Tag Archives: catherine

25 festivals aux États-Unis et en Ontario pour célébrer le printemps et l’été

20 Avr

Amateurs de musique et de voyage, quoi de mieux qu’un roadtrip vers un festival d’envergure? Afin de vous inspirer et vous faire danser tout le printemps et l’été, voici une liste de 25 festivals musicaux qui se déroulent sur la côte Est, de Toronto à Miami en passant par Atlanta.

Deux suggestions pour oublier les tempêtes de neige de MARS (on le sait, mars est passé, mais L’AN PROCHAIN!)

  1. Ultra à Miami. Les amoureux de musique électronique se donnent rendez-vous à ce festival en fin mars qui accueille les DJs les plus reconnus. En 2018, il s’agira de leur 20e édition. La marque événementielle Ultra existe depuis 1999 où elle a organisé sont premier festival à Miami. Désormais, Ultra connait une grande expansion et organise des événements à travers le monde tel qu’en Argentine, à Ibiza, au Japon et en Afrique du Sud.
  2. Okeechobee en Floride. En début mars se tient ce festival qui porte le nom de la ville où il se déroule. De la musique électronique de Flume, en passant par le rap de Wiz Khalifa, au rock folk du groupe Lumineers, sa programmation est diversifiée. L’évènement se déroule sur le bord d’un lac et offre plusieurs activités telles que des séances de yoga et de médiation.

Quatre destinations musicales pour célébrer le printemps en MAI

  1. SunFest en Floride. Situé à West Palm Beach, ce festival du 3 au 7 mai 2017 présentera une cinquantaine d’artistes pour tous les goûts musicaux sur trois scènes près d’un quai, accompagnées de trois bars flottants et du fameux spectacle de feux d’artifice sur l’eau le dernier soir de l’événement.
  2. Movement à Detroit. Ce festival célèbre la musique électronique du 27 au 29 mai.
  3. Hangout en Alabama. Vous rêvez de jouer au volleyball de plage et d’observer le paysage haut d’une grande roue, tout en étant au cœur d’un festival de musique? Hangout qui se déroule du 19 au 21 mai dans la ville de Gulf Shore transformera ce rêve en réalité!
  4. Shaky Knee à Atlanta. Du 12 au 14 mai se tiendra la 15e édition de ce festival rock qui accueille plus de 60 bands chaque année.

7 festivals pour célébrer l’arrivée de l’été en JUIN

  1. Bonnaroo à Manchester. Un des plus grands festivals de musique aux États-Unis au côté de Coachella, ce festival d’art et de musique du 8 au 11 juin offre la possibilité de camper sur place et présentera sur 10 scènes plus de 130 artistes tels que U2, The Week-end, Red Hot Chili Peppers, Cage the elephant et Major Lazer. Vous pourrez apprécier la disco silencieuse, du cinéma et des activités comme le yoga et la course de cinq kilomètres.
  2. Mysteryland dans l’État de New York : Ce festival de musique électronique se déroule dans la petite localité de Berthel dans l’État de New York à 6 h de Montréal. Bethel Woods Center of Arts est l’endroit où le fameux Woodstock en août 1969 s’est déroulé accueillant un demi-million de spectateurs avec de grands noms tels que The Who, Janis Joplin et Jimi Hendrix. Eh oui! Vous pourriez mettre le pied à l’endroit même d’un des plus grands moments de l’histoire de la musique populaire.
  3. Escapade à Ottawa. Le 24 et 25 juin prochain, Tiesto, Oliver Heldens, Zeds Dead, Steve Aoki et d’autres DJs seront réunis dans la capitale pour vous faire vibrer au son de l’électro.
  4. Firefly à Detroit. Du 15 au 18 juin, plus de 140 artistes comme The Weekend, Twenty One Pilots, Chance the Rapper, Weezer et Galantis performeront sur neuf scènes. La meilleure façon de profiter de ce festival est de camper sur place et de participer aux activités comme les compétitions sportives et les séances de yoga avec plus de 70 000 autres mélomanes. N’oubliez pas de déguster la bière exclusive au festival, «Firefly Ale», servie par une brasserie artisanale ou encore de siroter un café en écoutant une pièce de théâtre au Coffee House.
  5. MMVA à Toronto. Ce n’est pas un festival, mais plutôt des récompenses, les MuchMusic Video Awards, présentées annuellement sur la chaîne de télévision canadienne anglophone MuchMusic depuis 1990 pour honorer les meilleurs vidéoclips de l’année. Vers la fin juin (l’an dernier c’était le 19 juin), quelques scènes sont installées dans les rues de Toronto le temps d’une soirée. Si vous aimez les artistes populaires, c’est l’occasion parfaite d’errer dans la ville afin d’assister gratuitement à l’enregistrement des scènes extérieures.
  6. Governers ball à New York City. Du 2 au 4 juin, la Grosse Pomme accueille plus de 60 artistes de tous genres sur 4 scènes. Reconnus pour la qualité de la nourriture sur place et ses activités comme le mini-golf, la disco silencieuse et ses artistes de rues, c’est impossible de s’ennuyer!
  7. Electric Forest à Rothbury. Durant deux week-ends soit du 22 au 25 juin et du 29 juin au 2 juillet vous pourrez apprécier ce festival de musique électronique et ses installations artistiques éclairées qui transforment la forêt en un lieu enchanté au cœur du Michigan.

Source photo : Abcey

6 raisons pour danser sous le soleil de JUILLET

  1. NXNE à Toronto. Pour les amateurs d’indie, de hip-hop et de soul, ce festival du 16 au 25 juillet saura vous plaire.
  2. Digital Dream à Toronto. Le 7 et le 8 juillet, le port de la plus grande ville du Canada vibrera aux sons de la musique électronique.
  3. Bluesfest à Ottawa. Même si le festival se veut principalement une célébration de la musique blues et roots, je remarque depuis quelques années une programmation diversifiée avec des artistes pop, rock, country et électro. N’hésitez pas à jeter un coup d’œil, car peut-être que votre artiste favori y figure.
  4. Summerfest à Milwauki. Près du lac Michigan, ce festival dit « the world’s largest music festival» se déroule sur 11 jours et 11 scènes avec plus de 1000 performances du 28 juin au 9 juillet.  Cette année, il célèbre son 50e anniversaire, ça promet!
  5. Panorama à New York City. Dans le Randall’s Island Park, du 28 au 30 juillet se retrouveront Frank Ocean, Solange, MO, Alt-J, Nine Inch Nails et bien d’autres à l’occasion de ce festival. Une particularité à visiter absolument est l’installation, «The Lab», un dôme qui présente une collection d’arts interactifs, technologiques et innovateurs créés par des artistes new-yorkais.
  6. Wayhome à Oro-Medonte. Du 28 au 30 juillet plusieurs artistes variés comme Imagine Dragons, Frank Oceasn, Vance Roy, Solange, Marshmellow et Tegan & Sara sont réunis lors de ce festival en Ontario.

2 occasions de lâcher son fou en AOÛT

  1. Veld à Toronto. Le 5 et 6 juillet, plus de 30 DJs reconnus internationalement vous feront danser lors de ce festival de musique électronique.
  2. Lollapalooza à Chicago. Ce festival de musique rock, punk, métal, pop, hip-hop et électro itinérant depuis 1991 se déroule au Grant Park du 3 au 6 août. À noter que Lollapalooza a pris de l’expansion et offre également une programmation en Amérique du Sud et plus récemment à Paris. Un fait intéressant est qu’il s’adresse à toute la famille avec sa zone Kidzapalooza.

Apprécier la fin de l’été en 4 temps en SEPTEMBRE

  1. Electric Zoo à New York City. Célébrer de la musique électronique du 1er au 3 septembre dans une atmosphère où la scène principale est en forme de cobra et où des sculptures d’animaux exotiques sont visibles un peu partout sur le site.
  2. North Coast Music Festival à Chicago. Ce festival célèbre la musique émergente électro du 1er au 3 septembre avec 3 scènes et 2 discos silencieuses.
  3. Made in America à Philadelphie. Le 2 et 3 septembre, plusieurs artistes de tous genres vous feront vibrer.
  4. Turf à Toronto. Ce festival «urban roots» se déroule à la mi-septembre.

En espérant vous avoir inspiré à faire des roadtrips à destination de festivals au cours des prochains mois, n’hésitez pas à me partager vos festivals favoris!

Catherine xxx

Découvrir de nouveaux artistes: mes secrets dévoilés !

16 Déc

J’ai un besoin vital de dénicher de nouveaux talents et je suis plus qu’heureuse lorsque des artistes comme Lana Del Ray ou X Ambassadors parviennent à se frayer un chemin dans l’industrie quelques années après que j’aie apprécié pour la première fois leur musique. Parfois on me demande comment je fais pour découvrir des artistes musicaux bien avant qu’ils gagnent en popularité et qu’ils deviennent l’intérêt du grand public.

Non, je n’ai pas une connexion neurologique avec tous les grands manitous de l’industrie de la musique (bien que j’aimerais!). Voici donc quelques-unes de mes façons pour découvrir de nouveaux talents avant qu’ils ne jouent en boucle dans tous les diffuseurs.

 

  1. Espionnez les réseaux sociaux de vos artistes favoris

Vos idoles ont eux-aussi des idoles et des artistes favoris. L’industrie de la musique est un petit monde qui rassemble les plus grands noms et les artistes émergents. Espionnez les comptes sur les réseaux sociaux de vos artistes favoris ou lisez les entrevues qu’ils accordent où souvent leurs inspirations ou leurs coups de cœur du moment leur sont demandés. Parmi leur playlist vous pourrez faire de belles découvertes musicales! C’est d’ailleurs une mention sur le compte Twitter de Taylor Swift qui m’a permis de connaître James Bay.

  1. Consulter les sites web de maisons de disques

Il est plutôt rare d’avoir le réflexe de naviguer sur les sites web de maisons de disques québécoises ou internationales, mais ça vaut le coup! Ils ont tous une section qui liste les artistes qu’elles produisent, diffusent ou représentent dans laquelle on peut piger de belles trouvailles musicales! C’est ainsi que j’ai découvert Rita Ora qui fut signée par Roc Nation, une maison de production fondée par Jay-Z. Commencez par les maisons de disques associées à vos artistes favoris et ensuite osez découvrir une maison de disques inconnue et les talents qu’elle représente.

  1. Être attentif aux bandes sonores de films, de séries télé ou même de publicités

Rares sont ceux qui demeurent attentifs lors du générique d’un film. Eh bien, moi j’attends impatiemment le moment où les chansons utilisées lors de la projection sont décrites! Particulièrement dans les émissions ou les films moins commerciaux, la musique qui habille les scènes est souvent jouée par des artistes relativement peu connus. De cette façon, il y a quelques années, j’ai découvert l’auteur-compositrice-interprète Gemma Hayes choisie pour la chanson d’ouverture du film (un peu quétaine!) Flicka.

  1. Faire le plein d’artistes lors de galas musicaux

Moment phare où plusieurs grands noms sont réunis, accompagnés des artisans de l’industrie de la musique et… d’artistes émergents! Surprenez-vous à écouter un gala qui porte sur un style musical qui vous est moins familier. Par exemple, vous connaissez peu le country? Les CMA Awards initiés par la Country Music Association vous mettront à jour sur l’industrie de la musique country et les favoris de l’année. Je vous invite à consulter mon article  » La saison des galas musicaux s’annonce » qui vous liste les galas les plus populaires à noter à vos agendas.

  1. Arriver en avance à votre prochain spectacle

Nous vivons dans un monde de dernière minute, courant toujours pour arriver à notre prochain rendez-vous. Lorsque vient le temps d’assister à un spectacle souvent les spectateurs arrivent à la dernière minute pour la prestation de l’artiste principal. Ils sont peu intéressés par la ou les premières parties, car ils n’ont que des yeux pour leur artiste favori. Pourtant il m’est arrivé d’apprécier davantage une première partie que le spectacle principal! Par exemple, si vous êtes de ceux qui ont récemment acheté leur billet pour assister au spectacle de Maroon 5 à Montréal en septembre prochain, je vous invite découvrir (si ce n’est pas déjà fait) la pétillante Tove Lo qui sera leur première partie.

  1. Connaître par cœur la programmation des festivals

Les festivals d’ici ou d’ailleurs sont une occasion en or de faire des découvertes musicales, en plus d’apprécier les prestations d’artistes que vous chérissez déjà. J’ai un amour particulier pour les festivals Osheaga et Coachella. La saison des festivals est terminée? Consultez les sites web pour relever des trouvailles musicales au sein des éditions passées. N’oubliez pas certains concours musicaux qui prennent la forme de festival. Je pense notamment au festival de la Chanson de Granby qui a révélé plus d’un talent de la francophonie!

  1. Se perdre dans YouTube et ses recommandations

Lorsque vous consulter un vidéoclip, YouTube vous suggère dans la colonne de droite des recommandations d’autres vidéos associés au contenu que vous visionnez, je vous invite à cliquer sur les vidéoclips OFFICIELS d’artistes qui vous sont complètement inconnus. Ainsi, de vidéoclip en vidéoclip, d’artiste en artiste, vous tomberez assurément sur une découverte. Comme ce fut le cas en 2005 où j’ai découvert une certaine Katy Perry avec un style nettement plus rock qu’aujourd’hui ou en 2011 où j’ai découvert une certaine Iggy Azalia qui avait encore peine à se faire connaître. Attention toutefois de consulter seulement le matériel officiel afin de ne pas vous perdre dans tous les autres contenus douteux sur YouTube. Bref, flânez intelligemment!

  1. Se laisser bercer par une application qui vous propose des playlists

Mon coup de cœur actuel est l’application Songza qui vous permet d’écouter la musique de divers styles gratuitement selon votre attitude ou votre activité du moment. Mais il y a aussi, Soundcloub, Spotify, Deezer, Rdio, Live365, pour ne nommer que ceux-là. Laissez-vous bercer par la playlist de ces applications ou l’accès à des chaines radios jusqu’ici inconnues qu’elles permettent. Et lorsqu’une chanson vous plait particulièrement, notez de quel artiste il s’agit pour ensuite faire une petite recherche sur ce dernier.

  1. Avoir l’air un peu fou en pointant son cellulaire un peu partout

Shazam est une application gratuite qui vous renseigne sur la musique autour de vous en mentionnant l’artiste et le titre à l’origine de la chanson. Bien que cet outil ait ses failles, il est surprenamment efficace. Soyez celle ou celui qui pointe constamment son cellulaire dans les airs pour connaitre qui est la source de la musique ambiante que ce soit dans un restaurant, une boutique branchée ou une salle d’attente. C’est ainsi que j’ai entendu pour la première fois les Hay Babies. Vous aurez peut-être l’air étrange, mais vous ferez des trouvailles musicales qui impressionneront vos amis à coup sûr!

Vous détenez désormais mes trucs (jusqu’ici conservés bien secrets!) pour découvrir la prochaine vedette musicale et devenir un fin connaisseur qui vous mènera peut-être à alimenter un blogue sur la musique vous aussi! 😉

Cath xxx

La playlist qu’il vous faut pour traverser la mélancolie de fin d’été !

4 Sep

Déjà la rentrée se pointe! J’ai l’impression que l’été a passé en un claquement de doigts… OK, je l’avoue, je suis un peu mélancolique à l’idée que l’été tire à sa fin. Je me remémore, avec un mélange de tristesse et de joie, les bons moments passés en vacances sur le bord de l’eau ou encore lors des festivals endiablés. Je suis convaincue de ne pas être la seule à vivre cette mélancolie estivale en cette période où l’on retrouve la routine et où l’on doit ranger nos jolies sandales.

sunset

Crédit photo : wallspick.com

Afin de traverser ensemble cette mélancolie passagère, je vous propose la liste de 8 groupes qui forment ma playlist affectueusement nommée « J’ai envie de pleurer car l’été tire à sa fin, mais maudit que les derniers mois furent plaisants! » qui mélange joie et tristesse dans une ambiance atmosphérique. À écouter paisiblement, un breuvage à la main, en rêvassant à l’été passé et à celui à venir!

  1. FM HI LOW : Ce groupe montréalais propose un enveloppant mélange de rock, d’électro et de reggae. L’ensemble de leur EP « Everyone » composé de 6 chansons amène à rêvasser et nous transporte ailleurs l’espace d’un moment.
  2. The Neighbourhood ou The NBHD : Connu du grand public grâce à la chanson « Sweater weather », ce groupe californien propose un rock alternatif planant. Un de mes favoris !
  3. Sunrise and Good People : Originaire de chez nous, le groupe se qualifie d’électronique-tribal-rock cherchant à s’éloigner des clichés. En effet, leur musique est recherchée et mélange diverses influences.
  4. Night Terrors of 1927 : L’indie pop que nous présente ces musiciens de Californie serait parfaite pour une bande-annonce de film. Ils n’hésitent pas à utiliser souvent des chœurs, afin de donner un petit quelque chose de grandiose à leur son.
  5. Groenland : Cette formation pop-indie-orchestrale montréalaise a lancé son premier album « The Chase » en avril 2013 et, depuis, elle a reçu plusieurs mentions telles que le Single of the week sur iTunes et la nomination pour Album de l’année -Anglophone à L’Autre Gala de l’ADISQ.
  6. Little Daylight : Originaire de New York, ce groupe nous offre une musique alternative pop avec parfois des touches de rock. Tiré de leur premier album « Hello Memory », le single « Overdose » a connu un franc succès.
  7. Equinox : Cette formation montréalaise a réussi son objectif d’avoir un son unique à la fois pop, vintage et moderne. C’est grâce à l’émission télévisuelle « OuiSurf en Asie » où le groupe figure abondamment sur la bande-sonore qu’il a pu grandement augmenter sa popularité.
  8. Pif Paf Hangover : J’ai une fixation sur la chanson « whatever works » de cette formation montréalaise au style pop-rock-électro coloré qui connaitra une année 2015 chargée, car ils sont occupés à créer un second album et à collaborer avec Toast Dawg et Artist Of The Year pour faire une version revisitée (remix) de leur premier album lancé au printemps 2014.

Et vous, quels sont vos remèdes pour soigner la mélancolie passagère de la fin d’été?

Cath xxx

Je suis en amour avec James Bay

31 Mar
James Bay

Crédit photo : jamesbay.com

J’ai eu envie de vous faire découvrir mon kick du moment : James Bay.

Il a remporté le Critic’s Choice Award lors des derniers BRITs Awards succédant à Sam Smith, Florence + the machine, Ellie Goulding et Adele qui a avait tous remporté ce prix en début de carrière.

Originaire d’Angleterre, James Bay devient obsédé par la guitare à 11 ans et il a le déclic : il veut écrire des chansons. À 15 ans, après avoir joué de façon intensive, il commence à composer. Son style musical montre bien l’influence de la musique qui berçait son enfance avec une mère qui dansait sur Motown et Michael Jackson et un père qui écoutait les Rolling Stones et Bruce Springsteen. Plus tard, il est barman à Londres et lors d’une prestation dans un pub quelqu’un a filmé sa prestation qui s’est retrouvée sur Youtube. Puis tout s’est enchainé à la vitesse de l’éclair. Il s’est retrouvé à New York, suivi de tournées en 2013 tout en enregistrant son premier album à Nashville au prestigieux Blackbird studio avec Jacquire King qui a notamment collaboré avec Kings of Leon (voilà pourquoi je sentais une petite touche de Kings of Leon dans l’album de Bay!).

Il a été soutenu par Tom Odell, John Newman, Kodaline et Hozier avec qui il a fait une tournée l’an dernier. Ed Sheeran et Taylor Swift ont avoué être fans de la musique de Jame Bay et il ne sont certainement pas les seuls! Bay a même performé lors d’un défilé de mode de Burberry en 2013, et il a réalisé un rêve en se produisant en première partie du spectacle des Rolling Stone devant 65 000 personnes au Hyde Park à Londres.

Après trois EPs The Dark of the Morning (2013), Let It Go et Hold Back the River (2014), James Bay sort, le 23 mars dernier, l’album Chaos and the calm qui a déjà séduit plusieurs pays d’Europe dont l’Angleterre et l’Irlande. Avec cet album, James Bay se classe parmi les sensations pop-folk britannique de l’heure comme Hozier et George Ezra, en présentant une musique brute et sensible. J’apprécie particulière sa voix à la fois douce et roque qui transporte des textes touchants et très personnels. Chaos and the calm représente bien la dualité des chansons sur l’album : certaines sont mélancoliques nous faisant rêvasser tandis que d’autres plus rock nous font bouger.

La moitié des spectacles de James Bay prévu dans les prochains mois affichent déjà complet, alors faites vite car il sera en passage le 25 avril prochain au Théâtre Corona et il figure dans le programme du festival Osheaga cet été.

  • James Bay a récemment repris le succès de l’heure FourFiveSeconds de Rihanna, Kanye West et Paul McCartney.
  • Vous avez envie de faire votre propre idée sur James Bay? Visionnez les vidéos officiels Hold back the river et Let it go. Et puis, qu’en pensez-vous?

Bye!

Catherine 

Les Hay Babies nous réchauffent les oreilles

24 Fév
Hay_Babies

Crédit image : simonerecords.net

 

 

Avec les grands froids qui courent quoi de mieux que de s’emmailloter dans une vieille couverture, une boisson chaude à la main en écoutant des rythmes aux influences de chez nous.

C’est ce que je vous propose avec la musique des Hay Babies, un trio d’auteures-compositrices-interprètes composé de Julie Aubé au banjo, Katrine Noël au ukulélé et Vivianne Roy à la guitare, toutes originaires du Nouveau-Brunswick. Les trois jeunes femmes nous proposent une musique indie-country-folk à la sauce acadienne. Bien que des comparaisons aient été faites avec la chanteuse Lisa Leblanc ou les Sœurs Boulay, le groupe possède sa propre signature. Preuve que leur style est apprécié, elles ont remporté plusieurs concours dont celui de la Fédération des jeunes francophones du Nouveau-Brunswick, le Prix Édith Butler lors du Gala des mérites de la SPACQ et elles ont gagné la renommée finale des Francouvertes en 2013. Déjà, elles ont présenté leurs chansons en dehors du pays dont en France, en Suisse, en Allemagne et en Belgique.

Après avoir lancé un EP de six chansons intitulé «Folio Z» en 2012, les Hay Babies nous présentent leur premier album «Mon Homesick Heart» en avril 2014. Déjà le titre nous rappelle l’accent franglais typique du Nouveau-Brunswick. L’harmonie avec laquelle leurs trois voix se fondent à merveille m’impressionne. Pour ceux qui aiment les Karkwa, Arthur H., Patrick Watson et Marie-Pierre Arthur de ce monde, vous remarquerez des similitudes dans les sonorités puisque ces artistes se partagent les mêmes collaborateurs qui ont participé à la production de leur album. L’opus «Mon Homesick Heart» respire l’authenticité de trois filles qui nous raconte leurs histoires avec humour, poésie ou profondeur.

Je vous invite donc à vous réchauffer les oreilles avec les Hay Babies près d’un foyer (ou d’un calorifère!) bien au chaud en regardant par la fenêtre le vent froid et en écoutant chanter « Trop frette »

Et vous, quelle musique vous réchauffe l’hiver ?

Catherine xx

La « dirty pop » de Tove Lo

16 Jan
Tove Lo-photo

Crédit photo : tove-lo.com

 

Qui n’a pas entendu la chanson « Habits (Stay high) » ou visionné le vidéoclip de la chanson qui présente la chanteuse Tove Lo et ses amis en train de faire la fête de façon assez intense ?

Sur Youtube, plus de 137 millions de personnes ont vu le clip qui selon Tove Lo « illustre le contraste de la chanson : on fait la fête, on sort pour oublier le reste, mais la descente est parfois violente »(1). Et si vous trouvez qu’elle est une excellente comédienne, détrompez-vous : « Ce n’est pas du cinéma. Pour le clip, on s’est vraiment bourré la gueule avec mes meilleurs amis. J’avais une caméra en permanence face à moi, qui était sur un bras accroché à ma taille. On a filmé pendant trois jours dans différents clubs. Et on était vraiment saouls. On a même dû couper certaines images. J’espère qu’elles ne fuiteront jamais sur le Web ! »(2).

Qui est Tove Lo?

Cette auteure-compositrice-interprète suédoise de 27 ans du vrai nom de Tove Ebba Elsa Nilsson est passionnée par la musique depuis longtemps.« La musique est pour moi une thérapie. Donc j’y mets mon côté obscur. C’est plus facile de le chanter que d’en parler»(2) dit-elle. Celle qui a fait ses débuts à 13 ans en formant son premier groupe rock hard-core nommé Rythmus, a ensuite été auteure notamment pour le duo Icona Pop, Lea Michele (Glee) et Girls Aloud. En 2013, elle lance l’EP « Truth serum » incluant les chansons «Love Ballad » et « Out of your mind » suivi de l’album « Queen of clouds » l’année dernière. Cet album électro-pop est une autopsie de sa réelle dernière histoire d’amour qui s’est malheureusement conclue par une rupture. Un peu comme un journal intime en musique qui présente parfois des passages un peu crus qui, selon Tove Lo, lui permet de connecter avec ses fans. Bref, des textes honnêtes accompagnés de mélodies qu’elle compose d’abord au piano pour ensuite ajouter des instruments acoustiques et électroniques.

2014, l’année de Tove LO

C’est en 2014 que Tove Lo s’est réellement fait connaitre du grand public en Europe et en Amérique du Nord grâce à la chanson très personnelle « Habits (Stay high) » et la chanson « Not on drugs ». «Tout ce qui m’arrive n’était pas prévu»(3), dit Tove Lo. En décembre dernier elle a même eu la chance de chanter sur une scène beaucoup plus grande que celles auxquelles elle est habituée en étant choisie par Katy Perry pour faire ses premières parties du Prismatic tour en Australie et en Nouvelle-Zélande. Vous pouvez également danser sur ses collaborations avec des DJ comme Lucas Nord pour «Run on love» et la populaire chanson « Heroes (We Could Be)» d’Alesso. On peut même entendre une composition de la chanteuse sur la bande sonore originale du dernier film de la série Hunger Games.

2015 risque de réserver encore de belles surprises à Tove Lo !

Cliquez ici pour visionner le dernier vidéoclip pour son récent single « Talking body » que Tove Lo décrit comme «f–k-ups, makeouts, fireworks»(4) et qui a été lancé le 12 janvier dernier.

Catherine 🙂

L’énigmatique Lana Del Rey

6 Déc
Lana Del Ray

Image crédit

Lana Del Rey me fascine.

Elle est un peu comme mon plaisir coupable car, d’une part, elle a des airs de poupée pop où l’on questionne son authenticité et, d’autre part, elle démontre son talent et sa voix hors du commun dans les chansons qu’elle écrit et interprète.

Synonyme de contraste

Elle se décrit comme une « Gangsta Nancy Sinatra ». Elle semble souvent tout droit sortir d’un film avec une robe inspirée des années 50, les yeux tracés d’un long trait noir avec un air de femme fatale nonchalante. Mais cette allure s’accompagne de tatouages « Trust no one » sur la main droite et « Paradise » sur la main gauche. Ajoutons le fait qu’elle s’entoure d’hommes soit très tatoués, soit beaucoup plus vieux qu’elle ou de purs motards qui démontre son côté rebelle. Elle écoute Elvis Presley mais apprécie également le rap de Azealia Banks (mélange de M.I.A et Nicki Minaj). Ce mélange d’ancien et de moderne, de classique, de hip-hop et de rock se fait sentir dans ses chansons. Sa grande étendue vocale imprègne ses chansons qui semblent toutes tirées d’une bande sonore de film.

Ses paroles abordent parfois des sujets sombres comme le danger et la mort et parfois des sujets plus clichés comme le sexe ou l’argent. Ses chansons sont empreintes à la fois de métaphore et de poésie : «Walked into the room you know you made my eyes burn (…) Money is the anthem of success » et peuvent quelquefois être vulgaires :  «In the Land of Gods and Monsters I was an angel looking to get fucked hard». Le leitmotiv de Lana Del Rey alias Lizzy Grant : « Live fast. Die young. Be wild. And have fun. »

Sur scène

Lana semble étrangement introvertie, presque inconfortable. Devant un Centre Bell presque complet en mai dernier, je fus surprise de constater son manque de présence sur scène. Malgré qu’elle écrit ses chansons elle-même, elle ne semble pas les vivre, comme si sa tête était ailleurs…

En vidéo

Lana Del Ray s’implique énormément dans ses vidéoclips pour lesquelles elle est la réalisatrice. Elle a même produit un court-métrage « Tropico » en 2013 qui la met en scène dans le rôle d’une stripteaseuse au visage tatouée entourée de gangsters latinos. Certains ont critiqué ce film de renforcer les stéréotypes, mais Lana a répondu qu’il s’agit d’une version d’elle-même…Elle se voit comme une danseuse nue dans le sud des États-Unis? Pourtant elle a grandi à New York…Avec Lana Del Rey, il ne faut pas chercher à comprendre, il faut simplement se laisser porter par son art… La controversée chanteuse se décrit comme « an unusual girl, my mother told me that I had a chameleon soul. No moral compass pointing me due north, no fixed personality. Just an inner indecisiviness that was as wide as wavering as the ocean. And if I said that I didn’t plan for it to turn out this way I’d be lying- because I was born to be the other woman. »

Elle reste encore incomprise surtout quand elle mentionne « I wish I was dead already » ou « Feminism is just not an interesting concept. »

Bref, je continue d’aimer Lana Del Rey pour son côté non conventionnel et pour sa créativité malgré ses vidéoclips provocateurs! Je suis curieuse de voir où sa carrière la mènera, mais je crois bien que l’on n’a pas fini d’entendre parler d’elle!

Elle sera au Centre Bell le 4 juin prochain. Serez-vous au rendez-vous?

%d blogueurs aiment cette page :