Tag Archives: amis

Parcourir, découvrir

12 Mar

À une époque qui me semble désormais lointaine, j’adorais découvrir les petits endroits mal connus de mon beau quartier de Québec. Vous savez, ce petit resto mal connu entre deux immeubles où l’on découvre une merveilleuse soupe, ou le petit bar de quartier qui vous fait découvrir ce drink au nom douteux, mais oh combien délectable?

Cette vie de quartier urbain appartient à une autre époque, j’ai cependant encore cette envie de découverte, mais surtout de petits endroits porteurs de l’histoire de ceux qui les ont créés ou de ceux qui les fréquentent. C’est donc avec un grand plaisir que j’ai pris part à un parcours épicurien, une « soirée festive de découvertes locales et gourmandes ». Lire la suite

Publicités

Réflexion sur l’amitié : Je n’ai pas beaucoup d’amis…

24 Mar

Je crois que je suis sauvage. Je n’ai pas beaucoup d’amis. Je suis plus solitaire que solidaire. Je ne vis pas de relation fusionnelle avec d’autres que mon amoureux et ma fille. Je n’ai pas vraiment de gang. Les amis que j’ai se connaissent à peine entre eux, mais les amis que j’ai me connaissent bien. Les amis que j’ai ne me mettent pas de pression.  Les amis que j’ai ne m’en veulent pas si je disparais quelques temps. 

 

Je ne suis pas l’amie type. L’amie avec qui tu parles au téléphone pendant des heures. L’amie que tu ne déranges jamais. L’amie que tu as depuis la maternelle. Des fois, je ne te donne pas de nouvelle pendant un bout. Des fois, je n’ai pas envie d’écouter tes problèmes, j’ai assez des miens. Des fois, je n’ai pas de conseil à te  donner, je ne trouve pas les mots. Malgré tout ça, je suis là. Je ne m’attends pas à plus de toi. Je ne suis pas exigeante. Tu peux vivre ta vie comme tu l’entends. J’ai construit la mienne à coup de petites briques de relations et d’expériences. J’ai choisi chacune de ces briques pour en faire mes murs. Ma maison est grande, il y aura toujours de la place pour d’autres murs, d’autres briques. Toutes ces personnes qui font partie de ma vie, mes amis, sont parfaitement à leur place là où ils sont. Si mes murs ne s’effritent pas, ça doit être parce que je les entretiens quand même bien. Toutefois, je dois être honnête avec toi, ce que j’entretiens c’est le vrai, le brute. À 26 ans, maman, amoureuse, je ne cours pas après personne. Je n’ai pas d’énergie ni de volonté pour des amitiés faux-nez.

 

Notifications

Oui j’ai 563 «amis» Facebook. Pis? Ça m’engage à quoi? Rien. Ton message privé… pas obligée d’y répondre, tu m’identifies dans une publication de « Tu es né dans les années 90 si… »… et pourtant je ne me sens pas interpelée du tout, tu me pokes mais je ne ressens pas le moindre pincement. Entre nous deux, c’est virtuel, artificiel.

 

On s’appelle et on déjeune

« Il faudrait faire quelque chose! », « on devrait aller prendre un verre! », « on arrête de le dire, pis on le fait! ». Le problème c’est que c’est rarement moi qui vais faire les premiers pas. Puis si je ne les fais pas, ça m’étonnerait que tu les fasses. Alors on fait quoi? On attend la prochaine fois qu’on va se croiser par hasard et le manège recommencera. Mais tu sais quoi? C’est ok pour moi. Je pense à toi, à ta vie occupée; université, travail dans un café, ta blonde (la nouveauté), corvées. Tu en as assez pour ne pas en plus me rajouter. C’est ma façon de me déresponsabiliser? De me déculpabiliser? Ça se fait à deux l’amitié.

 

Ce n’est plus la cour de récré. Attendre la cloche pour s’y retrouver. C’était si simple. Je suis ton amie parce qu’on aime les mêmes affaires, on joue tous les deux à la corde à danser, nos pupitres sont un à côté de l’autre, t’as des beaux autocollants dans ton cahier, tu viens jouer chez nous la fin de semaine, mais l’année prochaine tu ne seras plus mon amie parce que tu vas doubler… on ne sera plus assises à côté.

IMG_0097

Ça me prend encore un pupitre à côté de toi pour continuer. Un projet, une motivation, qui nous garde animés et qui trace deux chemins parallèles. Tant qu’il y a ça je serai là. Tant qu’on peut faire le trajet ensemble parce qu’on a une destination commune. Tant que nos vies se chevauchent. Tant qu’«ensemble» veuille encore dire quelque chose pour nous deux. Ça se peut que tu prennes un détour. Ça se peut que je sois tannée de marcher. Ça se peut qu’on arrive à un embranchement puis que nos chemins ne soient plus les mêmes. S’il n’y a rien, pour moi, au bout de ce chemin-là, je ne te suivrai pas. N’insiste pas. Je vais te laisser poursuivre la route tout seul. Et peut-être qu’on se retrouvera. Différents, plus forts de ce qu’on aura chacun vu et vécu. Veux-tu qu’on fasse un bout de chemin ensemble?

giphy

Crédit : Giphy

Si tu entres dans ma vie aujourd’hui c’est parce que j’ai une place à côté de moi. C’est parce qu’on a les mêmes valeurs. Tu es mon coup de coeur. J’ai envie de te connaître plus en profondeur. J’ai du temps pour toi, pour nous. J’ai envie de bâtir un mur avec toi, je sens que ça peut être solide. J’ai envie de prendre la route avec toi, on pourrait se rendre loin. (Puis quand ce ne sera plus le cas… mais ne m’en veux pas.)

Et vous, vous êtes quel genre d’ami?

Laura

Offrir du temps

20 Nov

Cette année pour Noël, j’ai envie d’offrir du temps. Nos vies sont effrénées, tous autant que nous sommes. Le temps des fêtes est un moment où c’est pire que jamais : party de famille, de travail, d’amis, de meilleures amies, de belle-famille… j’en oublie? On voudrait voir tout le monde, mais la vérité c’est que nous manquerons tous d’une chose à Noël : de temps.  Je sais, je sais, c’est facile à dire. Mais je crois avoir trouvé une solution : Chocolats Favoris.

 

Plus j’avance dans ma vie d’adulte (hé oui, je suis rendue là! Qui l’eût cru?), plus je me rends compte combien il est difficile de garde l’équilibre. Nous en parlons beaucoup sur le blogue, il n’est pas facile de se poser pour passer un bon et doux moment avec nous-mêmes et avec ceux qui nous sont chers. Tant de choses à faire, à voir… du boulot, des activités et la routine qui rime avec course infernale. Et donc, avec toutes mes nouvelles résolutions d’éco-responsabilité, d’acheter moins, mais d’acheter mieux et surtout, d’achat local, je cherchais un moyen d’offrir quelque chose à mes amis et les membres de ma famille avant Noël, qu’ils conserveraient pour un moment que nous passerons ensemble.

Crédit : Laurie Couture

Crédit : Laurie Couture

C’est à ce moment que Chocolats Favoris entre en ligne de compte ! J’ai découvert cette année les emballages de douceurs chocolatées à accrocher dans l’arbre de Noël de l’entreprise québécoise. De petites boîtes renfermant, par exemple, des bretzels trempés dans le chocolat blanc, ou noir, ou au lait… MIAM. Des petites boîtes toutes jolies qui viennent avec un ruban, qu’on attache et qu’on suspend à l’arbre. Et là, vous cherchez le lien hein…

Crédit : Laurie Couture

Crédit : Laurie Couture

Voici ma solution à tous vos problèmes de temps :

Vous pouvez aller livrer (ou faire livrer par la poste!) à vos amis une petite boîte dans laquelle vous aurez glissé un petit papier sur lequel vous indiquerez un moment à passer ensemble. Exemple : une promenade en raquette, un brunch, une tournée magasinage, un souper fondue, etc.  Ils pourront alors manger le contenu de la boîte, accrocher celle-ci dans leur sapin et le conserver pour Noël et même en janvier, lorsque le temps viendra. C’est ainsi une promesse que vous trouverez tous les deux le temps de vous voir, d’avoir du plaisir, de vivre un instant partagé. Puis disons que les boîtes chocolatées aident grandement à attendre ce beau moment! 😉

img_3170

Je trouve que d’offrir quelque chose qui se mange fait en sorte qu’on ne se trompe jamais. Sérieusement, qui n’aime pas manger et se gâter un peu dans le temps des fêtes ?

Dans un prochain billet, je vous parle aussi d’une autre manière de donner du temps chocolaté… j’ai déjà hâte !

Laurie-Louve xxx

5 conseils pour espace détente sur la terrasse

4 Juin

 

La saison des bbq est officiellement lancé!

Quoi de mieux qu’une soirée entre amis, un bon souper sur la terrasse et pourquoi pas un cocktail à la main.

Je vous présente donc 5 trucs qui vous vous aideront certainement à aménager une magnifique coin pour recevoir les gens que vous aimez .

  1. Mesurer

Même si vous possédez le dernier cri en matière de meuble extérieur, s’il n’entre pas dans l’espace dont vous disposez, il ne servira à rien. Alors la première chose que l’on devrait faire lorsque l’on veut aménager un espace, c’est de mesurer. Retenez LPH : (longueur, profondeur, hauteur) avec c’est simple mesure vous ne risquez pas de vous tromper.

Est-ce que j’ai dit de mesurer ????

 

  1. Établir son budget

 

Une des plus grandes difficultés que j’ai observées jusqu’à maintenant est la répartition du budget dans les projets. La majorité des gens se fixe un montant et souhaite le dépenser pratiquement entièrement dans les meubles. Oui, le mobilier doit bénéficier d’une grande partie du budget mais, un espace sans aucun accessoire est comparable à spaghetti pas de sauce. Le tout se mange mais il manque le petit ‘’oumph ‘’.

 

  1. Déterminer le nombre d’invités

Si vous êtes du type à recevoir plus d’un couple d’amis à la fois, il faut prévoir des endroits pour assoir tout ce beau monde. Optez pour une banquette, de cette façon les gens peuvent s’y installer et vous récupérer de l’espace perdu pour la circulation.

  1. Prévoir de l’éclairage

Oui pendant la journée l’éclairage sera inutile, par contre il est rare que l’on reçoive des gens à déjeuner sur le bbq.  L’éclairage est donc nécessaire près de l’espace de préparation des repas mais aussi dans le coin plus reculer ou vos invités prendront un petit verre. Prévoyez une guirlande de lumière par exemple ou même des lanternes afin de réduire la luminosité tout en étant en mesure de voir la personne qui vous entoure.

  1. Pensez ambiance et accessoires

L’ambiance c’est comme la cerise sur le sundae. Des coussins colorés, des lanternes, un tapis d’extérieur et le tour est joué. Si l’endroit où vous habitez le permet pourquoi pas vous installer un foyer. Il existe maintenant des merveilles dans cette matière et si vous optez pour un foyer à l’éthanol, il ne produira pas de fumée et n’incommodera pas vos voisins.

 

Jespère qu’avec ces conseils vous aurez les outils pour créer un terrasse à la hauteur de vos attentes.

Bon été!!

Stéphanie

Je ne pensais jamais dire ça : j’aime l’hiver

20 Jan

J’ai une image précise en tête. C’était en janvier, je revenais du cégep à pied pour me rendre à mon appartement. On parle d’une marche de 3 minutes. J’avais froid, très froid. Il faut dire que mes pieds commencent à geler au mois d’août. Vous voyez le genre de frileuse que je suis. J’avais tellement hâte que ce mois finisse, pis février aussi. C’était horrible et ça hantait mes pensées.

Hier, j’étais en ski de fond et je ne pouvais pas croire que janvier passait si vite. Je suis déjà nostalgique. Ce n’est pas un hiver parfait et celui de l’an passé ne l’était pas plus. Ouin pis? J’ai déjà 5 sorties en ski de fond et 2 en raquettes. Dans le genre que tout est possible et qu’il ne faut pas attendre le moment parfait parce que ça n’existe pas. Je ne suis pas la première à l’écrire, mais j’aime ça le relire. C’est dit : je suis maintenant fan de l’hiver.

IMG_3313

Soleil d’hiver au Club de ski de fond la Balade

Pis on fait ça comment aimer l’hiver ? Je m’habille trop chaudement, comme un ours. Mon truc préféré : mettre mes pantalons de neige pour me rendre au bureau le matin. Je passe 40 minutes dans la voiture et je n’ai pas froid. C’est surtout parfait pour une marche le midi. Mon nouveau plaisir, me rendre à l’épicerie à pied pour acheter un lunch. C’est con, mais revenir les joues ben rouges au bureau me rend heureuse. Pis quand les sacs sont lourds, ça fait travailler mes bras. Depuis que je m’habille plus que moins, je me trouve assez intelligente pis je n’ai plus peur du froid qui affecte mon moral. Parce que oui, j’ai déjà pleuré de froid. Les mains qui dégèlent c’est douloureux.

828DC989-ECE8-4259-8ED5-6459D19B5DC9

Plaisir hivernal

Je suis encore dans les nuages de ma découverte du week-end. Depuis l’an dernier, mes parents me parlent des pistes de raquette dans le champ devant la maison. Un gros wow avec des arbres, des cabanes, un ruisseau. Je n’en reviens pas, ça fait 27 ans qu’ils habitent là et c’était la première fois que je découvrais la place. On a mis nos raquettes dans la maison, c’est pour vous dire la proximité de la chose. Dès fois, on cherche loin, mais c’est si près. J’ai un peu tanné mes parents avec les photos, mais on était ben heureux de prendre l’air en famille.

22357EE5-4788-4ADB-9F2C-300CD1A9D01B

Raquette avec les parents près de la maison

Pour cet hiver, j’ai envie d’améliorer mes descentes en ski de fond. Je suis encore peureuse. Je souhaite dormir dans un refuge avec les amis et profiter du bien-être que l’air frais nous offre pour pas un sous.

C’est certain que  j’aime aussi les journées de tempête à écouter des films, à prendre un bain pis à boire du thé avec une rôtie au beurre d’arachide.

IMG_3173

Sortie hivernal avec les amies à Duchesnay

Le plus merveilleux? Mon entourage aussi aime l’hiver. Je vous jure que ça aide à apprécier la patente.

FD8C0053-B538-4BAF-8C67-9D38952E6A36

L’amie Marie-Claude en raquette à Duchesnay

Bonne saison froide!

Sarah xx

Vous ne jouerez plus jamais à Guess Who

23 Oct

Malgré ce que Passe-partout vous a laissé croire depuis votre enfance, c’est véritablement l’automne qui est fait pour jouer. Le froid te convainc déjà de rester à l’intérieur et je sais que tu n’en peux plus d’écouter Netflix en boucle. Alors, invite des amis à jouer!

download

Crédit : Matthew Wiebe via Unsplash

Je vous présente les types de jeux à avoir sous la main pour des soirées entre amis. Votre curseur se dirige vers le « x » pour fermer l’onglet? Résister! Je vais vous convaincre. J’adore jouer. En prime, je ferai une blague de Guess Who à la fin. Psst! Prends des notes pour le temps des Fêtes, c’est terminé les charades!

Les sympathiques jeux rigolos

Il faut absolument les essayer cet automne si ce n’est pas déjà fait! Je parle d’Apples to Apples et de L’osti de jeu (le penchant québécois de Cards Against Humanity). Dans les deux cas, le principe est le même, soit d’associer deux cartes : une carte « chose » et une carte « description ». Chaque tour, un joueur pige une carte « description ». Dans le cas de Apples to Apples, cette description est un adjectif et dans le cas de L’osti de jeu, c’est une carte plus ou moins vulgaire ou drôle décrivant une situation. Les autres joueurs doivent donner la carte « chose » qu’ils ont dans leur main qui correspond le mieux à la description pigée et ce, anonymement. Le but : faire rire ou rappeler des anecdotes à celui qui doit décider de la meilleure option. À prévoir : du fun en masse.

12107912_10203657883247154_4014537073752389999_n

Crédit : Un fait vécu : match parfait.

Le jeu homemade

Le jeu du dictionnaire est l’un des plus simples et des plus amusants. Vite comme ça, ça l’air geek au boute et loin d’être amusant, mais détrompez-vous! À tour de rôle, vous choisissez un mot au hasard dans le dictionnaire. Vous ne devez pas connaître la définition de ce mot et vous devez être sûr qu’aucune personne ne la connait. La personne qui choisi le mot garde la bonne définition secrètement et ne fait que dire à voix haute le mot choisit. Le but des autres joueurs : de manière anonyme, écrire la définition de ce mot et la remettre au joueur qu’il l’a choisi. Ça peut donner des pas pire niaiseries. Celui qui se rapproche le plus de la vraie définition devrait l’emporter, mais vous pouvez aussi choisir de faire gagner celui qui est le plus drôle. Tsé.

Les jeux accessibles un peu plus geek

La semi-geek en moi est une grande fan de Les Colons de Catane. Vous aimez le jeu Risk (en vrai, je n’aime pas tant Risk), mais vous aimez aussi ne pas passer la nuit à jouer au même jeu? Vous aimerez Catane! En gros, vous construisez une colonie et exploitez des ressources. Expliquer les règles serait beaucoup trop long, mais cliquez sur ce lien et vous serez servi!

BANG! Voilà un autre jeu accessible qui est parfait pour les soirées entre amis! Très simple dans son exécution, le jeu recrée une fusillade entre cowboys de style western spaghetti. Vous avez des cartes à jouer avec des personnages et des rôles secrets. Le seul rôle à découvrir est celui du shérif. Vous êtes le Shérif? Votre but est de survivre contre les hors-la-loi avec l’aide de votre assistant shérif. Vous êtes hors-la-loi? Votre but est de tuer le shérif, mais votre rôle est secret, vous devez donc trouver vos alliés et ne pas vous attirer les foudres de ceux qui protège le shérif. Bonne chance là!

Le jeu idiot

Le jeu du dé 6. La définition la plus courante donnée à ce jeu : « Ce n’est pas compliqué pis c’est cave ». En gros, ça vous prend un dé et des amis avec des drôles d’idées. Le déroulement : vous dite un défi à voix haute en commençant avec cette formulation : « Si je roule un 6, je vais … », puis vous lancez le dé. S’il tombe sur le 6, vous devez relever le défi. C’est un espèce de « vérité/conséquence » laissé entre les mains du hasard. Pour un challenge de plus, jouez avec un dé 20 faces, les probabilités sont moins grandes et les gens se laissent aller dans des défis qui ont moins de bon sens. Pour jouer dans les règles de l’art : respectez la décision du dé et dites pas n’importe quoi avant de le lancer. 😉

Vous êtes toujours là? 🙂

Vous attendez probablement la blague Guess Who… En vrai, j’en ai pas, mais je vous laisse une image souvenir et vous partage mes highlights : Claire, Bill et Sam.

guesswho2

Toi, c’est quoi ton jeu préféré?

Amusez-vous bien ! 🙂

Karyan

Et les fois où je trouve ça dur de repartir

28 Avr

Je vis à Paris depuis 2008. L’été 2007, j’ai rencontré un gars à Paris pendant un voyage/stage, et après avoir dû rentrer pour terminer ma dernière session d’université, j’ai lâché ma job et mon appart pour venir dans la Ville Lumière.

Quoi de mieux que de découvrir Paris avec un nouvel amoureux ? Par la suite, il y aura des hauts et des bas, je commencerai à avoir une vie plus normale et faire moins touriste, je finirai par quitter le mec en question… mais 7 ans plus tard, je serai toujours à Paris. J’ai une bonne job ici pour l’instant, et surtout, c’est tellement facile de voyager depuis l’Europe ! Plein de destinations sont à portée de main, même pour un court week-end, en plus des tonnes de compagnies aériennes low-cost qui se font compétition pour mon plus grand plaisir. En plus, le vin n’est pas cher. Quoi demander de mieux ?

Tout ce qui me manque ici, c’est ma famille, mes amis et le bon lait du Québec. Pis toutes les autres cochonneries sucrées ou grasses que je ne retrouve pas en France bien sûr ! C’est pourquoi faut bien que je retourne « chez nous » de temps en temps, au moins une fois par année.

C’est tellement le fun de retrouver mon monde, ma famille et mes amis, comme si on s’était vu hier. Surtout ma nièce qui s’en vient de plus en plus cute, et même mon filleul qui ne me reconnaît pas encore et qui me boude niveau câlin… Je profite à fond du temps passé avec ma mère, je vois le plus d’amis possible, et je retrouve ces moments où je ne faisais pas nécessairement grand-chose avec eux, sinon de niaiser sur le divan en regardant la télé ou en jouant à un jeu d’ordinateur « comme dans le temps », comme si je n’étais jamais partie.

Sauf qu’au bout de mes deux semaines habituelles, mon départ approche et j’ai comme une boule dans le ventre qui grossit au fur et à mesure que l’heure de partir pour l’aéroport se rapproche. Pis les 3 maudites heures d’attente me paraissent tellement plus longues au retour parce que me sens 100 fois plus seule à me demander pourquoi je quitte encore ceux que je suis venue retrouver.

La dernière fois que je suis rentrée au Québec, j’y passais un peu plus longtemps, et mon meilleur ami m’a dit qu’on avait passé trop de temps ensemble… Je ne comprenais pas avant qu’il m’explique « que d’habitude, si on se voit juste un petit peu, c’est comme plus facile quand tu repars… ». Ouch. Comme si le fait de passer parfois en coup de vent était plus facile au final pour pouvoir se dire que ma présence était une hallucination et de continuer à vivre comme si je n’existais pas vraiment en réalité et que ma courte présence n’avait été qu’un mirage.

J’aurais pu pleurer quand il m’a dit ça. Je fais la fière comme ça, mais je trouve ça tellement dur parfois et je m’ennuie tellement de lui et des autres. Mais j’ai retenu mes larmes. Après tout, c’est moi qui ai décidé de partir, non ?

Photo d'une époque où j'étais encore au Québec

Photo d’une époque où j’étais encore au Québec

Lisa Marie 

Pourquoi j’aime mes amis.

23 Mar

J’ai hésité un bon moment avant de trouver le sujet de mon billet. L’amitié était constamment présente dans mes pensées et j’avais envie d’y rendre grâce.  Je suis enfant unique et pour être bien honnête, j’en ai grandement voulu à mes parents. C’était la grande déception de ma vie. Heureusement, ce n’est plus le cas.  Je ne vivrai jamais l’amour fraternel, mais j’ai tout plein d’amis qui me rendent tout aussi heureuse. Pis j’ai juste envie de les remercier parce que dès fois on prend ça pour acquis, les amis.

L’amitié en 5 faits.

Être soi-même.

J’ai déjà essayé, mais je n’arrive pas à être quelqu’un d’autre que moi avec mes qualités, mes défauts et mes envies. Avec les amis, les vrais, on est juste nous-mêmes. C’est fou comme ça peut faire du bien de dire ce qu’on pense vraiment, de s’habiller comme on veut, de dire n’importe quoi et de ne jamais se sentir jugé. Ou presque. Quand je m’attarde aux situations où je n’étais pas moi, un sentiment de grisaille m’envahit. Pis quand c’est gris, c’est rarement la joie.

Être honnête.

Hier, mon amie Joëllie me rappelait l’importance d’être honnête avec ses amis. Ça m’a jouée dans la tête toute la journée. Elle a raison. Notre entourage voit des choses qu’on ne veut pas toujours voir. Je me dis que c’est important de les écouter, mais qu’il faut aussi se fier à notre petite voix. Je suis particulièrement intuitive et  souvent, je  l’entends comme si elle me criait, mais câline que c’est difficile de toujours lui donner  raison. (J’ai encore besoin de  pratique, j’y arriverai)

Allo.

Un « salut » ben niaiseux, un  « comment vas-tu ? »  , un « On prend un café ? », un  « J’ai hâte de te voir ». C’est fou comme ça peut faire du bien. À mes amis dont  je n’ai pas eu de nouvelles depuis un moment, un petit allo est toujours bien apprécié. Je sais que le manque de temps fait inévitablement partie de nos vies, mais on n’est pas obligé de parler des heures au téléphone pour se raconter les 6 derniers mois. Un « je pense à toi » fait ben gros l’affaire!

La vie passe, certains amis aussi.

J’ai des amis du primaire, des amis de l’université, des amis du gym, des amis du temps où je travaillais dans une épicerie fine, des amis de la Beauce, des cousines, des amis au boulot.  Avec les années, il nous arrive d’en perdre, de ne plus être sur la même longueur d’onde, de vivre des ruptures amicales pour des histoires de gars sans avenir. Il y a des affaires plates qui arrivent pour laisser place à d’autres rencontres inattendues. Faut juste faire confiance.

Coups de cœur pour les discussions de groupe sur Facebook.

J’avoue que des discussions de groupe qui, la plupart du temps,  ne finisse plus, j’aime ça. Tous les détails pour l’organisation d’une fête, d’un week-end, les nombreuses questions, les images qui ne veulent rien dire, les photos pas rapport. Tout ça embellit mes journées et ça peut me faire dire un dimanche matin où mes amies s’en donnent à cœur joie sur Facebook.

« Maudit que je les aime!! »

Ma belle skieuse sous les flocons.

Skieuse sous les flocons

Ottawa 2013

Ottawa 2013. Avec une grande amie.

Lendemain de St-Jean avec les amis de la Beauce

Lendemain de St-Jean avec les amis de la Beauce

Turquie

En Turquie avec une complice de voyage!

Les cousines! Souvenir de Terre-Neuve.

Les cousines! Souvenir de Terre-Neuve.

Festival d'été! Joie!

Festival d’été! Joie!

Comchicks style!

Comchicks style!

 

Dites-le à vos amis.

Sarah.

En 2015, on vous souhaite…

3 Jan
Coeurbonneannée

Suzie : En 2014, j’ai eu l’impression que tous mes amis mi-vingtaine (en chemin vers la trentaine!) avaient de la pression de tout bord tout côté. Leurs jeunes carrières montantes et très prenantes, la fin des colocations le début des achats de condo en couple ou leur célibat achalandé, les demis-marathons… En 2015, je souhaite vivre un maximum de soirées improvisées entre amis, juste pour déconner. xox

Véro: Un chum parfait, une maison dont la décoration est digne de Pinterest, un look absolument sublime en toutes circonstances ou encore toujours tout réussir du premier coup… Soyons réalistes, ça n’arrivera pas! Pas question de se contenter de peu en 2015, mais je trouve que trop de personnes s’imposent des attentes ou des critères inatteignables.  Se dépasser, c’est génial, mais il faut le faire en se respectant. Cette année, je nous souhaite de faire fi de cette tyrannie de la performance.

Marie-Soleil : Pour 2015, je souhaite à tous les perfectionnistes et angoissés de ce monde (je m’inclus là-dedans) de cesser de courir après la perfection (chez soi et les autres) et de simplement accueillir le moment présent.

Maroufi: Pour 2015, je souhaiterais trouver plus de solutions que de problèmes parce que ça facilite une importante majorité de ta vie, que ça la simplifie. Que ça fait respirer mieux, vraiment mieux, vraiment beaucoup mieux. Bonne année les petits nez!

Anne-Sophie: Pour 2015, je veux plus de réel, et moins de virtuel. Plus de rencontres en face-à-face, et moins de « chat » Facebook. Les médias sociaux, c’est ben beau, mais le vrai réseau social dont on a besoin, il se fait en vrai, et pas sur le Web.

Cécile : En 2015, je nous souhaite d’apprécier chaque micro-bonheur et d’en semer un peu partout. Appréhender la vie avec avec justesse et s’autoriser les fausses notes. Ces 365 nouveaux jours sont un champ de possibilités infinies. Smile and go !

Laurie : Puisque ma mi-vingtaine arrivera dans 7 jours, j’aimerai que 2015 me (nous) réserve des surprises, des amours improbables, et de l’inattendu. C’est mon souhait! Que nos vies ne soient pas tracées et nous poussent à défoncer toutes les barrières.

Michèle : Parce que plus je vieillis et plus je réalise à quel point la vie va vite, je me souhaite pour 2015 de profiter au maximum de chaque instant et de la compagnie et de l’amour des personnes qui m’entourent. Et pourquoi pas leur dire le plus souvent possible: merci, merci de rendre ma vie aussi belle 🙂

Karyan: 2015, ce sera l’année d’un défi. Un défi professionnel et personnel. Je me souhaite de la confiance afin de me permettre d’être plus zen et d’apprécier l’apprentissage. 2015, tu seras belle. Je souhaite terminer ce que je mets sans cesse sur la glace et, surtout, je souhaite devenir plus positive au quotidien. De l’amour, des surprises et un voyage. Bon 2015 tous! 🙂

Sarah: Équilibre sera mon mot pref pour 2015. Équilibre dans la nourriture, équilibre dans le sport. Tout ça parce que je me trouve parfois trop intense. Disons souvent. Cette histoire d’équilibre me permettra également d’en faire moins et surtout de me mettre moins de pression. Voilà c’est dit. Moins de pression et plus de lâcher prise. Une belle recette de bonheur! 2015, je suis prête!

Camille: En 2015 je veux continuer à prendre des risques. Dans la vie, je veux réaliser mes rêves et pour ce faire, il faut saisir chaque opportunité que la vie nous envoie, que ce soit au niveau sentimental ou personnel ou pour le boulot. Surmonter mes peurs, continuer à sourire à la vie et profiter de chaque moment: le beau comme le laid.

Un Noël en santé

17 Déc

Ça y est, on est à 8 jours de Noël ! Excitant n’est-ce pas ? Moi en tout cas, je suis une vraie fan des fêtes de fin d’année, avec tout ce qui vient avec (chez les Couture!) : café Bailey’s, amour, feu de foyer, glissades, cadeaux et trop de nourriture.

Comme j’en ai parlé à mes débuts sur le blogue des Rockalouves, dans la dernière année, j’ai fait un virage à 180 degrés sur ma santé et ma condition physique. L’entraînement, la nutrition et l’importance d’une bonne santé tant physique que mentale sont au centre des mes préoccupations. L’an dernier, mon premier temps des Fêtes après ce virage a été plutôt difficile pour garder le cap. Voici donc mes petits conseils pour un Noël en santé.

d1e176f88df73357df5824f3ebe1119e

On bouge autrement

L’idée est de bouger le plus possible, quotidiennement, tout en passant du temps de qualité avec nos proches et les gens qu’on a l’occasion de voir qu’une seule fois par année. Évidemment, on a tendance à planifier des brunchs et des soupers en quantité incroyable, mais il y a d’autres options ! Bouger ensemble, c’est une idée malade :

  • Une séance de surfset avec vos belles-sœurs
  • Un trip de gang au Quartier Dix-30 pour surfer au Oasis surf 
  • Du patinage à l’anneau de glace des plaines d’Abraham
  • Un périple en famille pour une randonnée en raquette dans le Parc des Appalaches
  • Une longue marche avec l’être aimée (ou votre BFF pour les #ForeverAlone)
  • Faire la glissade de la Terrasse Dufferin
  • Et beaucoup beaucoup plus !

 On cuisine plus

Alors qu’on le sait que les festins n’en finiront plus, pourquoi ne pas profiter des fêtes et des journées entre les festivités pour cuisiner de longs repas, de bonnes soupes aux légumes et d’essayer de nouvelles recettes ? On garde alors un peu de contrôle sur notre alimentation, en limitant les dommages des autres grosses journées de fête.

Voici quelques sites ou livres que j’adore pour des nouvelles recettes santé et délicieuses :

 On danse toute la nuit

Une soirée du 31 décembre de prévu ? Profitez-en pour danser toute la soirée ! Et le lendemain, chez vos grands-parents, lâchez vous lousse dans les 7 carrés et autres danses en ligne festives ! Ça fait brûler des calories pis en plus, c’est vraiment trop drôle (et ça fait d’excellents vidéos Youtube).

 On dort tout le matin

L’année au complet est déjà assez épuisante comme ça. Profitez-donc du temps des fêtes pour dormir, dormir, relaxer et encore dormir. Envie d’une sieste ? GO. La grasse matinée jusqu’à midi ? GO ENCORE. Votre corps mérite ce repos et si vous avez le temps et la chance de ne pas travailler, par pitié, utilisez-le pour être chill. Rien de mieux, après avoir fait une activité physique comme mentionné plus haut, qu’un petit dodo dans une couverture chaude avec un bon thé chaï pas trop loin.

Peu importe comment vous organisez votre temps des Fêtes, je vous souhaite qu’il se passe sans souci, dans le bonheur, l’amour et les pures traditions de Noël. On se reparle en 2015, alors que vous vous remettrez tranquillement de cette période intense de l’année! Si vous lisez cette dernière ligne, c’est que vous avez pris le temps, à travers votre horaire surchargé, de me lire et ça, ça vaut beaucoup pour moi!

Mille mercis à vous pour cela ❤ xxxxx

Louvement vôtre,

Laurie

Potluck de Noël – nos suggestions!

12 Déc

On vous propose notre top 5 des meilleures idées potluck de Noël pour épater famille et amis. Même si vous n’êtes pas responsable du party, votre hôte appréciera certainement votre contribution au buffet des Fêtes 🙂

1.    SANGRIA DE NOËL

1-sangria_2 1-sangria

Cette sangria blanche spéciale des Fêtes aura un succès fou (nous l’avons testé avec bonheur lors d’une soirée de filles). La touche suprême est sans aucun doute les branches de romarin enrobées de sucre qui assurent une présentation parfaite! On aime la servir dans un pot Masson.

 

2.    ŒUFS FARCIS AU TOFU

2-OEUFS

Le site trois fois par jour propose des recettes santé originales et une présentation toujours très soignée (on aime les belles photos). On trouve intéressant de partager cette recette réinventée d’œufs fourrés. En plus, c’est une manière originale d’intégrer le tofu à votre menu!

 

3.    LE CLASSIQUE DE MAMIE : L’ASPIC

Ma mamie (Gilberte!) a toujours fait des aspics à Noël. Une table des Fêtes sans aspic n’est pas une vraie table de Noël! Ses deux préférées sont canneberges ou crevettes, mais les possibilités créatives et gustatives sont illimitées!

3- aspic_1

 

4.    LE FAMEUX PAIN SANDWICH

4- pain sandwich_1 Le pain sandwich est le classique des classiques. Malheureusement, plusieurs Québécois n’ont jamais eu la chance de goûter à ce fameux sandwich étagé (salade de poulet, salade aux œufs et salade de jambon).

Il existe deux grandes écoles de pensée: ceux qui préfèrent la pièce enrobée de fromage Cheez Whiz ou ceux qui préfèrent un enrobage de fromage à la crème. On préfère de loin celui enrobé de fromage à la crème, mélangé à de la mayonnaise, de la crème sure ou crème fraiche.4- pain sandwich 2

La partie la plus agréable de la préparation du pain sandwich est la décoration 🙂 À vous d’ajouter des olives farcies, des poivrons de couleurs, des oignons verts, des concombres, etc. À chacun ses goûts!

Truc de louve: important de beurrer chaque tranche de pain. Votre pièce se tiendra mieux et les mélanges à sandwich (jambon, œufs, poulet) ne mouilleront pas votre pain.

 

 5.    COUPES DES PÉCHÉS :

 FRAISES, MACARONS ET CRÈME FOUETTÉE

5- dessert

Pas besoin de préciser que le temps des Fêtes est aussi le moment idéal pour se sucrer le bec 🙂 Impossible de faire un top 5 sans présenter de dessert! Intéressant d’offrir des portions individuelles déjà préparées et elles sont au regard. Les enfants en raffoleront! On adore la combinaison des fraises, du jell-o, des macarons et de la crème fouettée. Très alléchants…

Vous trouverez davantage de suggestions sur Pinterest!
Joyeuses Fêtes xox

10 musts pour un déménagement réussi

1 Juil

N’étant plus capables d’attendre la fin du mois de juin pour enfin emménager ensemble, mon copain et moi avons quitté nos nids familiaux respectifs plus tôt que prévu. Notre dernier déménagement remontant à il y a plusieurs années, nous avons fait plusieurs erreurs de «déménageurs en herbe» que j’ai choisi de recycler en trucs pour les «déménageurs avertis» que vous serez à la fin de ce billet.demenagement

1. Avoir des petites collations et des bouteilles d’eau

muffin_6

Vos amis ont la gentillesse de vous aider à déménager votre vie au complet, c’est la moindre des choses de nourrir ces p’tites bêtes-là!! En plus, ils seront bien plus efficaces le ventre plein et désaltérés. L’une des rares choses réussies de notre déménagement: il y avait plein de grignotines! Yé!

2. Identifier le contenu et la pièce dans laquelle iront chacune des boites

Si vous ne le faites pas, réservez-vous une demie-journée de plus à emporter les boites aux bons endroits. Même si le contenu de la boite est identifié, vos amis ne savent pas nécessairement quel endroit est assigné à ce contenu. Nous avons retrouvé du matériel électronique dans la salle de bain… Bon sang, qui a apporté les fils de câble dans les toilettes?!?

3. Prévoir des sacs poubelle… beaucoup de sacs poubelle

Vous allez nettoyer, utiliser des essuie-tout, manger, jeter des petits papiers et des bouteilles vides (vous pouvez aussi faire un sac de recyclage). Je n’avais pas pensé aux sacs… Pendant un déménagement, beaucoup de déchets s’accumulent… beaucoup de déchets!

4. Si possible, nettoyer tout avant de défaire les boites

La première boite qui devrait être défaite devrait être celle dans laquelle se cachent les produits nettoyants. Imaginez tous les germes de tout ce qu’il y a de plus dégoutant des anciens occupants… Ewwww… Thank god, nous sommes emménagés dans une construction neuve, donc nous n’avions qu’un peu de poussière à nettoyer.

5. Entrer les gros meubles en premier

Avant de commencer à entrer les boites, il est préférable d’entrer les gros meubles. Pourquoi? Parce que souvent, ces derniers offrent du rangement (bibliothèque, bureau, commode, etc.) et aussi parce qu’il peut être dangereux de trimbaler de gros meubles lourds tout en ayant pleins de petites boites dérangeantes qui se bousculent à nos pieds.

6. Assigner certaines personnes au «dépacktage»

Au lieu de se marcher sur les pieds entre le camion de déménagement et votre nouvelle demeure, certaines personnes seront bien plus utiles en défaisant des boites. Soyons réalistes les filles, déménager une laveuse, c’est difficile pour nous! En partageant les tâches ainsi, vous sauverez beeeeeaucoup de temps les jours suivants. Merci à mon amie pour ce truc merveilleux!

photo

 

7. Payer la bière et la pizz

Je n’ai rien à ajouter, c’est la moindre des choses…

8. Ne pas avoir peur de jeter… encore

Avant d’emballer vos choses, probablement que vous avez mis au chemin et/ou donné plusieurs choses en laissant une chance à certains autres objets… Finalement, à bien y penser, vous regrettez de les avoir gardés, donnez-les ou jetez-les!! Pourquoi s’embarrasser de machins inutiles quand on sait bien qu’on en achètera surement plein plein plein dans les jours qui suivront! Faisons de la place pour le nouveau!!

9. S’assurer qu’on a pensé à tout 

Avez-vous fait tous vos changements d’adresse? Le gouvernement du Québec offre la possibilité de faire le changement auprès de plusieurs ministères du même coup sur ce site. Êtes-vous bien assurés? Avez-vous contacté votre câblo-diffuseur pour planifier votre branchement? On a trouvé ça plate d’écouter des vieux DVD de séries qu’on avait déjà vues une dizaine de fois pendant la première semaine…

10. Inviter tout ce beau monde à une pendaison de crémaillère digne de ce nom

Cet événement est probablement la meilleure «paye du coeur» que vous pouvez offrir à vos amis déménageurs. Essayez de penser aux goûts de chacun et d’avoir une pensée pour chacun d’eux lors du party: bière et alcool préféré, grignotines et repas appréciés, etc. Surtout, n’oubliez pas de prendre quelques secondes pour les remercier!! Finalement, AMUSEZ-VOUS, vous nettoierez le lendemain, profitez de la soirée!!!582656c2

Bon déménagement, bonne pizz et bonne fête du Canada!!

Polik

%d blogueurs aiment cette page :