Tag Archives: Arts

Le temps de 3 expositions à Boston

10 Juin

Une petite virée improvisée à Boston. Pourquoi pas? Après tout, à partir de Québec, ce n’est que 6h30. Pas la mer à boire pour aller visiter une magnifique ville, aux habitants charmants, enthousiastes et dévoués. Une marina à faire rêver, un marché ensoleillé, des parcs somptueux, mais surtout… un musée à envier!

Le musée des beaux-arts de Boston est non seulement impressionnant par son immensité, sa prestance, mais aussi par ses nombreuses collections. J’ai pu déambuler un peu dans ses aires vitrés, où même par beau temps, il est bon de s’y promener. Son personnel courtois s’empresse de nous diriger dans ce lieu épuré à l’architecture sobre à l’extérieur, lumineuse à l’intérieur.

mfa

Intérieur MFA.

 

Puisque mon temps était compté, j’ai décidé de m’attarder principalement aux éditions spéciales, ou autrement dit aux expositions temporaires. Comment manquer De Vinci et ses quelques esquisses? Il a marqué le temps et continue de nous frapper par son ingéniosité. Portraits, croquis d’inventions, dessins d’insectes et d’animaux, le détail de leurs mouvements, cahiers de notes… Une écriture fine, un tracé délicat qui a su être connu internationalement. La salle d’exposition m’a semblé quelque peu petite, peut-être est-ce parce que j’en aurais souhaité davantage! Sûrement pour cette raison que le titre choisi est Leonardo da Vinci and the idea of beauty. Une idée seulement de son grand talent, de tout ce qu’il a pu accomplir. De l’intelligence humaine en soi. Jusqu’au 14 juin.

mfa2

Détail des dessins de Da Vinci

Et puis, l’expo Hokusai, premier japonais reconnu internationalement. Gravures sur bois, illustrations, peintures sont au rendez-vous, collection rare dont les couleurs ont gardé toute l’intensité, la vibrance. Travail fragile et étonnant disposé en trois salles peintes aux teintes des œuvres. Le style illustratif encore d’actualité nous impressionne, d’autant plus que les pièces datent des années 1700-1800. Un calme en ressort, la pureté de la nature. Quelques histoires traversent les images, récits dont on ne connaît même pas les grandes lignes mais qui semblent plus qu’intéressantes. D’une poésie latente.

 

mfa5

About the wave off Kanagawa, Hoskusai, 1830-1831

mfa3

 

En dernier, passage à In the Wake, exposition de photographes japonais qui recomposent le tremblement de terre du 11 mars 2011, où ils étaient présents. Plusieurs régions submergées par le tsunami crée ce jour-là, lesquelles donnent des images bouleversantes, qu’aucun mot ne saurait décrire. À l’entrée, plusieurs petites photos couvrent le mur droit, photos retrouvées dans les décombres de la tragédie, dont on perd certaines parties. Vers le fond de la salle, je me souviens de m’être retournée vers le mur où était projeté une vidéo; des plans aériens de l’énorme vague qui déferle vers les champs, les routes et les habitations, entrainant avec elle des tonnes de débris, parfois même en feu. Le chaos à son état pur. Hypnotisant et inconcevable. Rien de cette exposition ne nous laisse insensible, les grands formats ont été méticuleusement choisis pour nous faire passer par une gamme d’émotions : incompréhension, tristesse, désarroi…

mfa4

Plusieurs photos retrouvées dans les décombres, photographes inconnus.

 

Boston est à deux pas. Ok, 6 heures et quelques poussières, plutôt. Destination parfaite pour prendre la poudre d’escampette et se rincer les yeux devant un tableau ou deux.

NADIA

Corpus : entre amour et guerre

20 Nov

Ces derniers temps, je ne sais pas pour vous, mais on dirait que tout me ramène aux guerres mondiales… La semaine dernière, je suis tombée quelques fois sur une émission spéciale à la Première chaîne de Radio-Canada à propos de la Première Guerre mondiale (qui a débuté il y a 100 ans cette année, pour les nuls en histoire). J’ai assisté à la première de la pièce de théâtre Corpus, qui se passe en partie pendant le Seconde Guerre mondiale. J’ai aussi vu le film Fury, qui raconte l’histoire de 5 soldats de l’armée américaine qui traversent l’Allemagne nazie à bord d’un tank baptisé Fury. Bref, en une semaine, je pense que j’ai vraiment compris pourquoi novembre est le mois des morts… (Je déconne!) Mais bon, puisque ces périodes de l’Histoire exercent une certaine fascination sur moi, je n’ai aucune peine à me plonger dans des récits du genre!

Corpus_flyer

D’ailleurs, parlant de récit, je suis ici pour vous parler de la pièce Corpus. Cette pièce de théâtre anglophone se déroule dans deux espaces-temps différents : pendant la Seconde Guerre mondiale à Auschwitz, et de nos jours au Canada. C’est l’histoire d’une historienne carriériste qui écrit sa thèse à l’aide d’Internet à propos des nazis. Elle tombe un jour sur ce qu’elle pense être une histoire d’amour inédite entre la femme d’un officier nazi et un prisonnier juif polonais. Elle-même tombe amoureuse via Internet du pirate informatique qui l’a mise sur cette piste… Bref, dans cette pièce, on navigue entre haine, honte, carriérisme, admiration et amour.

Corpus_1

Crédit : Mateo H Casis

Corpus_2

Crédit : Mateo H Casis

Ce qui est intéressant dans cette pièce, c’est l’angle parfois historique, parfois simplement humain. Les acteurs jouent avec leur tripes et savent bien rendre les émotions de désespoir, de colère, d’excitation ou même de malaise. J’admire l’écrivaine Darrah Teitel, qui a écrit cette pièce il y a 10 ans, alors qu’elle était étudiante à l’École nationale de théâtre!

Corpus_3

Crédit : Mateo H Casis

Bref, il fait froid et c’est gris dehors, pourquoi ne pas en profiter pour aller au théâtre et ainsi encourager une compagnie montréalaise? 🙂

Marie-Soleil


Corpus est une production du Teesri Duniya Theatre, compagnie montréalaise vouée à créer et à présenter des œuvres marquantes, pertinentes sur les plans social et politique, et ce, à partir des expériences de différentes communautés.


LIEU
MAI
(Montréal, arts interculturels)
3680, rue Jeanne-Mance, bureau 103
Montréal (Québec) Canada H2X 2K5

QUAND? Jusqu’au 30 novembre 2014

CLIQUEZ ICI pour des billets


 

%d blogueurs aiment cette page :