Tag Archives: éthique

Je déteste ce que mes vêtements représentent

16 Août

Hier soir, ma vision des vêtements a complètement changé. J’ouvre ma garde-robe et je déteste ce que mes vêtements représentent. Hier soir,  j’ai regardé le documentaire The True Cost. Ce film démontre l’envers du décor de l’industrie du vêtement. Dans ce documentaire coup-de-poing, on démontre comment, en exigeant de toujours payer moins cher pour nos vêtements, nous sommes responsables des conditions de travail critiques des travailleurs dans les usines. En voulant toujours payer moins pour obtenir plus, nous encourageons ce système qui met en danger la santé et la vie de travailleurs en Asie et au Moyen-Orient.

1462469765059

Affiche du documentaire The True Cost

The True Cost est un film qui ouvre les yeux, sans être moralisateur. Nous devenons conscients de l’impact de la culture du coton sur nos sols et de l’usage excessif de pesticides. Nous réalisons l’équilibre précaire entre le bien-être de notre environnement et nos besoins toujours grandissants de produire en masse des vêtements que nous portons le temps qu’une nouvelle collection arrive sur les tablettes des magasins. On consomme nos T-shirts comme on consomme de la malbouffe. J’en ai des frissons.

Ce documentaire est un cri d’alerte. C’est une claque en plein visage. Je ne peux plus faire comme si je ne savais pas à quel point les vies de milliers d’individus sont affectées par notre besoin maladif de garnir notre garde-robe jusqu’à la faire exploser. Il est question ici de gens qui habitent à l’autre bout de la planète et dont la vie a autant de valeur que la mienne. Qui suis-je pour leur imposer des conditions de travail précaires, dangereuses et inhumaines dans le simple but de payer mon chandail le moins cher possible?

TrueCost_FilmStill_16

Une jeune travailleuse de l’industrie du vêtement dont on découvre l’histoire dans The True Cost.

Il existe des solutions écologiques et humaines à ce problème de consommation maladive caractéristique de notre siècle. Le documentaire présente des compagnies éthiques qui créent de superbes vêtements tout en s’assurant que, dans toute la chaîne de création, la vie et le talent des gens impliqués sont respectés. De mon côté, je fréquente depuis un peu plus de six ans la charmante boutique Folle guenille située dans Hochelaga. Depuis ma rencontre avec Isabelle, la propriétaire, je magasine presqu’exclusivement mes vêtements dans ce paradis du designer québécois et du vêtement recyclé. J’aime encourager le talent d’ici et j’aime encore plus savoir que je porte du tissu auquel on a donné une seconde vie.  Même si j’ouvre un peu plus grand mon portefeuille, je suis heureuse de tenter de faire ma petite part pour notre belle planète!

Malgré les petits gestes que je pose depuis quelques années, je suis sortie bouleversée du visionnement de The True Cost. Malgré mes efforts pour acheter local et recyclé, je suis loin d’être parfaite. Tout comme n’importe qui, j’aime payer le moins cher possible pour ce que je consomme. Or, après avoir regardé The True Cost, je suis à un carrefour dans mon mode de consommation. Je peux continuer à acheter des chandails à des prix ridiculement bas et continuer d’encourager une industrie qui n’a pas à coeur le bien-être de ses employés. Ou je peux accepter de payer plus cher pour mon t-shirt afin d’avoir la conscience tranquille.

Mon choix est clair. Mon portefeuille n’aimera pas, mais mon coeur me remerciera.

Visionnez The True Cost sur Netflix ou en le louant sur iTunes.
Cliquez ici pour voir la bande-annonce.

Andrée-Anne Brunet

Publicités

La slow cosmétique

8 Avr

Mettre la pédale douce sur l’usage quasi-systématique de produits cosmétiques aussi chers qu’inefficaces, nécessité ou effet de mode ? Sans aucun doute une nécessité réelle que nombre de détracteurs s’attachent à transformer en phénomène éphémère.

Armée d’une motivation sans faille, j’ai décidé de sauter le pas… ou plutôt le fossé ! (dans un premier temps avec l’argile dont je vous parlais le mois dernier, ici). Car avant de me convertir à la slow cosmétique, mes deux pieds étaient solidement enracinés dans le monde dangereusement toxique des composants chimiques ! Je vous vois devenir vertes face à ce raz-de-marée qui remet en cause votre rituel beauté… Pas de panique. Commençons par le B.A BA. La slow cosmétique, quèsaco ?

La paternité de ce mouvement militant revient à Julien Kaibeck, curieux et amoureux de la beauté et des cosmétiques naturels. Son dada ? L’aromathérapie dont il prêche la bonne parole en France et en Belgique.

Dans les grandes lignes, la slow cosmétique consiste à prendre soin de soi en respectant 3 commandements :

  • Connaitre sa peau
  • Faire appel à son bon sens
  • Répondre à une certaine éthique

En d’autres termes, si vous décidez de vous aventurer sur cette terre inconnue, vous devez être capables de décrypter votre peau via une bonne connaissance de son fonctionnement et l’identification de ses besoins. Pourquoi ? Car une lecture correcte de sa peau est l’assurance de la chouchouter comme il se doit, et de la rendre réceptive aux soins sur-mesure que vous lui apporterez.

Votre jugeote sera une alliée incontournable. Elle vous permettra d’apporter à votre peau ce qu’elle réclame RÉELLEMENT, tout en développant un œil critique sur la panoplie de produits lancée par les marques de cosmétique. La slow cosmétique encourage une cosmétique plus raisonnable et moins trompeuse, car derrière les promesses surdimensionnées de certains produits se cachent des actifs obscures et agressifs. Il s’agit donc de ne pas basculer du côté obscure de la force grâce à votre capacité à décrypter les étiquettes, et à juger des effets néfastes de certains composants.

Gardez en tête que les produits de beauté doivent répondre aux besoins sans en créer de nouveaux. De prime abord, une subtilité évidente mais pourtant si souvent exclue de nombreux raisonnements. La dimension éthique de la slow cométique est également primordiale. Il s’agit d’intégrer dans sa routine beauté des produits de beauté qui s’inscrivent dans le respect de la Nature et de l’Homme.

Une vision sur toile de fond verte-écolo qui laisse sur le carreau tous les ingrédients potentiellement polluants mais également ceux issus de la chimie de synthèse et de la pétrochimie. HOURRA ! Il faut dire qu’avec le recul, étaler des dérivés de pétrole sur notre bouille a quelque chose d’incongru et d’effrayant, non ? 🙂

Halte aux idées reçues ! Adopter la slow cosmétique ne nécessite pas de carte Gold, de patrimoine financier astronomique ou d’héritage familial ! De nombreux sites tels que Aroma Zone proposent un large éventail de produits incroyablement peu chers.

Dans mes prochains billets, je vous révèle toutes mes astuces pour devenir une As de la slow cosmétique et comment déchiffrer les messages codés que vous envoie votre peau. Stay tuned !

En attendant, jetez un œil ici pour devenir incollable sur le sujet.

Peace and Rock’n Lo(u)ve

Cécile

%d blogueurs aiment cette page :