ne pas avoir vécu le secondaire à l’ère des réseaux sociaux!

Dès les premières secondes du film, on est transporté à l’époque de l’adolescence avec le plan des autobus jaunes en file indienne, une image tellement forte. Sauf que dans mon cas, ce sont de beaux souvenirs qui refont surface.

C’est l’histoire de deux amis, isolés, qui subissent les railleries d’une gang populaire de l’école depuis plusieurs années, constamment aux aguets d’être victime d’une «joke» comme le mentionnera l’un des intimidateurs à la fin du film. On comprend rapidement qu’au-delà de l’amitié, c’est une histoire d’amour entre les deux jeunes hommes qui tourne rapidement en tragédie. Et puis la course devient une façon de se venger, une façon d’oublier et de retrouver une certaine paix. Alors qu’on croit que tout ira pour le mieux, le partage d’une vidéo sur les réseaux sociaux donnera le coup fatal, sera la «blague» de trop. On est aussi confronté à la triste réalité d’un père et d’un coach qui veulent aider mais qui sont au bout du compte bien impuissants face au désespoir et à l’angoisse causés par la cyberintimidation.

Le jeu des acteurs Antoine Olivier Pilon, Lou-Pascale Tremblay et Robert Naylor est tellement juste et vrai. On est d’ailleurs loin du stéréotype de l’homosexuel efféminé, le film nous présentant des personnages beaucoup plus près de la réalité.

Le film est difficile, percutant, mais nécessaire. On a envie de dire au personnage principal de ne pas lâcher, d’attendre quelques années et que tout finira par rentrer dans l’ordre. Sauf que pour un adolescent, c’est son monde qui s’écroule. Et ce, devant un public qui ne se gêne pas pour en rajouter à coup de commentaires violents.

Bon visionnement, bonne réflexion!

Michèle

« Je t’aime, Rosie »: meilleurs amis, mais…

3 Oct

Quand votre meilleur-e ami-e vous dit « Regarde ce film-là, ça me fait penser à nous! », vous faites quoi? Bien sûr, vous regardez le film en vous disant « Ça va être tellement bon! ». C’est ce que j’ai fait pour Je t’aime, Rosie, adaptation cinématographique du roman La Vie est un arc-en-ciel, de Cecelia Ahern (au cas où ça vous rappelle quelque chose, elle a aussi écrit P.S. Je t’aime). Évidemment, j’ai aussi lu le roman; inévitablement, j’ai comparé les deux, et voilà ce que ça donne.

Le préambule est assez simple: Rosie et Alex sont meilleurs amis depuis la maternelle, et ne se sont jamais lâchés d’une semelle, jusqu’au grand départ d’Alex pour Boston. Ô malheur! Enceinte, Rosie doit rester en Irlande. Commence alors une longue séparation, durant laquelle les deux amis ne se perdront jamais de vue, sans jamais se révéler les véritables sentiments qu’ils éprouvent l’un pour l’autre. Les années passent, et la vie semble résignée à les éloigner, mais… qui sait ce qui pourrait se passer? 😉

C’est une histoire d’amour, vous l’aurez compris. Ce qui m’a le plus touchée dans cette histoire, c’est la conviction inébranlable d’Alex et Rosie qu’ils doivent faire ce qui est le mieux pour l’autre. Ils ne se posent pas de questions: l’important, c’est que l’autre aille bien, que sa vie soit la meilleure possible, et s’il faut pour cela qu’ils soient séparés, ils l’acceptent tous les deux. Tous les courriels qu’ils échangent, les moments qu’ils passent ensemble sont autant de traces de la force de leur amitié, qui ne se brise jamais malgré tout.

je-taime-rosie-livre-francais

Source: static.fnac-static.com

Au début, je dois l’avouer, la forme du roman m’a un peu prise par surprise: tout du long, on ne lit que des lettres. Entre Rosie et Alex, principalement, mais aussi entre Rosie et plusieurs membres de sa famille, Alex et son frère… Au début, c’est bizarre, mais on s’habitue.

En général, le roman m’a déçue. Les péripéties sont innombrables, tout comme les problèmes de Rosie -et ses complaintes. Ça ne sert pas nécessairement l’histoire qui, à la longue, semble franchement invraisemblable. Qui attendrait son « âme-soeur » pendant quarante ans? À la longue, on n’y croit plus, et on a hâte qu’ils se décident. Au début, toutefois, il y a plusieurs beaux moments, touchants et sincères, qui nous font continuer à lire jusqu’à la fin malgré les rebondissements parfois invraisemblables.

Le film, pour sa part, va directement à l’essentiel. On a droit à une belle histoire qui ne semble pas forcée ni exagérée, et qui laisse toute la place aux sentiments profonds entre Alex et Rosie, qui sont évidents dès le départ. En regardant le film, j’avais vraiment envie qu’ils finissent ensemble. C’était touchant et drôle à la fois, et ça sonnait vrai -comme les meilleurs passages du roman. Et la fin nous laisse le coeur léger, content. Ça fait du bien.

Vous l’aurez compris, c’est le film qui gagne, pour plusieurs raisons évidentes. Toutefois, si vous êtes vraiment une romantique dans l’âme et que les histoires d’amour qui-seraient-possibles-mais-qui-ne-fonctionnent-pas vous passionnent, ne vous gênez pas, je suis sûre que vous adorerez. Pour ma part, je vais revoir le film… plusieurs fois peut-être? 😉

Bonne lecture et/ou bon visionnement!

 

 

Anne-Sophie

Pour le lire

En français: La vie est un arc-en-ciel, ou Je t’aime, Rosie, chez J’ai lu

En anglais: Where Rainbows End, ou Love, Rosie, chez Harper Collins

Pour le voir

Je t’aime, Rosie / Love, Rosie, en DVD et Blu-Ray, avec Lily Collins (Rosie) et Sam Claflin (Alex).

Ensemble, c’est tout

21 Juil ensemble c'est tout

Après l’horreur des événements survenus à Nice la semaine dernière et mon écœurement général de tout ça, j’ai eu envie de vous partager une histoire qui m’a fait du bien ce week-end.

Une de mes collègues se sépare de plusieurs de ses livres et nous offre de nous servir dans sa bibliothèque improvisée au bureau. Très nice!

Je suis tombée sur le bouquin français Ensemble, c’est tout d’Anna Gavalda publié en 2004 aux Éditions Le Dilettante. Le nom me disait quelque chose, sans plus.

«Leur histoire, c’est la théorie des dominos, mais à l’envers. Au lieu de se faire tomber, ils s’aident à se relever.»

– Anna Gavalda

ensemble c'est tout

 

C’est un de ces romans où on retrouve des personnages brisés, qui crèvent de solitude et de peur. Peur de se laisser aller, d’être amoureux, d’être heureux. Jusqu’ici ça semble lourd, je l’admets.  😉

Ce qui est beau, c’est que ces trois personnes complètement différentes vont se trouver et se réparer petit à petit.

Camille qui ne dessine plus et qui semble avoir un sombre passé, Frank qui s’épuise dans le travail pour oublier que sa grand-mère se meurt à l’hospice et Philibert qui semble sorti d’une autre époque et qui peine à trouver sa place dans la société.

«Ce qui empêche les gens de vivre ensemble, c’est leur connerie, pas leurs différences…»

C’est une histoire d’amitié, d’amour et d’épanouissement. Comme s’ils ne faisaient que survivre chacun de leur côté mais qu’ensemble, ils retrouvaient un sens à leurs vies.

«Ils ne demandaient rien d’autre que d’être heureux ensemble. Même pas heureux d’ailleurs, ils n’étaient plus si exigeants. D’être ensemble, c’est tout.»

Bien sûr, j’ai eu envie de regarder le film sorti en 2007 et réalisé par Claude Berri, avec entre autres Audrey Tautou. J’ai trouvé les personnages et les dialogues assez fidèles au roman, mais je n’ai pas ressenti d’émotions aussi fortes que lors de ma lecture. Mais dans mon cas, c’est presque toujours ainsi avec les livres qui sont portés à l’écran.

Michèle

 

Des Oscars à la page

12 Fév

Les Oscars, c’est pour les films. Mais oui, je sais. Toutefois, si la littérature n’était pas là pour fournir une bonne dose d’inspiration aux réalisateurs de ce monde, la cérémonie aurait une toute autre allure cette année. Tour d’horizon des finalistes aux racines littéraires.

Room, Emma Donoghue

Nominations : Meilleur Film, Meilleure Actrice (Brie Larson), Meilleur Réalisateur (Lenny Abrahamson), Meilleur scénario adapté

En bref : Jack, 5 ans, habite seul avec sa mère. Dans une seule pièce. Depuis toujours. Sa mère lui fait croire que le monde se résume à cette pièce, jusqu’à ce qu’elle décide de lui donner sa chance et de l’aider à s’échapper.

Brooklyn, Colm Toibin

Nominations : Meilleur film, Meilleure actrice (Saoirse Ronan)

En bref : Une jeune Irlandaise se retrouve à New York en quête de travail, rencontre un Italien dont elle tombe amoureuse, s’habitue tranquillement à sa nouvelle vie, jusqu’à ce qu’elle soit rappelée au pays à cause de la mort de sa sœur. Choix déchirants en vue.

The Revenant / Le Revenant, Michael Punke

Nominations : Meilleur film, Meilleur acteur (Leonardo DiCaprio), Meilleur réalisateur (Alejandro G. Inàrritu), Meilleure photographie, Meilleur acteur de soutien (Tom Hardy)

En bref : 1832, Missouri. Hugh Grass, trappeur, est blessé par un ours lors d’une expédition plus que périlleuse. Abandonné par les deux hommes qui avaient promis de veiller sur lui, le trappeur doit se débrouiller seul pour survivre, avec sa soif de vengeance pour alliée.

Steve Jobs, Walter Isaacson

Nominations : Meilleur acteur (Michael Fassbender)

En bref : La biographie du fondateur d’Apple. Faut-il que j’explique davantage? 😉

Danish Girl, David Ebershoff

Nominations : Meilleur acteur (Eddie Redmayne), Meilleure direction artistique, Meilleure actrice de soutien (Alicia Vikander)

En bref : Pour aider sa femme à terminer le tableau d’une cantatrice, Einar accepte de se vêtir comme une femme pendant quelques heures –quelques heures qui vont changer sa vie. Lentement, Einar se transforme en Lily, mettant en péril son mariage et remettant en question son identité même. Inspiré d’une histoire vraie.

The Price of Salt / Carol, Patricia Highsmith

Nominations : Meilleure actrice (Cate Blanchet), Meilleure bande originale (Carter Burwell), Meilleure photographie, Meilleure actrice de soutien (Rooney Mara)

En bref : Therese, employée de magasin, rencontre Carol, une femme mariée en instance de divorce, dans le magasin où elle travaille. Elles ne devraient rien ressentir l’un pour l’autre, et pourtant des sentiments forts se développent entre elles. Mais, avec Carol qui craint de perdre la garde sa fille si on venait à découvrir leur relation, les choses ne sont pas simples.

The Martian / Seul sur Mars, Andy Weir

Nominations : Meilleur acteur (Matt Damon), Meilleur scénario adapté, Meilleure direction artistique

En bref : Après une violente tempête qui force ses coéquipiers à quitter la planète Mars, Mark se retrouve seul et sans ressources, coupé de tout. Il devra trouver les moyens d’affronter les problèmes apparemment insurmontables qui se posent sur son chemin dans une tentative désespérée de revenir sur Terre.

Hé bien! Maintenant, vous pourrez regarder les Oscars en sachant que, sans le génie des auteurs de romans, la cérémonie aurait une toute autre allure. 😉

Anne-Sophie

 

Trainspotting

10 Nov

Avant d’aller voir cette pièce, je l’avoue, je ne m’étais pas beaucoup renseignée. Je savais que ça parlait de drogue et que ce serait probablement trash. N’ayant jamais lu le livre ou vu le film, il était donc difficile pour moi de me faire une idée de ce qui allait m’être présentée le mercredi 27 octobre à La Bordée.

Le petit signe 16 ans et plus sur mon programme faisait pourtant office de signaux de fumée dont le but était de me révéler l’étendue de ce que j’allais voir pendant la prochaine heure et demi.

Trainspotting_2

Crédit photo: Pierre-Marc Laliberté

Trainspotting, c’est l’histoire d’une bande de jeunes dans l’Écosse très pauvre du milieu des années 1990 qui ont décidé de se réfugier dans la drogue pour trouver un sens à leur vie (ou anesthésier leur perspective face à la vie, ça dépend comment tu prends le problème). L’histoire nous est racontée par Mark. Celui-ci décrit et commente différents épisodes de sa vie qui s’enchaînent pour finalement devenir une histoire. Il est accompagné par ses amis Tommy, Sick Boy, Begbie et Allison. Certains tombent peu à peu dans l’enfer de la drogue (ou un quelconque substitut comme l’alcool ou la violence) et d’autres finissent par s’en sortir. Ils ont tous un point un commun cependant: ils cherchent tellement à échapper à la réalité que même quand celle-ci les frappe en plein visage, ils n’arrivent pas à l’accepter et préfèrent détourner le regard.

La première image qui m’est venue en tête après avoir vu la pièce, pour résumer mon sentiment sur l’histoire, est que les films Requiem for a dream et The full Monty avaient eu un bébé: pauvreté, crise économique, génération bafouée, déchéance et drogue sur fond de crise identitaire.

CRÉDITS PHOTOS : Pierre-Marc Laliberté

Crédit photo : Pierre-Marc Laliberté

Le texte est tranchant. Les histoires choquantes voire écœurantes sont entremêlées de moments touchants et vrais, de discours qui font mal et de séquences hilarantes. Entre le langage ordurier des personnages et les scènes qui donnent la nausée on finit toutefois par se demander ce qui déferle le plus: les sacres ou les déjections.

Cependant, ce qui marque le plus l’esprit dans cette pièce, malgré les milles et une péripéties dont le spectateur est témoin, est la vérité et l’innocence qui émane de la trame de fond. Comme l’a si bien résumé la metteure en scène, Marie-Hélène Gendreau: « La pièce jette intelligemment un blâme sur tous les « abandonneurs » d’enfants. J’entends par là, une société qui n’aime pas suffisamment ses enfants, qui ne leur fait pas assez de place, qui n’est pas tolérante envers leur agitation. »

Les acteurs sont tous excellents, avec à leur tête Lucien Ratio dans le rôle de Mark. On retiendra surtout de son interprétation cette capacité à rendre presque agréable des situations qui, à la base, ne le sont pas du tout. Son personnage de junkie en est un attachant voire touchant dans sa manière de narrer les événements les plus tragiques de sa vie. Il faut noter l’intensité dramatique des comédiens Jean-Pierre Cloutier (Tommy) et Claude Breton Potvin (Allison) ainsi, que l’interprétation du personnage de Begbie, un ivrogne aux sérieux problèmes de gestion de la colère, par Charles-Étienne Beauline. C’est Marco Poulin qui fait tous les autres rôles secondaires (employeur, la mère supérieure et l’ivrogne) et il faut mentionner qu’il était incroyable dans la scène de l’entrevue!

CRÉDITS PHOTOS : Pierre-Marc Laliberté

Crédit photo : Pierre-Marc Laliberté

Je suis sortie du théâtre dans un état de transe semi-nauséeux. Ne sachant que trop quoi penser de cette pièce. Certes, j’avais beaucoup aimé et la mise en scène comme les acteurs étaient excellents. Mais une grande partie de moi continuait d’être profondément mal à l’aise. Maintenant, avec le recul, je suis vraiment contente de l’avoir vu. Parfois faut que ça fasse un peu mal pour qu’on arrive à voir plus grand et entamer une réflexion sur de tels sujets.

Trainspotting, de Irvine Welsh, a été adapté pour le théâtre par Harry Gibson seulement huit mois après la parution du livre. Elle a ensuite été traduite en français par Wajdi Mouawad et présentée pour la première fois à Québec à Premier Acte en 2013. La pièce est présentée à La Bordée du 27 octobre au 21 novembre 2015.

Camille xxx

« Toujours Alice »: Briser les tabous

5 Oct

J’avais hâte d’enfin lire et voir Toujours Alice / Still Alice. Mettre au centre d’une histoire un personnage atteint d’Alzheimer précoce était un pari risqué: la démence n’est pas un sujet très à la mode. Mais le pari est réussi haut la main par l’auteure Lisa Genova avec un roman touchant que l’on lit d’une traite. Comparaison avec le film.

En bref

Alice Howland, 50 ans, mère de trois enfants, est professeure d’université. Tout semble parfait, jusqu’au jour où elle commence à oublier. Des banalités d’abord, puis des choses de plus en plus importantes. Après s’être perdue dans son propre quartier, elle consulte un neurologue et le diagnostic tombe: Alzheimer précoce. Alice tente courageusement de continuer sa carrière universitaire, mais elle est vite forcée de se concentrer sur sa santé. Elle s’accroche de son mieux à ses souvenirs, mais ils s’envolent de plus en plus et même son corps la trahit. Une histoire criante de vérité, qui met en lumière le difficile parcours de tous les malades atteints d’Alzheimer qui, comme le dit Alice dans le film, ne peuvent pas compter sur la sympathie des autres face à leur maladie mais doivent plutôt affronter leur mépris et leur incompréhension.

Source: renaud-bray.com

Source: renaud-bray.com

Qui gagne? Le roman

Pourquoi?

La narration est férocement efficace. On suit la lente dégénérescence d’Alice comme dans une course contre la montre, alors que les indices de progrès de la maladie s’accumulent et que ses souvenirs s’étiolent. Tout au long du roman, l’émotion est palpable. La détresse d’Alice nous déchire le coeur. C’est une histoire qui touche, qui prend aux tripes, parce qu’elle fait écho à la réalité de tant de gens. C’est une histoire qui m’a touchée, moi, parce que mon grand-père est décédé de l’Alzheimer très jeune. En voyant les enfants d’Alice, je pensais à ma mère, dans la jeune trentaine, quand son père est tombé malade. Et je ne suis sûrement pas la seule qui reconnaît ses proches dans cette histoire.

Le film malheureusement peine à rendre justice à son matériel source. Les problèmes d’Alice défilent, mais on n’appuie sur aucun et on a l’impression finalement que toutes ces fois où elle oublie des choses importantes, où elle ne reconnaît plus sa propre fille, n’ont pas d’importance. Peut-être est-ce un effet de style: les petits drames quotidiens se perdent comme dans la mémoire effilochée d’Alice. Le drame est tout de même là et les critiques sont unanimes à déclarer ce film comme l’un des meilleurs de l’année. Je suis mauvais public, apparemment. 😉

Encore une fois, il faut saluer l’audace de l’auteure qui réussira peut-être à briser les tabous entourant cette maladie encore stigmatisée par notre société. Et il faut saluer aussi l’humanisme de cette oeuvre qui démontre bien qu’un malade reste un être humain à part entière jusqu’au bout -même si les souvenirs et les mots lui échappent.

Bonne lecture et/ou bon visionnement!

Anne-Sophie

Action à l’américaine

18 Juin

Pour moi, l’été, c’est synonyme de films d’action et de lectures en série. Pour ceux et celles qui chercheraient une série de romans et/ou de films, je vous propose ce mois-ci la série Jason Bourne/Dans la peau, écrite par Robert Ludlum et Eric van Lustbader et portée à l’écran par divers réalisateurs depuis le début des années 2000.

En bref

Jason Bourne serait l’agent secret parfait: il parle couramment plusieurs langues, met K.-O. un adversaire en cinq secondes, sait passer inaperçu en toutes circonstances, ne montre aucune émotion… Or, il a perdu la mémoire. Lorsqu’on fait sa connaissance dans La Mémoire dans la peau, il n’est rien d’autre qu’un amnésique avec pour seul indice de son identité une puce intégrée sous sa peau. C’est là que s’engage une véritable course contre la montre pour comprendre qui il est, et ce qu’il doit faire, avant que ses ennemis le rattrapent. Au fil de la série, Bourne refait sa vie aux États-Unis, mais la tranquillité est toujours de courte durée: inévitablement, le passé revient le hanter, alors que ses vieux ennemis cherchent vengeance.

www.livredepoche.com

Crédi photo : livredepoche.com

Cela pourrait ressembler à n’importe quelle trame de roman d’espionnage. Or, Jason Bourne n’est pas un autre James Bond. S’ils partagent les mêmes initiales, ils n’ont pas grand-chose d’autre en commun. Bourne n’est pas le héros unidimensionnel auquel on s’attend : dans son esprit se côtoient deux personnalités distinctes, héritages d’un passé trouble. D’un côté, David Webb, diplomate, dont l’épouse et les enfants ont été tués par un raid de l’armée américaine. De l’autre, Jason Bourne, agent secret sans scrupules créé de toutes pièces par le gouvernement américain pour les opérations les plus périlleuses qui soient. Les deux personnalités se confrontent sans cesse, et le lecteur assiste, fasciné, aux dialogues intérieurs entre Bourne et Webb, alors que chaque décision peut causer sa mort ou celle d’un autre.

Les films, pour leur part, vont droit au but: Jason Bourne est un agent secret de la CIA, dangereux à souhait, et surtout, incontrôlable. Il fait un merveilleux personnage de film d’action, en effet, mais ça manque de profondeur comparé au roman. Toutefois, les amateurs de poursuites haletantes et de combats musclés ne seront pas déçus: il y en a des tonnes.

Mon verdict: Le roman, 100 fois

Voyez-vous, le problème de cette « adaptation », c’est que ce n’en est pas une. En fait, ça donne plutôt l’impression que le réalisateur a pris le personnage de Bourne -uniquement Bourne- et lui a donné son propre film. Pour le premier volet, ça passe: les divergences roman/film sont trop minces pour qu’on soit franchement outré. Mais pour la suite… Si vous avez lu les romans d’abord, attachez vos tuques, parce que vous allez vous arracher les cheveux. (Expérience vécue.)

Si vous n’avez pas lu la série et que vous voulez regarder un film d’action, par contre, allez-y sans réserve: vous ne serez pas déçu. On casse des gueules, on détruit de la carrosserie, et on fait exploser plein de choses.

Il se peut donc que vous deveniez fan de la série, que ce soit en version cinématographique ou littéraire. Sachez toutefois que les deux sont comme l’été et la pluie: ils se mélangent mal, même si, isolément, ils peuvent être agréables. 😉

Pour le lire

En français

La série Dans la peau, chez Grasset

Premier tome: La Mémoire dans la peau (Ludlum, 1980)

Dernier tome en date: La Traque dans la peau (Lustbader, 2011)

En anglais

La série Bourne chez Grand Central Publishing

Premier tome: The Bourne Identity

Dernier tome en date: The Bourne Ascendancy (Lustbader, 2014)

Pour le voir

The Bourne Supremacy / Jason Bourne: L’Héritage, dernier film en date, en DVD et Blu-Ray (et il y aura un autre film en 2016)

 

Bonne écoute/lecture!

Anne-So

Le Monde de Charlie : comme un parfum de collège

20 Mai

Que vous soyez au cégep ou à l’université, les vacances sont à portée de main –si elles n’ont pas déjà commencé. Ces effluves de fin d’année scolaire m’ont donné envie de parler d’un roman américain au parfum entêtant de collège, Le Monde de Charlie. Porté à l’écran en 2012 avec pour têtes d’affiche Logan Lerman, Emma Watson et Ezra Miller, c’est un incontournable, tant sous sa forme littéraire que cinématographique.

THE PERKS OF BEING A WALLFLOWER Source : http://trauma.blog.yorku.ca/ Ph: John Bramley © 2011 Summit Entertainment, LLC.  All rights reserved.

Source : trauma.blog.yorku.ca

En bref

Charlie est un étudiant de collège mal dans sa peau. Après le suicide de son meilleur ami, il se retrouve seul à l’école, reclus, avec pour unique compagnie les romans que lui prête son enseignant de littérature. Traînant derrière lui un lourd secret, souffrant de crises d’angoisse, Charlie a du mal à se faire accepter par ses pairs, qui le ridiculisent sans relâche.

Par le plus grand des hasards, il devient ami avec deux étudiants de dernière année, Patrick et Sam. Avec eux, Charlie prend peu à peu le contrôle de sa vie. Au fil de l’histoire, on suit l’évolution de Charlie, qui prend lentement de l’assurance, dans un ton très réaliste, qui rappelle immanquablement l’ado mal dans sa peau que l’on a tous été à un moment ou à un autre de notre vie. Un récit touchant, poignant de vérité, avec des personnages attachants aux multiples facettes.

Mon verdict : Ex æquo

Pourquoi?

Je n’ai pas réussi à trancher entre l’adaptation cinématographique et l’œuvre originale. Les deux sont excellents, adoptant la même approche très humaine pour présenter l’histoire de Charlie. La sensibilité à fleur de peau du personnage principal, évidente dans le roman, est merveilleusement rendue à l’écran par Logan Lerman, très juste dans son interprétation.

La trame narrative est très semblable du roman au film. L’adaptation met de côté certains éléments du roman, mais place à l’avant-plan d’autres détails, qui font qu’on comprend mieux l’histoire. Je n’ai jamais vu une adaptation cinématographique qui approfondisse son œuvre de base à ce point : les deux se complètent parfaitement, trouvant l’équilibre entre la simple répétition du matériel original et sa modification.

Je dois avouer que le film propose une bonne bouffée de nostalgie: si vous n’avez pas envie de vous rappeler les difficiles (ou agréables?) années de secondaire, optez plutôt pour un film de superhéros ou quelque chose du genre (le choix est varié ces jours-ci dans le rayon superhéros et fin du monde, paraît-il).

Vous l’aurez compris, Le Monde de Charlie est une valeur sûre, que vous préfériez le lire ou le regarder. Évidemment, c’est un roman pour adolescents (ou jeunes adultes, si vous voulez), mais il a le mérite d’aborder des thèmes qui nous touchent à tout âge, comme le sentiment d’appartenance et la quête d’identité –la crise de la vingtaine, ça existe, non? 😉

Pour le lire:

En français: Le Monde de Charlie, chez Sarbacane

En anglais: The Perks of Being A Wallflower, chez Pocket

Pour le voir:

The Perks of Being a Wallflower/Le Monde de Charlie, sur DVD et Blu-ray

Bonne lecture (et/ou bon visionnement)!

Anne-Sophie

Où est Josh Hartnett?

10 Sep

Image

Est-il en train de se préparer pour un second sevrage des plaisirs de la chair ?

Est-il en train de se remettre du jeu de mots de son film «Les EnSAIGNANTS» ?

L’acteur de 35 ans, ancienne idole des jeunes femmes nées entre 1984-1990, s’est montré plus réservé durant les dernières années. Mais l’attente a assez duré : Josh Hartnett nous reviendra en 2014 sur la chaine Showtime dans Penny Dreadful.

Sous la forme d’une mini-série de huit épisodes, Penny Dreadful se déroulera à Londres à l’époque victorienne et évoquera des personnages de la littérature fantastique ! Une ambiance brumeuse, rappelant la fête de l’Halloween et qui comptera des personnages mythiques tels que Dracula, Frankeistein et Dorian Gray, entre autres.

Ces histoires macabres à sensation forte seront chapeautées par John Logan (Gladiator, Skyfall) et Sam Mendes (American Beauty, Skyfall). Le générique accueille également la mystérieuse Eva Green (Skyfall), l’ancien agent 007 Timothy Dalton (License to kill) et l’interprète de l’homme araignée à Broadway, Reeve Carney (Spider-Man : Turn Off The Dark).

Hartnett interprètera le charmant Ethan Chandler, homme d’action dénudé de peur, mais rongé par ses propres démons.

Le tournage débutera cet automne en sol britannique.

***

Preview pour vous

1) Prisoners

20 septembre 2013

Le cinéaste de chez nous, Denis Villeneuve, joue dans la cour d’Hollywood et s’amuse avec Hugh Jackman, Jake Gyllenhaal, Terrence Howard et Maria Bello.

2) Gravity

4 octobre 2013

Du réalisateur Alfonso Cuaron qui nous a amené Y tu mama tambien, mettant en vedette Georges Clooney et Sandra Bullock.

3) Inside Llewyn Davis

6 décembre 2013

Le prochain film des frères Cohen, mettant en vedette Oscar Isaac, Carey Mulligan, John Goodman, Justin Timberlake et un chat rouquin.

It’s a wrap!

JP

Louis Cyr, l’homme le plus fort du monde: un film qui soulève les foules !

20 Juil

ImageSur nos écrans depuis le 12 juillet dernier, le film Louis Cyr : l’homme le plus fort du monde, du réalisateur Daniel Roby (Funkytown) se hisse au sommet de sa force ! Avec un budget de plus de 8 millions $, le long métrage sur la figure légendaire de notre patrimoine national est un véritable bijou québécois.

 «Gagner le salaire de 2, travailler pour 3 et manger pour 10.»

 La barre était haute lourde pour rendre justice aux exploits incroyables de ce Samson. Le spectateur ne peut qu’être propulsé dans cet univers inconnu d’hommes forts où l’on embarque vraiment rapidement. On force et on grimace avec l’acteur principal du film, Antoine Bertrand, à chaque instant (regarder vos voisins de siège dans la salle se plisser le front et les lèvres par empathie).

 Le récit se concentre sur les exploits du phénomène de force, Louis Cyr, en retraçant les différentes époques de sa carrière. Quitter le Massachussetts, s’arrêter à Montréal, s’installer à St-Jean-de Matha et tenter l’Europe. Gravitent à ses cotés, sa jolie femme Mélina (Rose-Maïté Erkoreka) et son fidèle protégé Horace Barré (Guillaume Cyr).

Le réalisateur et les scénaristes ont choisi d’exploiter les différentes facettes de l’homme fort, qui était avant tout un homme avec ses forces (!) et ses faiblesses. À une époque où les journalistes n’avaient que crayon à mine et calepin comme outils de travail, lancer une carrière demandait beaucoup de fougue et de bons contacts.

La période historique est bien dépeinte à travers la scénographie, les costumes et le son saccadé du violoncelle de Jorane, qui a composé la musique à saveur traditionnellement québécoise pour le film. Charmant, approprié, enlevant.

 Antoine Bertrand (C.A, Les enfants de la télé), véritable poids lourd du film et de sa génération d’acteurs, nous offre une performance remplie de nuances, mais surtout de vérité. «People want the truth», dit Louis Cyr dans le film. Une interprétation vraie et touchante. Certaines scènes (comme celle avec le tirage des chevaux) donnent froid dans le dos.

 Guillaume Cyr (La Galère), campe avec brio, le protégé et fidèle ami de Cyr, Horace Barré. Un colosse qui possède lui aussi beaucoup de force, mais moins de cœur et de colonne que son mentor. L’histoire du film se vit à travers sa narration.

Rose-Maïté Erkoreka (Une grenade avec ça) nous offre une livraison exceptionnelle de la femme dévouée et aimante de l’homme fort. À travers ses yeux et son regard, elle nous fait vivre chaque moment, bon ou moins bon, du couple.

On peut également apprécier les présences des comédiens chevronnés Gilbert Sicotte (Fortier) & Gil Bellows (Ally McBeal), deux businessmen, également promoteurs de l’homme aux records incontestés et incontestables.

 «Il ne savait pas écrire, mais il venait de réécrire l’histoire avec ses records.»

 Le film ne nous épargne pas les déceptions et les trahisons de ce business, proche cousin du cirque. «Réconfort» n’enveloppe pas toujours «fort»…L’orgueil et la vulnérabilité de Louis Cyr se manifestent à travers son analphabétisme et son manque de culture.  Au final, on réalise que c’est sa grande force de caractère qui lui permet d’accéder à cette incroyable force physique.

 Fait cocasse : le film aurait dû s’appeler «Cyprien-Noé Cyr : l’homme le plus fort au monde…» puisqu’il s’agit du vrai prénom de la légende.

 Je vous mets au défi d’aller voir ce film au cinéma.

Et sachez que les hommes forts comme Louis Cyr ne refusent jamais aucun défi…

 It’s a wrap ! JP.

Man of Steel: Acier bon merci.

21 Juin

Image

Les attentes étaient élevées pour les instigateurs de ce long métrage au super budget (plus de 250 millions de dollars). On parle ici d’un personnage universelle, décortiqué de toutes les façons à travers les années: traits de crayon, série télévisée pour jeunes adolescents (coucou Smallville), longs métrages…Superman est un symbole culturel qui survit à toutes les générations, son immortalité transperce les écrans.

Zack Snyder (300, Watchmen) à la réalisation et ses alliés Christopher Nolan (Inception, la trilogie Batman Begins, The Dark Knight, The Dark Knight Rises) à la production et David S. Goyer (Blade, la trilogie Batman Begins, The Dark Knight, The Dark Knight Rises) à la scénarisation ont accepté le défi de surprendre les spectateurs avec une histoire qu’ils connaissent déjà.

«L’idée consistait à regarder le monde à travers les yeux de Superman, sentir ce qu’il ressent. C’était cela la «thèse» du film, son point de départ. Si on y arrivait, alors l’histoire de Superman correspondrait peut-être mieux à notre culture moderne. Je voulais aussi comprendre son «histoire d’amour» avec l’humanité. »

– Le cinéaste Zack Snyder

 En partant, il faut dire que Superman est un super film avec des super acteurs et des super effets spéciaux (et des supers sous).

Le film étale donc les origines de Superman aka Kal-El aka Clark Kent. Les premières scènes se déroulent sur Krypton, la planète d’origine de Superman sur le point de disparaître, jusqu’aux événements qui ont mené à l’envoi de Kal-El sur la planète Terre. Russell Crowe, impeccable dans le rôle de Jor-El, campe une des versions les plus «humaines» du père de l’homme d’acier.

Les séquences suivantes sont parsemées de sauts en arrière et en avant, où l’on assiste à plusieurs moments déterminants de la vie de Clark, notamment sa jeunesse sur la ferme des Kent, la découverte de ses pouvoirs, l’isolement qui en découle, sa rencontre avec Lois Lane… Pour enfin nous mener à la problématique principale: le général Zod, survivant de la planète Krypton, souhaite prendre possession de la terre et assurer la survie de son peuple, qu’il considère issue d’une race supérieure. Interprété brillamment (et globuleusement) par Michael Shannon, le personnage du vilain réussit à amener une profondeur supplémentaire au film. Ses actes sont certes extrémistes, mais justifiés selon lui.

«Si Superman est tellement malin, pourquoi met-il son slip par-dessus son pantalon ?» demandait Pierre Légaré. La nouvelle incarnation de l’icône aux super pouvoirs doit avoir évoluée, car le légendaire slip rouge ne fait plus partie du costume de l’homme d’acier. D’autres éléments, comme le symbole du S sur le torse du super-héros, tentent de différencier le film de ses prédécesseurs.

Henry Cavill (The Tudors) a le casting (et la shape) parfait pour se mettre dans les collants du super homme. Il faut avouer que l’acteur ne joue pas sur plusieurs canaux d’émotion, mais il est crédible et il réussit à faire pâmer les plus farouches. Amy Adams, fidèle à elle-même, joue minutieusement le rôle de Lois Lane. Elle nous présente plusieurs facettes et affiche un caractère ambitieux tout en gardant un coté sensible. Par contre, faute de scènes ensemble peut-être, la chimie du couple est moyennement palpable. Kevin Costner et Diane Lane, quant à eux, incarnent très bien ce que Clark aime des humains de cette planète qui n’est pas le sienne.

On ne peut qu’applaudir le film visuellement. Le réalisme des scènes tout à fait irréalistes est impressionnant. L’exécution est superbe et accompagnée de la superbe musique de Hans Zimmer qui réussit, encore une fois, à nous transporter jusqu’aux cotés de Superman.

Toutefois, il y a de la kryptonite dans n’importe quel film de super-héros…Le film se perd un tantinet dans ses innombrables scènes d’explosion et de démolition. Le film aurait pu facilement être retranché d’une bonne vingtaine de minutes. Au stade du premier volet, car il est clair que ce film aura une suite, nous sommes spectateurs : on visionne et on aime, sans être complètement embarqués encore. Ça viendra.

High-five aux beaux clins d’œil aux fans du héros : Clark qui regarde le football, un camion qui se déverse avec l’inscription Luthorcorp, la petite fille qui s’appelle Lana dans les scènes de jeunesse…

Des clins d’œil à la mythologie de Superman, mais aussi des clins d’œil à la religion. En effet, il semble populaire de comparer Superman avec nul autre que…Jésus. Aux États-Unis, plusieurs l’ont compris et se servent de ce parallèle pour intéresser davantage les jeunes élèves. Je vous recommande de lire l’article du journaliste Marc Cassivi à ce sujet.

Je vous laisse sur ce monologue tiré de Kill Bill 2 où on nous raconte pourquoi Superman devrait être le super-héros préféré de tous.

BIENTÔT

1-    Wolf of Wall Street : Le prochain Scorsese


Leo, Matthew & Jonah ont l’air meilleurs que jamais !

2-   Lone Ranger : La prochaine collaboration Disney-Johnny Depp


On dirait Jack Sparrow version indienne.

3-   300 : Rise of an Empire

http://http://www.youtube.com/watch?v=leXo4-QLNVc
Vu que c’est le film #2, doit-on appeler ça 302 ?

UN PEU MOINS BIENTÔT

4-   Anchorman 2 : Perfect Will, Perfect crew

https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=Elczv0ghqw0
Je
suis crampée.

It’s a wrap !

Jay P

Hangover III – Une dure veillée pour le Wolfpack

23 Mai

hangover 3
La bonne nouvelle c’est que non, le film ne commence pas avec Stu qui se réveille au Panama avec des rallonges capillaires. La mauvaise nouvelle c’est que vous souhaiterez que le film ait commencé ainsi.

«We fucked up…» disait Bradley Cooper dès la première séquence du premier film en 2009.

Peut-être que Todd Phillips et son équipe ont ces mots sur le bout de la langue…

Car malheureusement, la finale de cette trilogie laisse définitivement l’appétit ouvert.

Hangover 3 est plutôt un film d’action avec quelques séquences comiques et s’affiche avec un scénario sans fil conducteur pour bien ficeler les aventures de Phil, Stu et Alan.

Plusieurs reprochaient au deuxième film d’avoir copié-collé la formule du premier et d’avoir lésiné sur la créativité. Cette fois, ils ne pourront faire ce reproche. L’équipe de scripteurs a définitivement choisie une avenue différente. Une avenue bien moins marrante, malgré quelques séquences qui ont permis à la salle de se bidonner. (Les gags de Stu, le saut d’Alan au Caesar, la folie de Chow…)

Les personnages épiques de ce film, qui ont fait du premier long métrage un classique, sont fidèles à eux-mêmes. Les protagonistes sont toujours aussi bien campés et nous font apprécier chacune de leurs expressions et de leurs mimiques. Les beaux loups du Wolfpack sauvent un peu la mise…

Pour un film de ce genre, la disposition et la qualité des images sont définitivement à souligner. Les prises de vues sont hallucinantes. Certaines scènes attirent vraiment l’œil (stroboscopes, éoliennes, les chutes du casino du plan de vue des airs (!!), la traversée de la rue qui rappelle la pochette des Beatles, la Strip).

Mais l’essence a disparu. Les situations abracadabrantes sont restées, mais sans les mêmes fous rires, sans l’humour et la répartie intelligente (et aussi stupide). Ce n’est qu’après quelques secondes du générique de fin que le titre du film est honoré…pour deux minutes (mais oh combien rentabilisées !).

High-Five :

* Bébé Carlos

* Les mimiques de Zach

* La scène en parachute de Chow

* Le retour à Las Vegas

* Bradley Cooper (c’est vrai, j’avoue, c’est un peu pour les mauvaises raisons)

* La scène SUR le Caesar’s Palace

On chigne :

* L’inexploitation de John Goodman

* Les animaux tirés, drogués ou décapités

* Les explications à ne plus finir pour mettre l’histoire en place

* La tentative de vouloir ajouter de la profondeur au film (le deuil, les amis, le désir de changer…)

* Les gags prévisibles

Mais si vous êtes comme moi, vous êtes trop curieux et trop attachés aux personnages pour ne pas aller voir Hangover 3. Allez-y et donnez-moi vos commentaires ! En salle dès le 24 mai !

 

It’s a wrap !
Janisss

Des mèches blondes et une séparation dans le milieu

15 Avr
En vedette dans The Place Beyond the Pines

En vedette dans The Place Beyond the Pines

Ryan Gosling & Bradley Cooper

Des mèches blondes et une séparation dans le milieu

 

Avec leurs jolis minois et la sortie du film The Place Beyond the Pines, Ryan Gosling & Bradley Cooper inspirent les indexs à se laisser aller sur les claviers d’ordinateur.

C’est toujours fascinant de retracer les premiers pas des grandes pointures du cinéma.

En 2013, ils sont au sommet, mais leurs premières interprétations ont également faites sensation. Les deux acteurs ont déjà été autre chose que des incarnations de convoitise et de masculinité…

RYAN

  • Série Breaker High, 1997, YTV (tsé l’équivalent de Canal famille, mais en anglais?)Capture d’écran 2013-04-15 à 19.56.47

Muni d’une coupe de cheveux à la Nick Carter, Ryan Gosling interprète ses premiers tourments amoureux dans le rôle d’un jeune prépubère qui étudie dans une école secondaire située…sur un bateau.

  • Série Hercule contre Arès, 1998, Canal Famille (tsé l’équivalent de YTV, mais en français?)

Capture d’écran 2013-04-15 à 19.56.57

Avant de lever Rachel McAdams a bout de bras dans The Notebook, Ryan a fait lever cette série portant sur les aventures d’Hercule, lorsqu’il était un jeune prépubère (encore).

Mention spéciale à la danse particulière de Ryan dans l’excellent film Remember the Titans

BRADLEY

  • Série Alias, 2001

Capture d’écran 2013-04-15 à 19.57.07

Aux cotés de la solide Jennifer Garner, Bradley fait ses débuts dans la série d’espionnage Alias. Armé de ses mèches blondes, Cooper y campe un journaliste. Jokes on his hair aside, les premières saisons de cette série valent définitivement la peine d’être regardées.

  • Anything is possible !

Capture d’écran 2013-04-15 à 19.57.14

Dans cet extrait, on peut voir Bradley, encore étudiant au Actor Studio Drama School, poser une question à l’acteur Sean Penn : L’intervieweur est devenu l’interviewé !

Il était difficile d’imaginer l’ampleur que leurs carrières prendraient, mais on pouvait déjà s’enticher d’eux. Comme dirait M. Cabrel, « Quand j’aime une fois, j’aime pour toujours » !

Vous pouvez savourer ces deux beaux loups aux cotés de la suave et talentueuse Eva Mendes dans le film The Place Beyond the Pines, à l’affiche présentement. 

***

 

Mon top 3 de previews hybrides

J’adore les previews de films.

J’adore le montage saccadé et la musique choisie dans les previews.

Je suis fasciné par l’émotion que suscite un preview.

Je suis fébrile juste à penser à la narration d’un preview.

Dans un cinéma près de chez vous, merci beaucoup.

En guise d’hymne à cet amour et afin de vous démontrer comment on peut jouer avec une bande-annonce (fallait le dire en français au moins une fois), voici mon top 3 de previews hybrides :

#3 : The Happy Shining

Jack Nicholson comique à son meilleur !

#2 : Scary Poppins

Aucune chance que Mary garde mes enfants.

#1 The Walking Toys

Woody ?

Bon cinéma!

JANISSS

 Source photos: Google.
Lolilol

%d blogueurs aiment cette page :