Tag Archives: écriture

Juste une page

30 Mai

Les journées rallongent. En sortant de mon studio d’entraînement, il faisait encore soleil. Avec cette belle luminosité, je ne me résignais pas à rentrer à la maison pour me doucher et me mettre en pyjama. Je voulais profiter des quelques rayons et de l’air vivifiant. Je me suis rendue à la marina, près du studio où je sue trois fois par semaine.

Des garçons faisaient des tours de BMX dans le stationnement, un couple de touristes prenait les bateaux en photo. Je me suis assise sur un banc au bout du quai et j’ai regardé l’horizon.  Je me sentais étrangement zen. Comme si j’étais un peu décalée.

Et puis, sorti de nulle part, cette question m’est venue en tête : «Si tout devait s’arrêter demain, que regretterais-tu de ne pas avoir fait?».

Ayoye. Moi qui voulais juste prendre de grandes bouffées d’air avant d’aller rejoindre ma chatte Rita pour une fin de soirée sous les couvertures. Visiblement, l’ambiance était aux réflexions profondes.

Si aujourd’hui était ma dernière journée, est-ce que je regretterais quelque chose? Je ne regretterais absolument rien de ce que j’ai fait. Sauf peut-être d’avoir brisé le coeur au même garçon deux fois. J’étais au secondaire, je ne savais pas ce que je voulais…

Mais y avait-il une chose que je souhaitais faire et que je n’avais pas encore osé faire? Oui. Vous aussi probablement.

For-the-love-of-books-

Photo provenant du site Flickr.

D’aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours souhaité écrire un livre. De quel type et pour quel public? Aucune idée. Mais écrire une histoire qui pourrait intéresser les gens, ça a toujours été un rêve. Or, n’écrit pas qui veut. Il faut de la détermination pour se rendre au bout du projet. Et il faut aussi avoir une histoire à partager. Le projet dormait depuis bien longtemps dans un recoin de ma tête. Le rêve persistait, mais il restait au stade de rêve.

Sauf que depuis mon retour du Bélize, une histoire me trottait en tête. Un petit bout d’histoire qui me hantait doucement mais avec lequel je ne faisais rien. Peut-être que j’avais la frousse de m’asseoir devant mon ordinateur et de commencer quelque chose d’un peu effrayant. Parce qu’écrire, pour moi, c’est un peu comme se mettre à nu. Et la nudité et moi, on s’apprivoise tranquillement.

Lors de cette soirée ensoleillée, assise face à la rivière, j’ai réalisé que je ne voulais pas regretter de ne pas avoir au moins essayé d’écrire. Je ne voulais plus courir le risque que tout s’arrête demain sans avoir fait une tentative de création littéraire. Alors je suis rentrée à la maison, j’ai ouvert mon ordinateur et j’ai commencé à aligner des mots. Sans me juger, sans me mettre de  pression. Je me suis lancée le défi d’écrire une page, une seule. Et puis d’écrire une seconde page le lendemain et une troisième le surlendemain. D’écrire une page par jour et de voir ce qui allait se passer. Que cette expérience se termine en livre ou pas, ce n’était pas important.

Depuis cette première page écrite dans un état d’urgence et de grande libération, j’en ai noircit une dizaine d’autres. Ce soir-là, je ne suis pas devenue écrivaine. Mais je suis devenue la femme qui ose faire un pas vers la concrétisation d’un rêve de fillette. Pour que, si demain tout s’arrête, je puisse dire que j’aurai au moins essayé. Et que je n’ai pas de regret.

Andrée-Anne Brunet

Publicités

La peur de n’avoir plus rien à écrire

23 Mar

J’ai beaucoup d’idées et ça fait quelques jours que je tente de trouver la bonne. On dirait que je n’y arrive pas. Je ne trouve pas l’angle qui me convient pour vous raconter une histoire. Bonne ou pas. Pourtant, je vais très bien et l’arrivée du printemps et de ses bienfaits m’enchante.

DSC_2951

Bye l’hiver

Hier, j’ai réalisé que je Rockalouve depuis maintenant deux ans. Je vous ai parlé de mes peurs, de mon amour pour le camping, de mon boulot, de mes amis, de mes envies. Je vous ai fait part de mes trucs pour voyager, de ce qui faisait que j’avais envie de me réveiller et de l’amour que j’éprouvais pour mon gym. Est-ce que je vous ai tout dit ? Est-ce que nous devons tout dire ? Depuis les derniers mois, j’ai cette impression qu’on raconte tout, sans gêne. Je suis la première à tout lire, à vouloir tout savoir. Je pense que ça me fait du bien, mais trop, c’est comme pas assez.

IMG_4284

Je vous ai aussi parlé de l’hiver!

Quand Souzie m’a écrit pour m’offrir de rédiger dans son blogue afin de jaser bien-être, j’étais vraiment fière et particulièrement en forme. Je me préparais pour mon deuxième demi-marathon et je mangeais  beaucoup de vert. Je ne me doutais pas que deux ans plus tard, je serais encore derrière mon écran à vous écrire mes états d’âme. Je suis encore plus fière.  Bien que parfois, j’ai peur de ne plus avoir de bons sujets, je sais que je ne vous ai pas tout dit. Je cherche seulement la meilleure façon de l’aborder.

Ces derniers mois, j’ai fait un défi de méditation, j’ai vu une psychologue sur une base régulière, j’ai écouté une émission de télé-réalité mettant en vedette des agriculteurs et j’apprivoise la vie en tant que belle-maman. Rassurez-vous, il y a encore de la chair autour de l’os pour les prochaines semaines. Ah oui, je planifie un séjour de pêche pour le début de l’été. Je risque de vous revenir avec quelques anecdotes.

Mais avant, j’avais envie de faire le point, sur ce que j’avais fait et sur ce que j’ai envie de faire. Je voulais me remettre en question, m’assurer que je suis à la place où j’ai envie d’être. Tsé, en d’autres mots, que j’aime ce que je fais.

Cette semaine, j’ai lu dans LaPresse+ que « des études menées au cours des 30 dernières années ont montré les bénéfices pour la santé de la thérapie par l’écriture, qui permettait notamment de réduire les visites chez le médecin associées au stress ».

IMG_4321

Un doux matin à l’Auberge des Glacis. Parfait pour rédiger.

De toute évidence, je vais me forcer à trouver quelque chose à dire. Il paraît que ça fait du bien. 😉

Enfin, merci pour ce temps que vous prenez à me lire. Vos commentaires me touchent.

Je suis loin d’être une obligation!

À bientôt xx

Sarah 

%d blogueurs aiment cette page :