Archive | * RSS feed for this section

Une rentrée colorée au Quartier latin

27 Août

La Rentrée…on en parle beaucoup, partout et ce, même si nous ne sommes pas tous prêts psychologiquement! Mais outre l’achat de cahiers Canada, la rentrée c’est aussi des activités culturelles et de l’animation qui peuvent rendre un quartier bien vivant.

Je travaille en plein cœur du Quartier latin et parfois, je le boude un peu parce que j’y passe beaucoup de temps. Mais ces jours-ci, je le trouve assez trippant avec ses activités de fin d’été.

Festival OUMF

Logo OUMF

Le festival, qui se tiendra du 10 au 12 septembre, en est à sa cinquième édition.

Rue piétonne, spectacles de musique, d’humour, arts de la rue…Il y en aura pour tous les goûts. Et un détail non négligeable, c’est gratuit!

J’y suis allée l’année dernière, sans trop d’attente voir le groupe Groenland et j’ai été surprise de l’ambiance qui régnait rue Saint-Denis.

Cette année côté musique: Les Deuxluxes, Canailles, Dead Obies et plusieurs autres! Tous les détails sur le site officiel du OUMF.

Jardins Gamelin

Jardins Gamelin

Crédit photo: quartierdesspectacles.com

On connaissait le Parc Émilie-Gamelin pour son côté un peu trash mais depuis quelques temps le parc arbore un tout nouveau look ainsi qu’un nouveau nom: les Jardins Gamelin.

L’idée est de revitaliser le parc en offrant une programmation d’activités variées et des installations attrayantes jusqu’au 4 octobre. Danse, musique, activités sportives, jardinage, conférences, etc. De jour comme de soir, y’a pas de quoi s’ennuyer.

Marché fermier de l’UQAM

Marché fermier de l'UQAM

Crédit photo: Actualites.uqam.ca

Je prêche ici pour ma paroisse parce que je travaille à l’UQAM, mais il s’agit d’une initiative étudiante des plus chouette. Grâce au Comité Aliments d’ici du Groupe de recherche d’intérêt public (GRIP-UQAM), la Place Pasteur se transforme en un marché fermier tous les mercredis jusqu’au 28 octobre. Plusieurs producteurs locaux sont sur place pour vous offrir des produits frais et bio.

Entre deux party de début de session, ça vaut la peine de venir se promener dans le coin 😉

Bonne rentrée!

Michèle

Publicités

Et la fois où je faisais un tour dans le sud de Westeros

9 Juil

Au cours de mes nombreux voyages, il m’arrive de visiter des lieux de tournage. C’est généralement de façon volontaire, par exemple à Londres où j’avais fait mon petit pèlerinage jusqu’à la maison de Bridget Jones, ou encore dans le désert de Tunisie pour voir le village Mos Eisley dans Star Wars. Mais ce qui est encore mieux, c’est quand je visite un endroit qui devient par la suite un lieu de tournage d’un film ou d’une série très cool, par exemple Game of Thrones !    

En septembre 2014, j’ai eu la chance de visiter Séville en Espagne. Avec 30 degrés, c’était encore l’été et donc week-end parfait pour découvrir cette superbe ville et ses nombreux charmes, des plus classiques aux plus modernes. En plus on y mange plein de bonnes choses pour pas très cher, mais bon, cet article n’est pas dédié à la bouffe comme celui de Porto !

J’ai donc fait la visite du Real Alcázar de Sevilla, un palais qui date de l’an 844 bien qu’il ait été un peu retapé et modifié depuis. C’est ce qui explique son style unique vu toutes les influences subies au fil du temps. On se croirait plutôt en Turquie qu’en Espagne lorsqu’on le visite d’ailleurs ! Bref, il est vraiment magnifique et ses jardins le sont tout autant.  Mais ce que je ne savais pas encore à ce moment-là mais que j’ai appris peu de temps après, c’est que l’Alcázar allait en fait devenir les Water Gardens de Dorne en vue de la saison 5 de la série Games of Thrones !

Il aura quand même fallu que j’attende 6 mois avant de pouvoir voir le résultat… Et je dois avouer que j’étais un peu trop enthousiaste dès qu’une scène se déroulait dans la plus chaude des régions de Westeros!

Water Gardens of Dorne

Ma photo du Real Alcazar

L’arrestation d’Ellaria Sand

Ma photo des bains de Donia María de Padilla

Donc voilà, j’y étais et peut-être que sans le savoir, j’attendais mon chéri Oberyn Martell?

Oberyn Martell, aussi hot que Dorne!

Lisa Marie de Dorne

 

En attendant, j’ai bien envie d’aller à Dubrovnik pour visiter King’s Landing…

Bon voyage!

Lisa Marie

Sublime Anna

25 Avr

Je ne m’y connais pas tellement côté ballet. En fait, ma seule expérience datait de plusieurs années, alors que j’avais misé en compagnie d’une autre louve, Camille, un peu pompettes il faut l’avouer, sur une paire de billets pour les Grands Ballets Canadiens de Montréal lors d’un événement bénéfice. Pas tellement pour les billets eux-mêmes, mais surtout pour remporter la mise sur le monsieur qui pariait contre nous. 😉

Bref, je gardais de très bons souvenirs des Grands ballets et j’étais vraiment excitée de retenter l’expérience lorsque j’ai assité à Anna Karenina le 18 avril dernier à la salle Wilfrid-Pelletier de la Place des arts.

Crédits photo: Grands Ballets Canadiens de Montréal

Crédits photo: Grands Ballets Canadiens de Montréal

Le chorégraphe Boris Eifman a su communiquer la passion et le drame au cœur de l’œuvre de Léon Tolstoï via les numéros et mouvements des interprètes.

On retrouve donc ces grands personnages de l’aristocratie russe: Anna Karénine, mariée à Alexis Karénine, qui succombe au charme du comte Vronski. Déchirée, elle quitte mari et enfant pour vivre cet amour passionnel, à l’écart de la haute société. Histoire d’amour qui connaîtra une fin tragique.

Chapeau à la danseuse Maria Abashova interprétant Anna, chaudement applaudie par la foule à la fin du ballet. Tellement élancée et gracieuse qu’on a l’impression que toutes les parties de son corps sont au service de la danse et de ses émotions.

Un simple lit pour accompagner les danseurs lors des scènes d’amour, des chorégraphies à l’image de grands bals pour nous rappeler la cour russe, des numéros plus sombres à la fin pour montrer le désespoir d’Anna, où tous semblent se jouer d’elle…On se laisse facilement emporter par le rythme des danseurs qui nous racontent le désir, l’amour, le rejet et l’abandon.

Le spectacle m’a vraiment donné envie de replonger dans cette histoire d’amour et de noblesse.

Anna Karénine, Le livre

Le roman de Léon Tolstoï est paru en 1877. Il aborde aussi les histoires de cœur de couples dans l’entourage des Karénine.

Anna Karénine, Les films

De nombreuses adaptations ont été portées à l’écran, mais il y a bien sûr celle de 2012 réalisée par Joe Wright avec Keira Knightley (Anna Karénine), Jude Law (Alexis Karénine) et Aaron Taylor-Johnson (Vronsky) comme personnages principaux.

Anna Karenine - Film 2012

Crédits photo: the student review

Michèle

 

Mon pays, ce n’est pas un pays, c’est l’hiver

22 Jan

22 janvier, il fait frette, comme tous les matins depuis quelques semaines. Hier, on frôlait le -31 degrés dans la Capitale-Nationale… non mais on est fait fort les Québécois, oui ou non ?! Et c’est dans ce froid glacial que j’ai pensé vous offrir un peu de réconfort avec des activités nouvelles et folles que vous pourrez faire d’ici à ce que les bourgeons sortent. Québec, bouge un peu !

SPORTS

Deux activités très lol reliée aux raquettes !

  • Le Raquetteur sur les Plaines est une activité folle à faire en couple ou avec vos amis qui ne viennent pas de notre belle ville. Le concept est simple, vous enfilez vos raquettes et partez sur les Plaines en visite historique drôle et animée. Perso, je trouve ça malade !
  • Ensuite, pour la première fois se tiendra le Championnat du monde de raquettes, dans le cadre du Pentathlon des neiges. Des compétitions de course à raquettes, what not to like ! Et votre bienaimée blogueuse (moi-même) animera les réseaux sociaux du Pentathlon pendant le mois que les compétitions dureront. Venez bouger et/ou encouragez les athlètes hivernaux!

CULTURE

  • Outre les Fourberies de Scapin à La Bordée, que j’irai voir la semaine prochaine (et dont je vous reparlerai très très prochainement), il y a une autre pièce de théâtre que j’ai très hâte de voir. Le long voyage de Pierre-Guy B., nouvelle pièce du Théâtre Périscope, est écrit par Philippe Soldevila et Christian Essiambre et raconte la vie tumultueuse et nomade de Pierre Guy Blanchard, lui-même coauteur. Une distribution de deux comédiens, ça promet! Du 10 au 28 février, au Théâtre Périscope.
  • Il y a quelques années déjà (genre 7 !!!), j’ai assisté à un concert de Time it was, hommage à Simon and Garfunkel et Cat Stevens, dans un amphithéâtre d’école secondaire, avec ma maman et ma sœur. J’ai la chance d’avoir une maman avec un goût particulièrement fou pour la musique (elle m’en fait toujours découvrir!), j’ai donc grandi avec des artistes incroyables comme ceux-ci (sauf Richard Séguin, ça je pourrai jamais Mom). Time it was, c’est un trio de chanteurs qui font revivre les meilleurs souvenirs des décennies 60 et 70. Je suis bien contente de savoir qu’ils seront en concert à l’Anglicane de Lévis le 7 février prochain ! Si vous êtes fans des classiques, ne ratez pas cette soirée nostalgie !

Psssst! Une de mes chansons préférées de tous les temps, de laquelle est tirée le nom du groupe :

ÉVÉNEMENTS

  • Un petit cours de West Coast Swing, ça vous allume ? Donné au Temps Partiel, le cours est d’une durée d’une heure, en initiation, suivi de la soirée dansante, question de se pratiquer un peu et de se laisser aller ! On laisse notre scepticisme de côté et on grab notre partenaire pour découvrir un nouveau style de danse ! Musique folk, blues, pop et même le hip-hop vous attendent. Ça, ça dégourdit !
  • Dans le cadre du Carnaval de Québec, où j’ai le bonheur d’aller chaque année, par pure tradition, on trouve également le Festi Lumière, à l’Aquarium de Québec où un parcours illuminé avec musique et animation vous attend. Fouillez au fond de vous pour trouver votre cœur d’enfant et faites une couple de glissades tant qu’à y être ! 😉
Crédit photo : Steve Deschênes - Quebecgetaway

Crédit photo : Steve Deschênes – Quebecgetaway

J’espère que ces quelques nouveautés vous donnent le goût de ne pas seulement rester emmitouflé (mais vous avez le droit, #TeamConfort). Dans l’un de mes prochains articles, j’essaierai un nouveau sport inusité pour pouvoir vous raconter mon expérience. Ne restez pas trop loin, ce sera surement incroyablement drôle !

Laurie-Louve xxx

Top 10 : Ce que tu as raté de drôle sur IG ce mois-ci !

5 Jan

Je suis loin de ce qu’on peut s’imaginer du typique « grinch ». En fait, c’est plutôt l’inverse ! Je suis une grande fan du temps des Fêtes, des retrouvailles en famille, des soupers chaleureux, de la bonne bouffe et des grâces matinées bien entendu 🙏.

Il y’a cependant bien quelques petites choses qui me font grincer des dents, mais heureusement, le merveilleux monde d’Instagram est parsemé de « haters » bien pires que moi 🙈.

  1. Plaisir couple #1 du temps des Fêtes. Merci Michael.

photo 7

2. Être célibataire à Noël 👫

photo 8

3. No money. No funny.

photo 2

4. Rien à ajouter 💸

photo 9

5. Moi l’an prochain c’est promis.

photo 4

6. #bandwagon 

photo 6

7. Sur la centaine de memes de Steve Harvey, l’autodérision l’emporte. #bravo

photo 10

8. Ce qui est le plus thématique ici est sans doute la perruque faite de faux «flocons» cheaps qu’on garroche dans nos sapins de Noël.

photo 1

9. Moi le 3 janvier.

photo 11

10. Classique !

photo 5

Que 2016 soit faite de tout de ce qui vous a manqué et de plus de ce qui vous a plu ! Joyeuses Fêtes et bonne année !

Chabot xxx

5 trucs pour rendre un voyage presque parfait

24 Sep

L’été commençait mal. Je n’avais aucun plan. Disons qu’après un séjour en camping dans le Bas St-Laurent, une tournée de la Chaudière-Appalaches et une semaine à Barcelone, mon été se termine relativement bien. J’oserais ajouter le qualificatif mémorable.

Barcelone en août. Un coup de tête, juste un peu planifié. Un message envoyé à une cousine un vendredi matin et des billets d’avion achetés le vendredi en fin de journée. Première décision importante, le choix du mot clic (Instagram oblige) et voilà que #MarieSarahBarcelona est né. Inévitablement, Javier Bardem  nous attendrait quelque part (ou pas).

Un voyage presque parfait. Je sais, il y a la température, les amis de voyage, les imprévus. On ne peut pas tout contrôler. Toutefois, voici 5 trucs qui peuvent influencer  vos séjours à l’étranger.

Barcelone, Parc Güell

Barcelone, Parc Güell

La Barceloneta

1 : Barcelone, tu marcheras.

C’était la première fois. Pas d’autobus ni de métro. Une semaine à marcher dans les rues d’une ville européenne. 6 km pour se rendre au Camp Nou,  2 km pour la plage. Tout était possible.  Gros coup de cœur pour les retours à l’hôtel en pleine nuit après quelques mojitos au Festival de Gràcia.

Conseils d’amie : Trouve un partenaire qui marche au même rythme que toi et n’oublie pas que les souliers font toute la différence. Enfin, on se motive en se disant qu’on aura des fesses de fer. (Merci cousine pour l’expression). J’oubliais, on se sent moins coupable de manger de la crème glacée à la crème catalane à minuit sur la Rambla.

Arc de Triomphe

Arc de Triomphe

2 : À la recherche des points d’interrogation

Je travaille dans l’industrie touristique québécoise. Je vous dirais que l’accueil je trouve ça assez important. Comme vous, je fais la plupart de mes recherches en ligne. Dès fois, quand on n’a pas la réponse on s’informe à de vrais humains. On a fait ça à l’hôtel et deux fois, on a eu des mauvaises réponses.

Conseils d’ami. Les bureaux d’informations touristiques sont encore tendance. 2 fois, ils nous ont permis d’économiser du temps et certainement de l’argent. Alors la gang, les points d’interrogation c’est In!

La Rambla

La Rambla

3 : Vivre à la Barcelonaise

Se lever à 10 h, se coucher à 3 h. Se prélasser sur la plage à 18 h,sortir danser à 1 h. On a fait ça et on n’a pas regretté. Et les soirs où l’on aspirait à se coucher tôt, c’était comme impensable. Merci au Festival de Gràcia, parce que ça, c’était plutôt vivre comme des Barcelonais. Ah Barcelone la festive.

Festival de Gràcia

Festival de Gràcia

Festival de Gràcia

Festival de Gràcia

4 : Faire son voyage

Écrire qu’on est à Barcelone sur les médias sociaux résulte en une panoplie de suggestions de la part des utilisateurs. Bien que ce soit plutôt agréable de recevoir les conseils et les coups de cœur de nos amis, chacun fait son voyage.  Je m’explique. Le charme pour un endroit (surtout un restaurant) se produit considérant plusieurs facteurs environnants. C’est ben plate, mais les facteurs ne sont pas toujours là quand tu y retournes deux ans plus tard.

Conseil d’amie : Écoute ton feeling. Pis si t’as juste le goût d’aller à l’épicerie et de te faire un pique-nique à la bonne franquette sur ton lit dans ta minuscule, mais ô combien charmante chambre, avec une bouteille de vin à 1 euro, pose-toi pas trop de questions.  Tsé que ça pourrait devenir un incontournable!

Processed with VSCOcam with f2 preset

La Paella

Les churros

Les churros

5 : Cartoville, mon meilleur ami

Oui. On avait téléchargé environ 5 applications mobiles pour les touristes en visite à Barcelone. Zéro, est le nombre de fois qu’on les a utilisées. Je ne pourrais même pas vous dire pourquoi. Pour combler ce vide, le guide de voyage Cartoville est devenu notre meilleur ami. Avec son format parfait pour un petit sac, il nous présente tous les quartiers de façon simple et esthétique. C’était plutôt une récidive, car il m’avait déjà suivi à Miami et Istanbul. Comment bien investir 15$.

Le Cartoville Barcelone

Le Cartoville Barcelone

Je viens de partager un peu de mon Barcelone. En espérant que vous allez créer, un jour, le vôtre.

Camp Nou

Camp Nou

Les jus du marché

Les jus du marché

Sarah

Coupe Rogers & 1 million de balles pour les écoles

8 Août

Amateur de tennis? Alors, inutile de mentionner que la Coupe Rogers bat son plein au Stade Uniprix depuis le 1er août dernier! Oui, la chouchou des Québécois, Eugénie Bouchard, est malheureusement déjà éliminée alors qu’elle a perdu son match face à la 113e raquette au monde, Shelby Rogers… dommage, mais c’est le sport! Malgré tout, l’engouement pour le tennis est de plus en plus fort au Québec. Qui remportera la Coupe Rogers selon vous?

Psssst. Le Canadien Milos Raonic fait bonne figure à Toronto! Il vient d’atteindre les quarts de finale!

Dernièrement, grâce à la Banque Nationale, les louves ont assisté à un match de la Coupe Rogers et, par la même occasion, ont appris une initiative des plus intéressante en lien avec le tournoi. Voilà le but de ce billet!

IMG_20140804_185020

Le Défi sans bruit présenté par la Banque Nationale

«Créé en 2006, le Défi sans bruit vise à récupérer et utiliser les balles de tennis usagées, en les redistribuant aux commissions scolaires et aux écoles au Québec et en Ontario. Les balles sont apposées aux pattes des chaises des élèves afin d’atténuer le bruit causé par le grincement des chaises en classe et ainsi favoriser un meilleur climat de concentration pour les enfants.»

Les co-ambassadeurs du Défi : Aleksandra Wozniak et Vasek Pospisil

1 3

Crédit photos : Banque Nationale

L’enseignante n’a pas à crier, les élèves ne quittent pas l’école avec une migraine et les résultats sont meilleurs! Tout cela grâce aux balles de tennis fixées sous les chaises qui réduisent les décibels. Un petit geste qui en fait beaucoup!

Comment aider?

Très simple, vous assistez à la Coupe Rogers, vous êtes un amateur de tennis et vous croulez sous les balles de tennis usagées à la maison? Apportez y vos balles, le Stade Uniprix est un point de chute qui participe au défi!

Le programme Défi sans bruit a permis de récupérer plus de 880 000 balles de tennis depuis son lancement en 2006. Cette année, on veut atteindre la millionième balle! Jusqu’à présent, 93% du défi est complété (929 614 balles). Où est la millionième? Est-ce que ce serait celle qui traîne dans le fond de ton sac de sport? On l’espère!

Si tu n’as pas la chance d’assister à la Coupe Rogers, valide si le club de tennis où tu pratiques amasse les dons : ICI

N’oublie pas tes balles! C’est un petit geste qui compte beaucoup!

Bon tennis!

Karyan

La mélodie nordique

25 Avr

Je vous avais bien dit, dans mon dernier billet, que le printemps arriverait! J’ai vu des oiseaux, entendu des ruisseaux puis senti l’odeur du dégel et de la crotte de chien. ÇA Y EST, TOUS! D’ailleurs, la semaine dernière, j’ai officiellement enterré l’hiver en allant voir en prestation Elisapie Isaac. Pas de foodie cette semaine, mais c’est tout comme, de la musique c’est de la nourriture pour l’âme tsé (ok je me calme)! Voici donc le topo de ma soirée!

Ma Grande Sœur (avec des majuscules, c’est son titre officiel) a eu le courage de partir avec son homme il y a déjà quelques années, pour aller enseigner à Kangirsuk, petit village nordique, non loin de la baie d’Ungava. À travers ses aventures, péripéties de toutes sortes et ses écrits (que vous pouvez lire ici!), j’ai pu découvrir à mon tour la culture et les coutumes de ses habitants à l’histoire captivante. Or, Grande sœur, qui connaît mon amour de la musique et de la nouveauté, m’a aussi permis de connaître Elisapie, chanteuse d’origine Inuk au son résolument folk, doux et beau.

Crédit photo : Marinuit (ou Grande Soeur, c’est selon!)

Elisapie Isaac est née d’une mère Inuk et d’un père originaire de Terre-Neuve, mais a été adoptée par une famille inuit qui l’a élevé selon cette culture. Elle grandit à Salluit, au Nunavik : « Mon grand-père disait que pour éviter de se perdre, il faut toujours regarder d’où l’on vient », peut-on lire sur son site web. Et bien, on ressent et comprend vraiment ses origines dans sa musique. C’est donc au Théâtre Petit Champlain que j’ai pu entendre en live pour la première fois la belle du nord.

Honnêtement, j’adorais déjà sa musique, mais je ne savais pas trop à quoi m’attendre en spectacle. Je ne fus évidemment pas déçue, loin de là! La quelque cinquantaine de personnes présentes dans la petite salle formait un tout avec la chanteuse et ses deux multiinstrumentistes. Elisapie elle-même semblait si bien dans cette bulle chaleureuse de musique et d’amour. Vous savez, de ces moments où l’on a l’impression de vivre quelque chose d’inédit? Ça en était l’un d’eux. Son nouvel album, Travelling Love, a été joué presque en entier, naviguant entre des pièces délicates et empreintes d’émotions, à celles au rythme rapide et léger.

Travelling Love – Elisapie Isaac

 

Si vous ne la connaissez pas, c’est maintenant chose du passé! Appuyez sur ‘’play’’, et laissez vous emporter. La chanteuse avait son bébé de deux mois en coulisse, ce qui ne l’a pas empêché de nous livrer un show parfaitement à son image : inspiré et envoûtant.

BYE!

Laurie la louve

Tu veux louer ton appart?

29 Mar

Top 5 « à ne pas faire » sur kijiji_logo

C’est pas mal le temps des visites d’apparts si vous n’avez pas encore trouvé ou si vous venez de décider de déménager cet été! Vous passez donc de fabuleux moments à faire le tour de Kijii pour essayer de trouver un endroit potable où vivre… Bonne chan! Been there, done that, y’a pas vraiment de plaisir… Oh well, voici mon top 5 personnel de « cette annonce-là l’échappe ». Partagez les vôtres!

5. Écrire en majuscules

C’est juste pas nécessaire.

4. Être injoignable

Une boîte vocale pleine accompagnée d’un « je réponds pas aux courriels » en majuscules dans l’annonce n’est pas des plus aidant. Y’a aussi le fameux message vocal qui te répond quand tu appelles au numéro donné et qui te répète de A à Z ce qui est écrit sur Kijiji… Si je te téléphone, il y des risques que j’aie vu l’annonce.

3. Pas de photos

C’est non.

2. Ton appart est loué? Retire l’annonce.

C’est pas de ma faute si on continue à t’appeler, merci de ranger ton air bête. 🙂 Ou pire! Avoir rendez-vous pour une visite et ne pas être avisé que le logement est loué entre temps… Te présenter au rendez-vous et te faire revirer de bord… Au plaisir!

1. Mettre la photo du coin de ton bain

Je te confirme que ça ne me donne pas une idée de ce dont à l’air la salle de bain… Mais si tu n’as pas fait de ménage depuis que tu habite l’endroit, je peux comprendre le coin du bain… C’est non pareil.

$_35

Source © Kijiji

Vous avez des anecdotes à raconter sur vos recherches d’appartements?

Karyan

P.s : cuisine pas du curry avant une visite…

5 bonnes raisons d’aller voir Hänsel et Gretel à l’Opéra de Montréal

24 Mar

Hansel et Gretel

Le 20 mars dernier, j’ai eu le plaisir d’assister à la générale de Hänsel et Gretel à l’Opéra de Montréal.
Cela faisait certainement quelques années que je n’avait pas été voir un opéra. Dès mon entrée dans la salle de spectacle, je me suis questionnée sur les raisons qui faisaient que je n’y allais plus. Et si, dans le fond, l’opéra était bien plus accessible que l’on ne le croit?

Dans tous les cas, j’ai beaucoup aimée la pièce Hänsel et Gretel! J’ai donc décidé de vous partager mon top 5 des raisons pour lesquelles vous DEVEZ aller la voir. Bonne lecture!

5. Parce que les costumes sont époustouflants. Rien de plus à ajouter.

4. Pour combler votre coeur d’enfant: revisiter ce compte de mon enfance en musique, en jeu et en magie m’a fait le plus grand bien. Dès l’introduction de l’orchestre, je me suis sentie devenir légère comme une plume. Il faut dire que la mise en scène de Hugo Bélanger est de toute beauté! J’ai été émerveillée et émue à plusieurs reprises.  Merci.

3. Parce que c’est plus accessible que l’on pense: certains opéras ne sont pas si dispendieux que ça! Par exemple, le prix des billets pour Hänsel et Gretel débutait à 21$, ce qui est très peu pour un spectacle d’une telle qualité.

2. Parce qu’un opéra en allemand, même si c’est déstabilisant au début, ça sonne vraiment bien. J’ai toujours trouvé que, dans la vie, il y a certaines langues qui sonnent mieux que d’autres quand vient le temps d’être chantée. Quand il s’agit d’opéra, j’apprécie particulièrement l’italien et l’allemand. Et ne vous en faites pas, il y a des surtitres en français et en anglais… histoire de comprendre ce qu’il se passe.

1. Parce que les chanteuses Emma Char (Hänsel) et Frédérique Drolet (Gretel) sont absolument phénoménales. J’ai été impressionnée par leur performance et en garderai un magnifique souvenir.

Un grand merci à l’Opéra de Montréal pour l’invitation. Et moi, je vous recommande, chers lecteurs, d’aller à l’une ou l’autre des représentations de cette fabuleuse pièce, soit les 25, 27 et 29 mars prochains, à la salle Wilfrid-Pelletier, de la Place des Arts.

Bonne semaine!
xxxxx

Véro

Des sorties pas ordi!

31 Jan

Avec la Saint-Valentin qui arrive à grands pas, je ne pouvais pas m’empêcher de penser à tous les «bougons» (ou bougonnes) de la Saint-Valentin. Je sais que plusieurs personnes croient que la fête de l’amour a été inventée pour faire monter le chiffre d’affaire des chocolatiers, fleuristes et restaurateurs qui en bavent suite aux fêtes de Noël. À tous ces gens, je réponds: «Ouin, PIS???» Faites une pierre deux coups; Déjouez ces méchants entrepreneurs et faites plaisir à la personne qui partage votre vie!!

À tous ceux et celles dont la douce moitié se plait à dire «Pas besoin de la Saint-Valentin pour se dire qu’on s’aime!» ou «C’est tellement une fête commerciale, moi, j’encourage pas ça!», je vous propose quelques activités romantiques qui sortent du «romantico-quétaine» et qui, peut-être, feront changer d’idée à votre bougon(ne).

Des activités pour profiter du plein air

Une promenade en traineau à chiens

photo-2Plusieurs endroits vous offrent l’opportunité de faire une ballade en traineau à chiens. Si vous êtes comme moi et adorez nos amis velus, vous apprécierez cette escapade. Avant de partir avec votre Valentin dans les bois, la plupart des éleveurs vous permettent de faire connaissance avec votre attelage. Par là, j’entends vous rouler par terre avec plein de chiens qui veulent tous être votre nouveau meilleur ami. Ensuite, vous pourrez prendre place dans un traineau, emmitouflé(e) de peaux d’animaux (qu’on espère recyclées telles que celles utilisées chez Harricana).

Un après-midi d’escaladephoto-2 - copie 3

En hiver, le paysage québécois est magnifique! Profitez-en pour aller escalader des parois glacées dans un décor magique. Pour une escapade dans la ville de Québec, il est possible de réserver votre place pour grimper sur la glace des parois de la célèbre Chute-Montmorency. Si vous n’êtes pas un habitué de cette activité, des cours d’initiation sont offerts en collaboration avec l’école d’escalade l’Ascensation.

Pour les plus frileux, il est aussi possible de vous amuser dans des centres d’escalade intérieurs prévus à cet effet.

Des idées un peu plus hippies

Pour les artistes

Bon, cette activité peut ne pas plaire à tout le monde. Cependant, même si on est pas un artiste dans l’âme, elle peut être très plaisante et sexy à souhait! L’idée est d’acheter deux toiles vierges du format qui vous plait, des pinceaux (si vous n’en avez pas) et de la peinture. Chacun peint sa toile et vous pouvez même les échanger ensuite. «Qu’est-ce qu’il y a de sexy dans ça?», vous me direz! Eh bien, la peinture, c’est salissant! Ne salissez pas vos beaux vêtements! Ha!

P.S. Pour les débutants, la peinture acrylique peut être un bon substitut à la peinture à l’huile qui use d’une technique beaucoup plus complexe.

Un souper aux pays d’Alibaba

La Saint-Valentin est une journée spéciale. Pour l’occasion, sortons de nos pantoufles et visitons des endroits particuliers. Depuis quelques années, on s’est habitué à la cuisine asiatique; général Tao, boeuf à l’orange, soupe thaï et compagnie. On connait un peu moins bien la cuisine indienne ou même afghane. Ces restaurants sont magnifiquement décorés et nous font découvrir de nouvelles saveurs. Cependant, cette idée peut être épouvantable si vous êtes quelqu’un de peureux sur le plan gustatif. L’idée ici, est de changer de décor, voir de nouveauxendroits. Même si ce n’est pas un resto au décor des milles et une nuits, tant qu’il est nouveau, pour vous, c’est gagné!

Pour ceux qui sont en guerre contre les restaurateurs le jour de la Saint-Valentin, allez-y le jour d’avant ou le suivant!

Pour les p’tits comiques, ceux qui aiment rire

Une soirée d’impro

Si le rire prend une place importante dans votre vie, une soirée d’improvisation est LA sortie à faire. Chez nous, plusieurs ligues d’improvisation existent: La LIQ, la LNI, la SIT et, ma préférée: le Punch Club. Vous rirez autant qu’en allant voir un spectacle d’humour, mais ça vous en coutera le tier (ou moins) du prix et l’ambiance est bien plus décontractée. À vous de voir quel type d’humour vous rejoint le plus. Même s’il n’y a pas de «show» le soir même de la Saint-Valentin, ça vaut la peine de remettre cette fête à un autre soir pour avoir une soirée de qualité et mal aux muscles du ventre.

 

Des petits souliers de bowling

photo-2 - copie 2

Si vous voulez apprendre à connaitre l’élu de votre coeur, une soirée de quilles est toute indiquée. Vous pourrez voir si cette personne est la bonne en observant une foule de choses: Prend-il trop la partie au sérieux? Me fait-il rire? Est-il bon perdant/gagnant?En plus, ce «sport» vous laissera le temps de jaser en masse!

Des sorties d’intellos

Se regarder au travers les étalages de livresphoto-2 - copie

Certaines librairies regorgent de découvertes. Fouillez dans les DVD, jeux de société, documentaires, BD, livres de recettes, CD (parce que oui-oui, ça existe encore) et vous trouverez pleins de points communs avec votre douce moitié. En plus, c’est une belle occasion de rêver de nouveaux projets. Vous pourrez choisir un livre de recettes et vous promettre d’en cuisiner certaines ensemble, choisir un «Lonely Planet» et décider de partir en voyage, etc!

Une journée au musée

Au Québec, on a des musées sur à peu près tout! Personnellement, quand je vais voir une exposition qui porte sur une chose dont je me fous, j’apprends encore plus de choses et au final, je tripe ben raide! Si vous êtes avec une personne moindrement curieuse, c’est la sortie toute indiquée pour vous! Pour les geeks, le Musée de la civilisation de Québec offre l’exposition «Une histoire de jeux vidéo» (vous aurez deviné de quoi ça parle!) jusqu’au 6 avril.

Finalement, oui la Saint-Valentin est faite pour se dire «Je t’aime», mais pourquoi ne pas en profiter pour dire encore plus fort qu’on s’aime. C’est vrai, on a pas besoin de journée spéciale pour le faire, mais le 14 février nous permet de ne pas oublier de le faire!

Je vous aime, bonne Saint-Valentin!!! xxxx

Polik

TOTEM, les coulisses.

30 Juil

L’immense chapiteau jaune et bleu du Cirque du Soleil est installé à Ottawa pour une dernière semaine. J’ai eu la chance d’en visiter les coulisses 🙂

Dépêchez-vous d’assister au spectacle TOTEM 🙂

Souzie Q

L’été se donne en spectacle/l’éloge des artistes macroscopiques

22 Juil

Je suis une saison qui se suffit à elle-même. J’ai chaud, je transpire. Je sue parfois, mais pas trop. Il le faut pour rester belle. Belle et splendide avec mes lunettes de soleil et ma rayonnante estivalité. Un mot qui existe quand vous êtes en maillot sur une plage de sable dru des eaux douces d’ici, à  vélo dans un champ qui sert de palace à une famille quadri-générationnelle de criquets et de sauterelles, en jupe courte, en gougounes, torse nu et démoustachu. Une goutte qui glisse le long d’un pichet de sangria, une étincelle qui s’envole loin de sa maison Le Feu, ta guimauve au bout du bâton, une guitare, un ukulélé, un potager qui donne des tomates et ta langue dans une crème glacée. Tremper dans le chocolat, si tu veux.

Je suis l’estival de votre année et ça me plait parce qu’ils ne sont pas très chauds vos trois-cent-soixante-cinq jours. Puis, vous ne manquez pas d’eau pour vous rafraîchir, ni d’électricité pour l’air climatisé.

Vous ne manquez pas d’occasion de profiter de mon flamboyant. Tout ce qu’il faut, ici. Baleines, feux d’artifices, festivals de nourriture et d’alcool, gaspésie, jazz, terrasse, une piscine, vente trottoirs, chalets, camping, rivières fraîches, guacamole, salsa, nachos, bronzer, pêcher, des fleurs, des pissenlits et un peu de limonade aussi.

De la petite limonade de petits enfants sur le petit trottoir dans la petite ruelle. Et, sur les grands boulevards, entre deux intersections, trois ou quatre bidons de plastique, deux baguettes et un solo de batterie-pas-batterie qui te fait t’arrêter sur ma route. Ma route des vacances et du temps bien perdu, du temps rentable qui te mène nulle part dans ton avenir, mais te fait respirer dans ton bonheur.

Un violon sur un banc entre des mains expertes qui te chantent la pomme vers trois heures du matin quand tu rentres de quelques pourcentages d’alcool, des rires et des histoires-souvenirs. Ces soirs-là où on est tellement de bonne humeur que tu te postes à côté du violoniste pour danser un peu avec une amie  ou un autre quelqu’un un peu plus qu’ami.

Le bonhomme à qui tu empruntes une chaise dans un bar, que tu reconnais un peu et à qui tu prends le temps de dire qu’il jouait bien de la flûte traversière l’autre fois sur la scène où il improvisait avec trois-quatre amis. Lui qui sourit, content. La conversation s’engage.

Un chanteur connu qui atterrit sur la terrasse où tu finis toujours tes soirées anonymes. Le chanteur que tu remercies de sa musique parce que tes cheveux sentent l’été et que le soleil a fait rougir tes joues bien avant qu’il te dise cool de façon extrêmement cool. Avoir quatorze ans parce qu’en juillet, on n’a pas d’âge.

Des tours de magie ou de jonglage sur un monocycle, une guitare, un dessin fait en craie, une œuvre plus grosse en peinture fraîche sur un mur de béton, un vieux barbu qui te raconte sa vie, un cracheur de feu parfois, encore une guitare, la gang de Greenpeace qui ont des propos vraiment intelligents à te faire réfléchir à, un garçon en équilibre sur un ballon, une vieille dame qui te vend le meilleur de tous les melons, les touristes, les touristes avec des caméras, les garçons qui se font beaux, toi qui te fais belle.

Je suis la saison de toutes les parades. Le moment où l’on ralentit le pas pour s’afficher au soleil, s’afficher en vacances. Je vous en prie, humanité, utilisez la chaleur comme meilleure raison pour ne pas s’essouffler et rendre chaque instant plus intemporel qu’il ne l’est habituellement.

Fais tout au ralenti. À l’opposé de ton attitude printanière, au lieu de sourire en coin quand tu vois le musicien dans la rue que tu longes, arrête-toi ou vous, écoute-le ou la et jasez. Tu trouveras l’argent que tu déposeras dans son étui amplement mérité parce que ces gens-là ont une histoire aussi plaisante que leurs partitions.

Et si tu es plus timide, moins porté à la musicalité, essaie de connaître le parcours de la dame qui te vend un bracelet en cuir, le garçon qui propose six sortes de tomate au marché, adopte le guide pour supporter le commerce local et discute indépendance avec des couturières de chez toi, demande du feu à ton voisin de palier et invite-le à se joindre à ton groupe, fais un château de sable avec un enfant mystère qui trouve que ton maillot de bain est coloré, fais un barbecue avec tes voisins qui ont douze décennies de plus que tes colocs, dessine une carte d’anniversaire pour ton collègue de travail à qui tu n’adresses jamais la parole.

Parle aux gens pendant que je te fusille d’ultra-violet.

Bon été.
Marie-Phi

YourExtraLife, la nouvelle app qui te sort de ta routine!

3 Juil

« This is the post we’ve all been waiting for.
Yes. YourExtraLife is finally available on the App Store! 
Download it here for free https://itunes.apple.com/app/id647758895?mt=8 to see the magic happen!

The time has come to get out of your comfort zone! »

Voilà ce qu’on peut lire sur la page Facebook de  YOUR EXTRA LIFE depuis dimanche. Petite histoire d’une app mobile qui fera tout pour vous aider à briser la routine…

Phil, tu es l’un des quatre membres fondateurs de YOUREXTRALIFE. Présente-nous votre projet:
Tout a commencé avec une question : comment pourrait-on amener les gens à sortir de leur zone de comfort, à essayer de nouvelles choses dans la vie? On l’a étudiée de fond en comble, on a parlé avec les gens, jusqu’à cerner les motivations profondes, et on a développé l’idée de base de YourExtraLife : amener les gens à compléter des défis dans la vie réelle, à explorer les opportunités du monde qui les entoure.
Dans YourExtraLife, on complète des défis dans différentes sphères de la vie: la cuisine, la romance, le nightlife, l’altruisme, la culture. On commence par des défis plus faciles, et la difficulté augmente graduellement. Pour compléter un défi, on doit prendre une photo, et il faut que la communauté l’approuve, par un système qu’on a appellé le “Tribunal”.
Des exemples de défis?

  • Trouvez la plus vieille photo de votre couple.
  • Écoutez un film qui a gagné un oscar avant les années 80.
  • Goutez à un piment extrêmement épicé.
  • Donnez du sang.
  • Faire la liste des 5 chansons que vous amèneriez sur une île déserte.

C’est donc  une app mobile pour combattre la routine?
Oui exactement, c’est une application sociale, dans laquelle on complète des défis créatifs, dans la vie réelle, en prenant des photos.

1063115_10153001808405441_1853421870_n

Décris-nous ta dernière année:
Ça a été une énorme année, hyper haute en émotions. Vraiment. On se connaissait à peine et on a décidé de déménager ensemble, dans une maison de village (des parents à la retraite!), pour se consacrer à temps plein sur le projet. On avait clairement sous-estimé l’ampleur de la tâche, mais on s’est juré de ne jamais arrêter, peu importe quoi.
On était naïf et on avait un rêve.
Après 7 mois de travail acharné, des investisseurs se sont joint à l’équipe, ainsi qu’un designer, et 3 nouveaux développeurs. Avec une équipe élargie extrêmement complémentaire, on a repensé une bonne partie du projet, et on s’est orienté sur la version qui s’apprête à vivre maintenant.
Pendant les mois qui ont suivi, on a alterné entre Québec, Montréal et Shawinigan, en trouvant du logement où on le pouvait. Ça a vraiment été une montagne russe émotive, ce n’est pas aussi facile qu’on le pense, mais la joie de travailler sur un produit du genre compense facilement pour tout le stress. Nous avons passé une bonne partie du temps dans les bureaux de Mirego, à Québec. Les gars nous ont accueillis à bras ouverts, avec leur nourriture gratuite et leur table de ping-pong.
Début Juillet 2013, on présente une première version d’un produit dont on est extrêmement fier, un produit qui représente très bien la vision initiale. On a un solide partenariat avec le Festival d’été de Québec, qui a cru au projet dès le début (sérieusement, on leur a présenté des feuilles de papier à notre premier pitch.) C’est un énorme chapitre qu’on termine, on a trop hâte à la suite.

À 24 ans tu as TOUT lâché pour te consacrer à votre entreprise?
Oui absolument tout. On vit vraiment en mode enfants sauvages depuis 1 an. On dort dans les maisons de nos parents retraités, on s’improvise des bureaux un peu partout, on fait vraiment avec les moyens du bord. On travaille 6 jours sur 7, on a constamment le projet dans la tête. Comme l’a déjà dit quelqu’un dont j’ignore le nom “Lancer un startup, c’est un peu comme sauter les pieds dans le vide et essayer de construire l’avion pendant la chute.

1058345_10153001808415441_632696165_n

Tes collègues et toi avez passé 24h sur 24h ensemble. Ce ne doit pas être toujours facile…
On a développé un genre d’intelligence collective, on connait extrêmement bien les limites de chacun, et on essaie autant que possible de les respecter. Mais bon, clairement, ça comporte des difficultés. L’équipe est très soudée, il n’y a jamais eu d’accrochages majeurs en un an de cohabitation, même à 3 dans une chambre.

https://itunes.apple.com/ca/app/yourextralife/id647758895

Votre app vient d’être ajouté au APPSTORE, ce qui signifie…
Qu’elle est disponible dès maintenant!
Allez la télécharger, parlez-en à vos meilleurs amis, donnez-nous vos commentaires, parlez-nous de votre expérience, venez nous rejoindre sur Facebook, Instagram, Twitter, et dans l’app.

10 musts pour un déménagement réussi

1 Juil

N’étant plus capables d’attendre la fin du mois de juin pour enfin emménager ensemble, mon copain et moi avons quitté nos nids familiaux respectifs plus tôt que prévu. Notre dernier déménagement remontant à il y a plusieurs années, nous avons fait plusieurs erreurs de «déménageurs en herbe» que j’ai choisi de recycler en trucs pour les «déménageurs avertis» que vous serez à la fin de ce billet.demenagement

1. Avoir des petites collations et des bouteilles d’eau

muffin_6

Vos amis ont la gentillesse de vous aider à déménager votre vie au complet, c’est la moindre des choses de nourrir ces p’tites bêtes-là!! En plus, ils seront bien plus efficaces le ventre plein et désaltérés. L’une des rares choses réussies de notre déménagement: il y avait plein de grignotines! Yé!

2. Identifier le contenu et la pièce dans laquelle iront chacune des boites

Si vous ne le faites pas, réservez-vous une demie-journée de plus à emporter les boites aux bons endroits. Même si le contenu de la boite est identifié, vos amis ne savent pas nécessairement quel endroit est assigné à ce contenu. Nous avons retrouvé du matériel électronique dans la salle de bain… Bon sang, qui a apporté les fils de câble dans les toilettes?!?

3. Prévoir des sacs poubelle… beaucoup de sacs poubelle

Vous allez nettoyer, utiliser des essuie-tout, manger, jeter des petits papiers et des bouteilles vides (vous pouvez aussi faire un sac de recyclage). Je n’avais pas pensé aux sacs… Pendant un déménagement, beaucoup de déchets s’accumulent… beaucoup de déchets!

4. Si possible, nettoyer tout avant de défaire les boites

La première boite qui devrait être défaite devrait être celle dans laquelle se cachent les produits nettoyants. Imaginez tous les germes de tout ce qu’il y a de plus dégoutant des anciens occupants… Ewwww… Thank god, nous sommes emménagés dans une construction neuve, donc nous n’avions qu’un peu de poussière à nettoyer.

5. Entrer les gros meubles en premier

Avant de commencer à entrer les boites, il est préférable d’entrer les gros meubles. Pourquoi? Parce que souvent, ces derniers offrent du rangement (bibliothèque, bureau, commode, etc.) et aussi parce qu’il peut être dangereux de trimbaler de gros meubles lourds tout en ayant pleins de petites boites dérangeantes qui se bousculent à nos pieds.

6. Assigner certaines personnes au «dépacktage»

Au lieu de se marcher sur les pieds entre le camion de déménagement et votre nouvelle demeure, certaines personnes seront bien plus utiles en défaisant des boites. Soyons réalistes les filles, déménager une laveuse, c’est difficile pour nous! En partageant les tâches ainsi, vous sauverez beeeeeaucoup de temps les jours suivants. Merci à mon amie pour ce truc merveilleux!

photo

 

7. Payer la bière et la pizz

Je n’ai rien à ajouter, c’est la moindre des choses…

8. Ne pas avoir peur de jeter… encore

Avant d’emballer vos choses, probablement que vous avez mis au chemin et/ou donné plusieurs choses en laissant une chance à certains autres objets… Finalement, à bien y penser, vous regrettez de les avoir gardés, donnez-les ou jetez-les!! Pourquoi s’embarrasser de machins inutiles quand on sait bien qu’on en achètera surement plein plein plein dans les jours qui suivront! Faisons de la place pour le nouveau!!

9. S’assurer qu’on a pensé à tout 

Avez-vous fait tous vos changements d’adresse? Le gouvernement du Québec offre la possibilité de faire le changement auprès de plusieurs ministères du même coup sur ce site. Êtes-vous bien assurés? Avez-vous contacté votre câblo-diffuseur pour planifier votre branchement? On a trouvé ça plate d’écouter des vieux DVD de séries qu’on avait déjà vues une dizaine de fois pendant la première semaine…

10. Inviter tout ce beau monde à une pendaison de crémaillère digne de ce nom

Cet événement est probablement la meilleure «paye du coeur» que vous pouvez offrir à vos amis déménageurs. Essayez de penser aux goûts de chacun et d’avoir une pensée pour chacun d’eux lors du party: bière et alcool préféré, grignotines et repas appréciés, etc. Surtout, n’oubliez pas de prendre quelques secondes pour les remercier!! Finalement, AMUSEZ-VOUS, vous nettoierez le lendemain, profitez de la soirée!!!582656c2

Bon déménagement, bonne pizz et bonne fête du Canada!!

Polik

On a marché pour la Terre!

26 Avr

C’est par un dimanche après-midi bien ensoleillé que mes amis et moi avons joint les milliers de personnes rassemblées à la place des festivals à Montréal en vue de la Marche pour la Terre du 21 avril. Le rassemblement de cette année était organisé par un collectif d’organismes environnementaux et portait sur le thème des énergies fossiles, de la crise climatique et des droits des générations futures.

IMG_0874

C’est à 14h qu’on a tous « sonné l’alarme » avec nos cadrans et cellulaires (bon avec le brouhaha de la foule, ça n’a pas trop fonctionné, mais l’idée était bonne ;)).

Puis, on a marché paisiblement parmi les nombreuses pancartes jusqu’à la Place du Canada où nous attendait la musique entraînante de DJ Poirier.

IMG_0875

Pourquoi marcher pour la Terre?

Premièrement parce qu’on a une merveilleuse amie qui travaille fort toute l’année pour cet événement! Mais au-delà de l’amitié, qu’elles soient politiques, sociales ou individuelles, on avait tous nos motivations pour être de la partie :

« Parce qu’on a un gouvernement fédéral qui ne cesse de couper dans des mesures de protection de l’environnement qui avaient déjà été acquises ».

« Parce que même si je fais des gestes pour protéger la terre comme utiliser peu d’eau, recycler etc., j’utilise souvent ma voiture durant l’année et c’est une manière pour moi de redonner et de continuer à me conscientiser ».

« Parce qu’on marche dessus! … 😉 »

« On régresse en écologie alors que les autres pays sont de plus en plus à l’écoute et tentent de réduire leur empreinte écologique. C’est honteux de la part du Canada ».

« Pour mes futurs enfants, pour qu’ils aient une belle planète » (ça c’est moi, je suis un peu quétaine!).

« Parce qu’il faut démontrer au gouvernement que l’abandon de Kyoto c’est une mauvaise idée, que le désengagement envers l’amélioration de l’environnement au pays c’est très mauvais ».

« Parce qu’il faut réinvestir dans des énergies durables et arrêter d’être dépendant des énergies fossiles ».

Coup de cœur

J’ai adoré les publicités de cette année du Jour de la Terre Québec, réalisées par l’agence Sid Lee, sous le thème Donnons un nouveau souffle à la planète. Court et efficace !

Sur ce, recyclons mes amis!

Mitchi xxx

Un merci spécial à Laurence, Isabelle et Chrisitan pour leurs belles citations 🙂

%d blogueurs aiment cette page :